Planète Jeremy BrettAccueilS'enregistrerConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 26 Jan - 11:56

Hello Thierry

Pour ce qui est du pastiche holmésien, il s'agit des Aventures alsaciennes de Sherlock Holmes, paru en octobre 2011. Il y a un fil sous la rubrique
"livres, pastiches" où tu pourras lire toutes les critiques - argumentées - des dames du forum qui elles, ont visiblement compris ce qu'elles ont lu,
que cela leur ait plu ou non.

Ensuite, la critique. Là, tu chatouilles un de mes dadas. Comme Belette, j'adore démonter des certitudes, non pas en disant bêtement "c'est vrai parce que
c'est moi qui le dit" mais en suggérant des parallèles ou carrément le contraire.
Ainsi, un exemple qui m'a longtemps obsédée, Amélie Nothomb (pardon Belette pour sa belgitude, mais chez vous, il y a aussi la sublime Marguerite Yourcenar
et toutes les grandes pointures de la BD...) : quand je suis invitée aux salons, j'ai régulièrement droit aux coups de coeur des visiteurs. Ainsi, les nothombolâtres
viennent à leur tour me parler de leur idole d'une voix émue et quasiment brisée par un bref sanglot. Je garde mon calme et je leur demande, innocemment :
" Vous vous basez sur quoi pour dire que Nothomb est le meilleur écrivain du moment ?"
Là, déjà leur idole vacille sur son piédestal.
Je pousse un peu, pour que ça aille plus vite :
" Quelles références littéraires avez-vous ? A quel auteur classique pourriez-vous comparer Nothomb ?
- Nothomb est incomparable.
- Ouille !
- Ne me dites pas que vous n'êtes pas tombée à la renverse en lisant Hygiène de l'Assassin ?
- Non, j'ai passé la soirée à essayer d'assembler les mots. Il y a bien des phrases, mais elles ont dû être mélangées dans la lessiveuse. Ici et là, on voit se hérisser
un mot bizarre, on a juste envie de lui couper les pattes. Qu'est-ce qu'il fout là ? Et en quoi fait-il avancer le schmilblick ? Lisez une seule page de Yourcenar à
haute voix, tenez, la première des sublimes Nouvelles orientales: c'est clair, c'est précis, c'est d'une poésie infinie, les mots sont là, bien à leur place, celle que l'auteure
a choisi pour eux. Et il n'y en a pas un de trop. Lisez ensuite à haute voix une seule page de votre Nothomb préféré (on ne va pas vous torturer avec la Métaphysique des tubes, on est gentil). Si là, vous n'éclatez pas de rire, c'est que vous n'avez jamais rien lu.
Ici, le visiteur est, au choix, indigné par mon humour cinglant ou s'il est du genre mou-mou, il répondra que les goûts et les couleurs, blablabla, le machin habituel.

Ou mieux, la bobonne mal fagotée, mocharde et prétentieuse qui zieute mes petits Sherlocks d'un air de bourgeoise dégoûtée à jamais des fellations sur la machine à
laver.
- Quoi ? Sherlock Holmes ? Ce type bouffi de prétention ? Vous n'avez pas trouvé mieux à écrire ?
- Vous auriez écrit quoi ?
- Je ne suis pas écrivain, ce n'est pas de mon domaine.
- Dans ce cas, laissez à l'auteur le droit de choisir le genre littéraire qui lui plaît.

J'attends avec impatience tes critiques. J'adore celles de Belette, c'est si imagé, drôle, bondissant que j'éclate de rire chaque fois que je tombe sur l'une d'elles. big smile
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 26 Jan - 20:32

hello
je viens de découvrir ton ouvrage, j'avais vu la parution de ce livre à l'époque, je ne l'ai pas lu, et du coup j'ai cherché, j'ai farfouillé sur le net et... je pense que je le lirai. fan

je rentre d'un petit salon du livre à Navarrenx, un village qui a le mérite de jumeler sa foire agricole avec le livre... je suis un peu crevé mais qq réflexions , concernant les critiques :

- en publiant un ouvrage, holmésien ou pas, l'auteur s'expose à la critique et c'est le jeu , tout le monde ne va pas aimer, l'auteur doit l'accepter.

- la critique est utile, souvent, constructive, quelquefois, excessive et destructive, de temps en temps. l'auteur d'une critique oublie toujours une chose quand il rédige sa note : (enfin souvent) c'est que ce qu'il dit, comme ce que fait l'auteur, n'est pas parole d'évangile. La critique est à son tour critiquable. Un avis ne vaut que pour UN.

- La critique la plus utile vient du grand public : j'avoue que j'ai beaucoup hésité à m'inscrire sur ce forum, si je l'ai fait, c'est parce que j'ai lu des propos nuancés et jamais excessifs. Pour avoir eu des mots regrettables il y a quelques années avec la président d'un forum que je tairai, tout ce que je peux écrire depuis est jugé pratiquement "illisible". Un membre de ce forum est allé inscrire quelque chose de très méchant sur Amazone. Comme c'était diffamatoire, que ça parlait de moi plus que du livre, je n'ai pas eu de mal à le faire enlever. En rétorsion, sur ce forum on a effacé tous mes messages et jusqu'à mon nom. C'est pas plus mal...

- dans mon cas, mes livres ne se ressemblent pas. C'est un choix... cela à un prix à payer : ceux qui aimentl'un, généralement, n'aiment pas beaucoup l'autre. Ainsi, j'ai lu qu'un de nos amis jugeait les "hommes barbus amusants"... et ailleurs il qualifie le "diamant hindou" d'ennuyeux, ... se demandant pouruoi SH avait besoin de Gregson... c'st un choix assumé, encore une fois. C'est oublier que ce n'est pas un pastiche "pur et dur", mais une "variation autour de SH". J'en veux pour preuve le nomde la collection : "les inclassabes de SH" En faisant apparaitre SH à la page 189 seulement, je savais que j'encourrai ce genre de réaction... Mais dans mon esprit, ce n'est pas tout à fait un pastiche... c'est.... autre chose...

Alors que dans le grand public, le roman "passe" très bien. Le grand public n'attend pas à l'avance ça, ça et ça... mais prend le roman pour ce qu'il est, c'est à dire une simple histoire faite pour se détendre.

J'arrête de parler de moi pour revenir à qq chose de plus général : aujourd'hui, tout le monde peut prendre la parole, grâce à internet, c'est une liberté fabuleuse. Mais il y a un revers à cette médaille : tout lemonde n'est pas conscient du caractère PEREMPTOIRE ET DEFINITIF d'un écrit public. Quand j'ai commencé comme animateur de radio libre, en 1981, chargé de critiquer les spectacles, je me suis dit "avec moi on va voir ce qu'on va voir, je m'en vais te dépoussiérer tout ça, je ne pratiquerai pas la langue de bois, etc"... J'ai très vite compris le MAL que l'on pouvait faire. Et depuis, dans mon métier, je présente, je donne la parole, mais je ne juge plus.

On a parfaitement le droit d'écrire "je me suis ennuyé en lisant ce livre", "je n'ai pas aimé le traitement de telle partie... " mais a-t-on le droit MORAL d'écrire "ce livre est nul, ennuyeux, illisible"?
Autre conséquence, liée à ce qui nous rassemble ici, notre goût pour l'holmésologie", qui a vraiment le droit de se prendre pour un gardien du temple et dire "il faut faire ça, SH c'est ça et c'est ça etc..."

En tant qu'auteurs, on 'a, nous, beaucoup de possilibités pour sortir des sentiers battus. Je dis souvent qu'un peintre figuratif a tout à fait le loisir de représenter la mer, le ciel, les mouettes un bateau.. et qu'il peut, si l'envie lui en prend,faire la mer jaune, le ciel vert et les mouettes rouges. C'est SON choix. En conséquence, il prend le risque également de ne pas être suivi ou de ne pas être compris. C'est la conséquence logique... et c'est très bien comme ça. E c'est acceptable... à condition que ce soit critiqué honnêtement.

En définitive, personne ne détient la vérité sur rien,
et un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire, ça c'est ce que je me répète pour me rassurer ahahaha cool
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 27 Jan - 13:32

Hello Thierry
Ainsi donc, tu écris, toi aussi des pastiches ? Pour être très honnête, je risque d'être assez frustrée dans ma lecture si ce bon Holmes n'émerge qu'à la
page 189... Cela n'enlève évidemment rien à la qualité de l'ouvrage - et tu avoues toi-même que ce n'est pas qu'un pastiche - mais pour moi, ce serait déjà rédhibitoire.

Pour en revenir à la critique, ton expérience en radio m'a fait sourire. J'ai vécu exactement la même chose quand j'ai débuté dans la critique littéraire via un petit
journal alsacien. Comme toi, je me suis dit "chouette, je peux dire ce que je veux, je peux démolir gaiement telle andouille qui se prend pour Gracq!"
Dans mon cas de figure, cela n'a pas eu de conséquences désastreuses, vu que les mastodontes type Levy passés à ma moulinette se fichent éperdument de
mon opinion au sujet de leurs brouets commerciaux.
Par contre, je me suis vite lassée d'enfoncer des gens qui ne méritaient dans le fond qu'un silence poli. J'en suis même arrivée à la conclusion que les Marc Lévy
sont utiles, au sens où leurs super ventes permettent à l'éditeur de publier aussi autre chose.

Je vais tout de même jeter un oeil sur tes écrits. Comme tu le dis si bien, un pastiche n'est pas forcément censé reprendre le canon holmésien à la virgule près.
On m'avait reproché le terme de "logicien" trop souvent employé dans mes histoires. Or, tant dans l'édition originale que la version française d'ACD, ce terme
existe bel et bien.
J'avais lu il y a quelques mois L'instinct de l'équarrisseur. Là, l'auteur y va à fond la caisse pour détruire la figure archétypique du grand
limier : il est marié et Watson relève, non sans grivoiserie, le nombre de fois où Holmes s'adonne aux galipettes bruyantes avec la dear wife. J'ai trouvé le
style de l'auteur assez réjouissant, bondissant et très bien maîtrisé. Par contre, j'ai détesté ce Holmes lubrique, auquel je n'ai pas pu m'attacher.
Inversement, j'avais
adoré la Seven per cent solution de Mister Meyer et les orgies de cocaïne de notre héros. Là, l'auteur n'a nullement déformé le mythe, il l'a amplifié, nuance. On m'avait
reproché (gentiment) la même chose : un Holmes shooté dans chaque histoire. Comme tu dis, c'est un choix de l'auteur. Est-ce bien ou pas ? Là, on entre dans la
spéculation stérile.

Tu ne me contrediras pas si j'avance qu'un style agréable à lire saute aux yeux dès la première page. Ce n'est sans doute pas la marque du génie
mais c'est une qualité que j'apprécie. C'est un constat que je fais souvent et qui ne regarde que moi mais je trouve que les auteurs français d'aujourd'hui sont aussi
lourds que du mortier et compliqués. Ils se sentent le besoin de tout expliquer, analyser. Ca me barbe profondément mais il faut croire que bien des lecteurs
adorent ça et semblent parfaitement comprendre où l 'auteur veut en venir. Un exemple terrifiant: "Ce que le jour doit à la nuit" de mister Kahdra. J'ai souffert mille
morts pour avaler trente pages. Après quoi, j'ai renoncé. Trop de descriptions pourléchées de premier de la classe, trop de digressions soporifiques. Où est
l'histoire ?

J'ai un faible pour le roman policier car il a tendance à aller vite, à pétiller d'humour et à faire preuve de plus de profondeur que ses détracteurs ne le croient.
J'ignore si tu as fait l'expérience au cours des salons, mais tu auras peut-être remarqué qu'en France, l'humour est considéré comme un genre "mineur".
C'est une erreur car les anglo-saxons, passés maîtres dans cet art (mais les Suédois font fort aussi !) sont aussi ceux qui se vendent le mieux, y compris en
France. Un paradoxe amusant, tu ne trouves pas ?
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 27 Jan - 15:10

oui et non chers auteurs...
Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas fan des pastiches en règle générale. J'ai du mal à concevoir que l'on prenne le travail de quelqu'un, si l'on n'a pas la conviction et le talent d'y apporter quelque chose d'important qui n'y figure pas sans pour autant réécrire l'oeuvre originale ou pour continuer et nourrir genre "à la manière de...". Si c'est simplement prendre une célébrité et broder à sa fantaisie, je trouve cela facile, pas très sérieux voire à la limité de l’honnêteté désolé désolé

Ça ne veut pas dire que je possède l'évangile et que je voudrais éradiquer tous les ouvrages qui ne répondent pas à mes critères. Le public n'a qu'à s'en charger et si il se laisse parfois berner, tant pis, c'est ainsi... Liberté, liberté chérie!!

Après j'ai connaissance de plein de gens que les descriptions interminables sur la manière de boire le thé de Miss Machin, ravissent. C'est pas mon truc non plus, mais pourquoi pas...
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 27 Jan - 20:17

il y a ceux qui veulent des pastiches parce qu'ils ont adoré SH et ceux qui pensent qu'on ne peut rien ajouter de plus... tout çan'est que choix personnel. Réflexion

en tant qu'auteur, j'ai déjà dit par ailleurs (sur mon site, ce truc qui s'appelle niogret.fr) que je n'écris pas de pastiche. pourquoi ? parce que je trouve que "copier" ou "faire du conan doyle", en tant qu'auteur, ce n'est pas intéressant. j'ai donc écrit "les aventures de l'inspecteur Lestrade" (hommes barbus) et" les aventures de l'inspecteur Gregson" (diamant hindou).

après, je comprends tout à fait qu'un lecteur n'attende pas ça... mais je pense qu'il n'y a pas tromperie, puisque malgré les titres "SH et...". c'est bien précisé sur la couverture "une aventure de. l'inspecteur TRUC..".
c'est donc un choix. donc, si tu lis un jour l'histoire du diamant hindou, tu devras te mettre dans l'état d'esprit "je vaislire un roman pseudo-victorien"... et SH va apparaître. ce qui est un peu embêtant, c'est le jugement à priori" qui empêche le lecteur un peu averti, "l'expert", de se laisser prendre par la main.


Voilà. C'est pour ça que je constate que mon travail passe mieux auprès du grand public qui prend le roman pour ce qu'il est, une HISTOIRE POLICIERE, qu'auprès des holmésiens très purs et durs qui réclament un résultat qui entrera dans "leur vision". Et pourtant, lecteur de SH depuis l'âge de 13 ans, je prétends bien connaitre le personnage... voilà pourquoi je ne pense pas le trahir... Holmes

Je ne sais plus si je l'ai dit, j'ai correspondu à une époque avec un auteur que j'ai connu au salon du livre de Pau et qui s'appelle Frédéric Lenormand. Auteur très doué et prolifique, il a repris , entre autres, "le juge ti". On était d'accord sur une réflexion : "tu reprends un personnage, et tu fais une copie : le lecteur avisé préfère toujours l'original à la copie. Tu lui apportes quelque chose, une vision supplémentaire : ce même lecteur te dit que l'auteur n'aurait jamais fait ça". Moralité : par ce lecteur "spécialiste", tu es souvent mal parti. Voilà pourquoi certains pensent que lorsqu'un auteur est mort, il faut respecter l'oeuvre et ne pas y toucher. Hergé a interdit qu'on reprenne Tintin après lui. Je me dis que ça m'a paru très dur, au début, en tant que tintinophile, mais qu'il a eu raison.



je relis tes propos sur la littérature policière... moi ce qui me frappe, c'est la tendance "très mode", je trouve, de pondre des ouvrages de 400 pages... qui seraient, à mon sens, bien meilleurs en 250... (je pense au second pastiche de BobGarcia, par ex...) mais... ce n'est que mon avis, qu'UN avis... j'ai rencontre recemment un lecteur qui a adoré. Il n'a pas plus raison que ce que j'ai tort (aïe, c'est français, ça?) rire

cool
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 27 Jan - 20:23

au fait je viens de voir...merci Christine Holmes
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 28 Jan - 11:24

Thierry
Citation :
que je n'écris pas de pastiche. pourquoi ? parce que je trouve que "copier" ou "faire du conan doyle", en tant qu'auteur, ce n'est pas intéressant.
Je peux tout à fait le comprendre!
Citation :
mais je pense qu'il n'y a pas tromperie, puisque malgré les titres "SH et...". c'est bien précisé sur la couverture "une aventure de. l'inspecteur TRUC..".
Mais alors si tu penses cela pourquoi mettre Holmes sur la couverture? pourquoi utiliser Lestrade ou Gribson? pourquoi ne pas constituer tes propres personnages?
En refaisant vivre ceux de Doyle tu te mets direct dans la perspective d'un pastiche que tu dis ne pas vouloir parce que initéressant. Ce n'est pas logique.
Si tu aimes ce monde depuis longtemps, il serait plus rationnel d'en créer un dont on pourrait sentir la filiation et l'apprécier, mais qui t'appartiendrait. Comme David Shore par exemple!
Mais ce n'est pas ce que tu choisis, car tu le dis c'est un choix de ta part. Il ne faut donc pas en vouloir au public un rien connaisseur d'être un peu déçu, puisque d'une part tu lui laisses entendre qu'il va entrer dans un monde qu'il aime et qui sans doute le pousse à te lire (Holmes sur la couverture) et de l'autre tu l'en prives aux cris de "ce n'est pas un pastiche, les personnages portent le m^m nom mais c'est tout ou presque. Laissez vous faire et vous verrez que c'est quand m^m plaisant."
Je conçois que cela ne doit pas être facile pour le passionné de passer outre sa déconvenue pour te suivre. Psychologiquement pour lui ce n'est pas une démarche aisée, faut bien le dire.
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 28 Jan - 12:51

eh oui, maismoi je ne comprends pas ce problème Holmes


tu n'as pas le droit de mettre Holmes dans le titre... alors que SH résoud l'énigme ?
tu ne trouves pas que c'est clair, si tu mets juste en dessous "une enquête de l'inspecteur Gregson" ? pourquoi ? tu ne veux pas qu'on change de point de vue ? c'est obligatoirement Watson qui doit raconter ? (ou Holmes?)
je maintiens qu'il n'y a pas tromperie surtout que la collection s'appelle "les inclassables de SH".

donc à ton avis on n'a pas le droit d'écrire qq chose d'inclassable ? un pastiche holmésien obéit donc à des règles ? définies par qui ???? bref, on n'a pas le droit de faire un travail différent ?
un pastiche holmésien c'est "..... "définition des holmésiens bon teint whistle

tout le reste ne doit pas exister... ah bon ??? fou ??

tu vois j'admets qu'on n'aime pas mon bouquin, ça c'est la règle de base,mais pas ton raisonnement.

tu veux un exemple ?

Maurice Leblanc a écrit "le triangle d'or" ou "l'ile aux 30 cercueils " et Arsène Lupin n'apparait qu'à la fin. Il s'en est attribué le droit. Toi, quand tu es fan d'AL, tu as le droit e moins les aimer, mais il s'est octoyé la possibilité de la faire. (dans la version télé de l'Ile aux 30 cercueils, ils ont même supprimé le personnage d'AL)

La différence entre Maurice lLeblanc et moi, c'est que lui c'était un génie (si, si) et moi un obscur tâcheron. Mais moi, parce que je ne respecte pas la règle "un pastiche, c'est SH du début à la fin, na", pourquoi n'aurais-je pas le droit de faire arriver SH en troisième partie ? pourquoi ne peut-on pas essayer d'écrire une bonne histoire avec des moyens différents ? "l'ile aux 30 cercueils" c'est une très bonne histoire d'AL où il n'arrive que 50 pages avant la fin.

Agatha Chrisite a fait la même chose avec Hercule Poirot, et je coirs , aussi, un Miss Marple. le personnage principal n'arrive qu'à la fin, dans les 100 dernières pages (comme moi) pour résoudre le mystère. Les titres méchapent, si on prenait le temps de la recherche, on les trouverait Détective Et ils sont bien classés dans la collection Poirot et Marple.
dans la collection Poidans
Notre internaute l'a dit plus haut, elle aurait du mal à lire un pastiche où le personnage n'arrive qu'à la page 189. C'est son droit. C'est aussi une forme de "conditionnement".

Je répète que je n'ai pas ce problème avec les gens qui achètent le livre sans faire partie des clubs et des associations... ils lisent ils n'ont pas d'à priori.

Bon, pas très grave, wink mais moi je revendique le droit à une chose : la différence, le droit pour le "créateur" (soyons modeste nom de D...) fou à faire autre chose, à sortir des sentiers battus, à faire qq chose d'inclassable fou et je sais que parfois, il faut assumer le risque de ne pas être suivi...
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 28 Jan - 13:45

Assez d'accord sur ce coup-là avec JBSH.
Si on refuse de suivre ACD, si on refuse le terme de "pastiche", dans ce cas pourquoi rapatrier l'inspecteur Lestrade dans l'histoire ? Ce personnage est
canonique au même titre que Holmes et Watson.
Sorti de là, je comprends JBSH : soit on admet le genre du pastiche - il existe depuis la nuit des temps, La Fontaine a pastiché Esope via ses Fables etc...- soit
on écrit tout à fait autre chose avec des personnages inventés de toute pièce.
Idem Thierry quand tu cites Christie et Leblanc : tes exemples sont malvenus car les personnages, qu'ils arrivent dès le début ou à la fin restent la propriété
de leur auteur. Lequel peut en faire ce que bon lui semble.

Je n'ai pas écrit que des pastiches, loin de là. Mais je n'ai pas eu honte de l'avoir fait. J'adorerais être assez connue pour que l'on pastiche l'un de mes
bouquins, c'est à mon avis un hommage que l'on rend à l'auteur.
Par contre, je n'aime pas les parodies - du moins pas celles exercées à l'encontre d'écrivains de qualité. Se moquer méchamment de Holmes et de Watson, les ridiculiser, en faire de vulgaires tantouzes, par exemple, me semble inadmissible.
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 28 Jan - 16:44

J'ai relu mon message à l'instant et j'avoue que j'ai du mal à m'expliquer ta réaction désolé
Citation :

tu n'as pas le droit de mettre Holmes dans le titre... alors que SH résoud l'énigme ?
Jamais dit ça moi!
Citation :
tu ne trouves pas que c'est clair, si tu mets juste en dessous "une enquête de l'inspecteur Gregson" ? pourquoi ? tu ne veux pas qu'on change de point de vue ? c'est obligatoirement Watson qui doit raconter ? (ou Holmes?)
et encore moins ça pale

En revanche quand je lis
Citation :
mais je pense qu'il n'y a pas tromperie, puisque malgré les titres "SH et...". c'est bien précisé sur la couverture "une aventure de. l'inspecteur TRUC..".
je me dis que tu pousses le bouchon en te réfugiant derrière "le lecteur doit apprendre à lire..." mais bon, je n'y ai pas fait allusion...

Je n'ai jamais dit que l'on "n'avait pas le droit de.." et je ne le pense pas. Nous avons le chance de vivre dans un pays où on peut tout et le contraire de tout, c'est pas un problème.
Et je proteste je n'ai PAS d'aprioris contre tes livres mais contre les pastiches en général, parce intellectuellement l'idée me dérange. Cela ne m'a pas empêcher de lire celui de Tina et également "La maison de soie" ou encore ceux de Roueven... C'est juste que ce n'est pas ma tasse de thé non

Ce que j'ai dit c'est je trouvais ta démarche peu logique et contradictoire. Pour moi il n'est pas logique de refuser l'idée m^m d'écrire un pastiche et dans le m^m temps d'"emprunter" des personnages mondialement connus pour son histoire... c'est tout...
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 28 Jan - 17:33

je crois qu'on a un peu de mal à se comprendre, ce serait plus facile devant un verre et deux olives very happy

bon, je ne dénigre rien, ni les pastiches, ni rien, je dis qu'on a le droit de faire AUTRE CHOSE.
qu'on a le droit de sortir du formatage...

des auteurs connus, des Nothomb, Vargas, qui vous voulez, sont tenus de faire du Nothomb, du Vargas, parce que le lecteur attend ça, que l'éditeur attend ça, que l'auteur a tracé une ligne et quil peut ensuite difficilement en sortir. Les gens comme nous qui n'ont pas d'enjeu et à qui un éditeur bienveillant laisse toute sa liberté peut sortir des clous. pour moi, l'écriture est plutôt un laboratoire, qui permet des expériences d'écriture différentes. C'est ça qui m'intéresse. Comme je sais que je n'ai pas grand chose d'autre à en attendre, je prends mon plaisir à faire des expériences. Ce qui est très possible, c'est que je n'ai pas le talent necessaire pour les imposer... rire

Maintenant, je suis d'accord avec vous, pas question de dénaturer le travail d ACD. Oui, on peut aussi écrire tout à fait autre chose si on ne s'y retrouve pas. C'est ce que je repproche à la série "elementary" : je ne m'y retrouve pas, ni sur l'univers, ni sur les personnages. Si tu veux que Holmes ait des parents, que Watson soit une femme, alors fais ta série... Je suis choqué d'entendre dire Holmes à Watson "j'avais deviné dès le début" (dans le pilote) alors que je suis resté sur la phrase d'ACD "je ne devine jamais".

Mais je prétends humblement respecter l'univers de l'auteur. Mon ami F Pardeilhan a trouvé une entrée, pour le personnage : il le prend ado, et à Pau. Moi, je raconte les aventure de Gregson, ou de Lestrade. certains ont raconté les aventures de Wiggins, ou d'Irène Adler. Ont-ils eu tort ? Je ne fais pas autre chose ... Serait-ce à éviter PAR PRINCIPE ?

Tina, si tu n'aimes pas la parodie, les hommes barbus vont te dérouter : c'est une parodie !!!! mais je suis d'accord avec toi, je n'aime pas l'idée d'un SH hosexuel, par ex... ou de choses qui dénaturent le travail du créateur original. Non, ma parodie à moi, c'est plutôt dans l'esprit Veys et Baral. Tu n'aimes pas ?

Bon, je pense le sujet clos, là... parce qu'il est difficile et qu'écrire sur un forum ne permets pas toujours la nuance, c'est pour ça que je dis que ce serait plus facile avec un verre et deux olives cool
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 28 Jan - 20:24

Thierry, j'ai cru comprendre ce que JBSH voulait dire. Tu disais plus haut ne pas faire de pastiche et refuser d'imiter ACD.
Or, en reprenant ne serait-ce que le personnage de Lestrade, tu restes dans le pastiche. Et puis, pourquoi pas ?

Par ailleurs, je n'ai rien contre un humour très particulier. Je risque donc d'apprécier tes "hommes barbus", tant que cela ne sombre pas dans le
règlement de compte sordide.

Idem quand tu parles des Nothomb et Vargas. Ils ne sont pas obligés de "faire" un genre, ils SONT un genre, nuance. Je ne crois pas que Nothomb ait
à se forcer à coller à un genre. Elle écrit très certainement spontanément ses histoires amphigouriques, c'est son style, point barre. Si ça n'avait pas
marché, elle n'aurait pas changé de style pour autant.

Et ne crois pas sortir des clous en mettant Lestrade sur le devant de la scène. Cela reste un fragment d'histoire canonique, donc, cela reste un pastiche.
Il n'y a pas de mal à ça. J'ai travaillé dans l'édition et crois-moi, n'importe quel éditeur ADORERAIT avoir une histoire qui sorte des clous, comme tu dis.
J'ai été amenée à lire des manuscrits d'une indigence telle que je vais finir par avoir une pensée émue pour la production de Nothomb. Eh oui, on en est
là.

Et oublie le grand public. Il ne sait RIEN. Hormis une poignée de vrais amateurs de lecture - comme il y en a ici - la plupart des gens seraient incapables de
résumer correctement un de tes livres. J'ai fait le test plein de fois. Ils lisent un truc, mais tout ce qu'ils retiennent c'est : vais-je avoir la cote si je cite cet
auteur à la soirée de Bidule ?

J'ouvrirai un fil pour commenter tes Barbus. Je suis persuadée que je vais bien m'amuser, même si mon cher Holmes n'est pas forcément le plat de résistance
de l'histoire - on peut aussi être heureux pendant le Carême, n'est-ce pas ? cool
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 29 Jan - 7:58

moi je dis aussi "on peut aimer le sucré et le salé" pouffe

Hitchcock a dit un jour, pendant le tournage de Vertigo, à Kim Novak qui cherchait plein d'explications psychologiques à son personnage "vous savez, ce n'est qu'un film".

c'est pas une mauvais réponse. Nous, on ne parle que de livres, le principal c'est le plaisir de la lecture. Et ça reste une chose très personnelle, très individuelle cool
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 30 Jan - 16:45

ça y est j'ai commandé "les aventures alsaciennes" à mon libraire Ok 10 jours, qu'il a dit fan
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 30 Jan - 18:38

Whaaaa Thierry ! C'est pas vrai ! Dix jours ? Dis donc, ton libraire, il est livré en brouette ? Tu me diras, d'Alsace en Bretagne, il fait fort, quand même !
Pourquoi n'es-tu pas passé par Amazon ? Ca va bien plus vite. Si tout va bien, j'aurai le tien demain ou après-demain. Et j'aurai lu ça en une soirée.
Que veux-tu, dès qu'il y a de la sherlockerie, c'est englouti illico ! fou
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 30 Jan - 19:14

avant amazone, je privilégie le commerce local, 3 libraires ont fermé à Pau en3 ans, j'ai pas envie de voir fermer un 4ème... whistle
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 1 Fév - 13:53

Donc tu habites à Pau ? Je ne sais pas pourquoi je croyais que tu étais Breton...
Oui, nous avons le même problème en Alsace. Quand j'étais en Angleterre, j'ai remarqué que c'était encore bien pire : pas de librairie du tout ! Je suppose que les
lecteurs commandent tout via le net. C'est un peu triste, car rien ne vaut une bonne discussion avec un bon libraire. Une denrée rare.
Il y a bien une librairie près de chez moi, mais je n'aime pas les jeunes qui y travaillent. Ils se fichent éperdument des bouquins et quand quelqu'un cherc he une
idée de cadeau, on lui fourgue le dernier Nothomb.
As-tu lu Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson ? Si tu aimes l'humour délirant, tu adoreras ! Il est sorti en poche, tu devrais
l'acheter (chez ton libraire, of course !) wink
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 1 Fév - 17:06

oui, je suis de Pau, dans yhierry64, le 64 c'est mon département... pas mon âge big smile

à part ça, j'ai offert le vieux qui... à ma femme pour Noël mais je me demande si je ne suis pas encore un peu jeune pour le lire... Holmes
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 1 Fév - 19:15

MDR Thierry !
Parce que ton épouse est centenaire ? big smile
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 1 Fév - 20:00

rire c'est certain les femmes sont plus matures et les hommes de grands gosses, heureusement qu'elles sont là pour veiller sur nous (ne sont-elles pas notre avenir, d'après le poête ?)
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro



Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 71

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 11:47

Oui, oui, l'épouse "ange du foyer", et tout. C'est très victorien, ça. Grace Dunbar incarne cet idéal féminin dans L'Enigme du Pont de Thor (excellent épisode Granada) Si vous voulez bien, on va laisser cette vision aux contemporains de Conan Doyle.
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 13:43

Bien d'accord French cool et j'ajouterai qu'il n'y a pas de honte à avoir 64 ans Thierry. Tu y viendras, comme tout le monde rire du moins c'est tout le mal que je te souhaite Hello!

Les librairies, par chez moi, ça existe encore mais c'est vrai que pas mal de vide a été fait; enfin moins tout de m^m que pour les merceries qui, elles, ont complètement disparu.

Ha lala les femmes ne sont décidément plus ce qu'elles étaient et leurs savoirs ou compétences domestiques en ont pris un sacré coup dans l'aile pouffe

Tina
Citation :
Thierry, j'ai cru comprendre ce que JBSH voulait dire. Tu disais plus haut ne pas faire de pastiche et refuser d'imiter ACD.
Or, en reprenant ne serait-ce que le personnage de Lestrade, tu restes dans le pastiche. Et puis, pourquoi pas ?
Absolument, Tina Pourquoi pas? Ce n'ai pas ce que je conteste, je veux dire le droit de faire un pastiche. C'est effectivement que je ne trouvais pas ta démarche, Thierry, logique... Après si tu as envie d'appeler cela autrement ben...si tu veux; y a pas mort d'homme. Mais je ne vois pas ce qu'il y a de grave à se dire que l'on en fait un.
Tu sembles avoir autant de réticences que moi avec ce genre littéraire au fond...
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 16:13

C'est affreux à dire, mais des tas d'hommes ont encore une conception très victorienne du rôle de la femme. J'aime bien regarder des films qui
retracent une certaine époque, mais je n'ai aucune nostalgie pour les contemporains de Sherlock Holmes. Quand on voit ce que les femmes
devaient endurer, la nécessité d'être mariée pour avoir un statut social, les corsets (dans tous les sens du terme, brrr) et les codes vestimentaires
hyper stricts, non merci. Je suis bien contente d'être née au 20e siècle, même si j'ai de la sympathie pour les messieurs bien éduqués et galants mdr

JBSH : figure-toi qu'il y a encore une mercerie dans le patelin voisin du mien, un truc tout neuf et mignon, géré par une jeune femme tout à fait
moderne. J'aime coudre, alors j'y achète parfois du fil ou des boutons pour relooker un vêtement.
C'est le paradis des commères de tous âges, on veut y passer en coup de vent, on y reste une heure ! La mercière a d'ailleurs suggéré de servir
des cafés aux clientes, vu qu'elles adorent traîner chez elle. Le commerce de proximité a encore du bon ! smile
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 16:34

Sans compter qu elles étaient tout simplement considérées comme irresponsables au sens juridique du terme: pas de compte en banque, autorisation du mari pour travailler et impossible d'élever seule l'enfant qu elle venait de mettre au monde!
rire Oui, on est passé d'un besoin économique à un loisir source de rencontres. Ma mère a cru devoir m apprendre à coudre et à broder. Je fais partie de ces femmes qui peuvent faire un dessus de lit des rideaux un ourlet dans les regles, changer une fermeture éclair et réajuster une jupe, tricoter crocheter ou broder. Pour cette dernière activité malheureusement mes yeux me font cruellement défaut...

Mais je n'en ai plus guère le loisir, le tout-fait revient tellement moins cher que le fait-mains...un comble!
Revenir en haut Aller en bas
thierry64



Inscription : 05/10/2012
Nombre de messages : 36

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 19:11

je ne dirais rien sur les femmes, comme à mon sens, les individus sont égaux, je n'ai donc rien de spécial à commenter...

je viendrais peut-etre à 64 ans, comme j'arrive à 54 et que je commence à avoir mal partout, je ne suis pas pressé rire

quant au mot "pastiche", on n'y met pas tous le même sens... pour moi, un pastiche est une reproduction fidèle de l'oeuvre de l'artiste. SH et les hommes barbus sont écrits à la troisième personne, et pas à la manière d'ACD, à mes yeux ce n'est donc pas un pastiche... Holmes
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 19:42

"Le vieux qui ne voulait pas fêter..." de Jonasson, je l'ai lu et j'ai hurlé de rire. Faut le second degré et ne pas le prendre au sérieux, sinon, ça foire.

Si j'habitais en France, j'irais à Lyon, juste pour le numéro du département !! rire

Bon, j'arrête le HS et je passe à un ouvrage sur La Science de Sherlock Holmes : Les débuts de la science criminelle de E.J Wagner.

Pour quelqu'un comme moi qui aime Holmes et la science légale, c'est du petit lait !! Ma critique est dans le lien qui se trouve dans le titre...

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Frenchaccro



Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 71

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 2 Fév - 19:51

jbsh a écrit:
Sans compter qu elles étaient tout simplement considérées comme irresponsables au sens juridique du terme: pas de compte en banque, autorisation du mari pour travailler et impossible d'élever seule l'enfant qu elle venait de mettre au monde!
rire Oui, on est passé d'un besoin économique à un loisir source de rencontres. Ma mère a cru devoir m apprendre à coudre et à broder. Je fais partie de ces femmes qui peuvent faire un dessus de lit des rideaux un ourlet dans les regles, changer une fermeture éclair et réajuster une jupe, tricoter crocheter ou broder. Pour cette dernière activité malheureusement mes yeux me font cruellement défaut...

Mais je n'en ai plus guère le loisir, le tout-fait revient tellement moins cher que le fait-mains...un comble!
Alors, tu ne te vois pas en Grace Dunbar dans Le Problème du Pont de Thor? Je ne peux pas dire que ça m'étonne, Tina...
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 3 Fév - 13:45

Frenchaccro, tu parles de l'indépendance d'esprit de Grace Dunbar ? Mais oui, des femmes comme elles ont bien existé, et ce à toutes époques. Mais
c'était plutôt rare et mal vu. Encore aujourd'hui, quand j'ai l'audace d'avouer qu'avoir des enfants ne m'a jamais intéressée, j'ai souvent droit aux remarques
indignées de bonnes femmes qui croient qu'enfanter est le but ultime d'une femme. Si c'est le souhait de beaucoup de femmes, pourquoi pas ? Mais avoir
le droit de choisir sa destinée est aussi un droit, que je sache.
Si la condition féminine n'a pas évolué des masses, c'est aussi en partie la faute des femmes. Elles se flinguent les unes les autres et ne font pas grand-chose
pour faire avancer une réelle égalité entre hommes et femmes.

@Belette : ta critique élogieuse m'a donné envie de commander ce bouquin ! Il m'a l'air d'être fantastique et même si Sherlock n'y apparaît pas forcément,
c'est le sujet qui m'attire !
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro



Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 71

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 3 Fév - 18:36

[quote="TinaSherlockina"]Frenchaccro, tu parles de l'indépendance d'esprit de Grace Dunbar ? Mais oui, des femmes comme elles ont bien existé, et ce à toutes époques. Mais
c'était plutôt rare et mal vu. Encore aujourd'hui, quand j'ai l'audace d'avouer qu'avoir des enfants ne m'a jamais intéressée, j'ai souvent droit aux remarques
indignées de bonnes femmes qui croient qu'enfanter est le but ultime d'une femme. Si c'est le souhait de beaucoup de femmes, pourquoi pas ? Mais avoir
le droit de choisir sa destinée est aussi un droit, que je sache.

En fait, Tina, Grace Dunbar me paraît le modèle de l'idéal féminin victorien. C'est "L'ange du foyer": pudique, bonne, parfaite. Et britannique bien sûr.Conan Doyle lui oppose Maria Gibson, l'épouse de Neil Gibson, la femme des tropiques, toute sensualité etc.Et bien sûr Grace Dunbar conquiert le coeur de Neil Gibson, qu'elle conduit sur le chemin du bien...Moi, ça me gonfle!
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 3 Fév - 19:41

Frenchaccro, cela fait un moment que je n'avais pas revu Le Pont de Thor. J'en ai gardé une image différente, c'est curieux, n'est-ce pas ? Car Grace Dunbar
était d'abord la gouvernante de Gibson, donc une femme salariée, non ?
Maintenant, son côté "ange du foyer" est en effet gonflant. Mais ACD est né à une époque qui encourageait ce type féminin et je ne crois pas que ses romans visaient à encourager
l'indépendance physique et morale des femmes... rire

On pourrait dire la même chose de son personnage fétiche, Sherlock Holmes. Dans un documentaire de la BBC, des fans du personnage s'étaient penchés
sur le fait que ACD ait créé un homme aussi distant, visiblement peu enclin à vivre comme tout le monde et farouchement opposé au mariage. En fait, d'après
l'un des chroniqueurs, ACD aurait créé ce personnage en réaction à l'image désastreuse qu'il avait de son père, un artiste alcoolique et dépendant de son
épouse, donc sans aucune maîtrise de lui-même. Je comprends ACD à 100 pour 100. J'ai eu droit à un père tout aussi épouvantable, bien que pas alcoolique
ni dépendant de ma mère mais incapable de maîtriser ses émotions et provoquant constamment des disputes monstrueuses.
J'ai été émue par ce reportage, car il disait énormément de choses sur ce qu'a pu vivre l'auteur. Si j'ai tellement de sympathie pour Sherlock, c'est en partie
pour les mêmes raisons que ACD : maîtrise et destin singulier, tout ce que j'apprécie chez un homme !
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 4 Fév - 10:29

Nous avons tous un destin singulier, chère Tina, et c'est heureux. Je dirai que celui de Holmes est exceptionnel au sens rare. Quand à la maitrise que lui a offerte Doyle, c'est à mon sens d'abord et surtout le reflet d'un siècle où elle était prônée comme seule valeur digne d'un adulte accompli, surtout chez un homme mais pas seulement. Une femme devait également savoir se maitriser, mais la société était plus indulgente envers elles qu'envers les hommes, les considérant comme difficilement adultes parce que bien trop sensibles et sujettes aux émotions qui leur brouillent l'esprit et le jugement...
Par ailleurs je n'ai jamais pensé que Holmes fut contre le mariage. Il se moque parfois et tente de convaincre son ami d'y échapper d'une manière d'ailleurs très discrète. Mais c'est par pur égoïsme, pas parce qu'il est contre le principe. Enfin à mon sens.
Je n'ai pas entendu ce reportage, mais j'imagine qu'une personne ivre doit effectivement faire bien des ravages. Mais là il s'agit d'un malade, dont les actes ont un impact majeur surtout sur la construction et la vision du monde des adultes d'un enfant. C'est toujours extrêmement douloureux. Avec l'âge et le temps, ceux qui ont de la chance pourront sans doute faire la part des choses et pardonner à ce parents en le regardant comme il faut, comme un malade. Mais c'est une chose difficile, j'en conviens.
Ceci dit nous devons tous un jour remettre à leur place ces êtres qui nous ont élevé, les faire descendre de leur piédestal, les désacraliser et leur rendre leur humanité. Quand c'est fait nous pouvons alors nous libérer ...je crois.
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 4 Fév - 19:53

mdr On s'égare, on s'égare ! Pas dans le fog londonien mais dans les HS !!

Contente si ma critique vous donne envie de le lire, merci Tina !

PS et HS : Tina, moi aussi, je n'ai jamais voulu d'enfant et évidemment, nous sommes égoïstes... à une qui me dit un jour "mais c'est de l'égoïsme" je lui répondis "égoïste de quoi ? D'un être qui n'existe pas ? C'est impossible" Tu peux lui parler aussi des tas des futurs enfants qui ont terminé au fond d'un préservatif ou d'un mouchoir kleenex ! rire
Certaines me disaient même que je considérais mon chien comme mon enfant. Je répondais toujours que pour une qui ne voulait pas d'enfant, c'était illogique et assez paradoxal de considéré un chien comme un enfant. Ce fut un compagnon poilus sur de longues années, une présence, un gardien, mais pas un gosse !

Rhââ, toujours se justifier !
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 10:56

Hello Belette
Tu ne peux pas savoir comme tu m'as fait du bien avec ton HS ! Dylan ne va certainement pas venir nous matraquer ! lol
Oui, j'ai eu le même problème que toi et ça m'a énormément fait souffrir. Non pas le fait de ne pas avoir eu d'enfant - je ne l'ai jamais regretté, bien au
contraire ! - mais celui de devoir, comme tu dis, constamment me justifier pour ce choix considéré comme "hérétique".
Que dire des 220 000 avortements qui se pratiquent tous les ans en France ? Je suppose que parmi ceux-là, il doit bien y avoir un refus d'enfant, non ?
Je ne sais pas si j'en ai parlé ici, mais j'ai eu droit à une hystérectomie en juillet dernier. Là seulement le gynéco a constaté que je n'aurais de toute
façon pas pu avoir de gosses. Aussi étrange que cela puisse paraître, cela m'a immensément soulagée ! Car pendant des années, j'en étais arrivée à
mentir aux effrontées qui me reprochaient mon manque d'appétit pour la procréation en disant que je ne pouvais pas en avoir. En fait, je disais la
vérité sans le savoir !!! Génial, non ?
Tu as parfaitement le droit de ne pas vouloir d'enfants. Si tu es heureuse avec ton chéri, c'est le principal. Tu as le droit de décider de ce qui est le
meilleur pour toi et ta vie de couple. Si ton conjoint est d'accord, où est le blème ?

Tu vas hurler de rire, mais si tu savais ce que certaines imbéciles m'ont sorti pour justifier la nécessité d'avoir des gosses, tu te demanderais, à juste titre,
si ces bonnes femmmes sont encore saines d'esprit. Je te cite, en vrac, le best of :
- ne pas enfanter encourage le cancer de l'utérus (vois Mère Teresa, Soeur Emmanuel, âges canoniques et nada au niveau utérin...)
- une femme sans gosse n'est qu'une demi-femme, donc rien du tout.
- une femme sans gosse devient dépressive après 40 ans (sorry, mais j'ai pris mon pied à cet âge-là !)
- faut bien quelqu'un pour payer les caisses de retraite (sorry bis, je paye de ma poche, lol !)
- un couple sans enfant c'est triste !

Mon séjour anglais m'a en tous cas confortée dans mon opinion sur trop de Français : en Angleterre il existe une race de gens nommée DINKS (Double Income, No Kids).
Les brits acceptent cela comme un choix de vie. Ils ne condamnent pas. Le plus amusant, c'est que ces fameux DINKS s'investissent pas mal dans l'humanitaire,
voyagent beaucoup et essayent d'aider les gens qui sont moins bien lotis qu'eux. Cherches l'erreur...
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 12:27

C'est idiot de faire des histoires aux personnes qui font ce choix, homme comme femmes d'ailleurs, parce que certains hommes aimeraient faire ce choix et faut bien dire qu'ils sont bien moins libres que nous de ce point de vue...
J'ai eu des enfants que j'ai voulu. Il aurait fait beau voir que l'on m'en empêche, je veux dire j'aurais vécu cela fort mal. Je ne vois pas pourquoi il faudrait mettre l'anathème sur celles et ceux qui font le choix inverse. C'est une chance que nos sociétés occidentales nous ont donnée, ou que nous avons acquise, qu'importe. ALors après faire des histoires aux gens...ce n'est pas logique. J'aime à penser que ces personnes au jugement péremptoire ont finalement été rares m^m si ce sont celles qui vous laissent le plus de souvenirs. C'est faire fi de celles qui n'en n'ont rien dit, je suppose. Ce que j'espère aussi c'est que ces justifications que vous vous etes astreinte à donner n'ont rien à voir avec une éducation culpabilisante qui vous pousserait à leur donner un peu raison et donc à vous défendre. mécontent
Perso si cela avait été mon choix je sais que j'aurais été assez sèche avec "parce que c'est mon choix, fin du débat." Mais je ne suis pas quelqu'un de très sympa, surtout avec les mentalités concierges.
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 13:38

JBSH, tu fais bien de remarquer que pas mal d'hommes se seraient bien passés des enfants, s'ils avaient réellement eu le choix, ou bien s'ils s'étaient montrés plus
déterminés sur ce sujet. Mon père, par exemple. Comme tu le disais plus haut, je ne vais pas faire son procès, je suis très réaliste (trop !) vis-à-vis de ça. Mon père
était un homme plutôt intelligent, plutôt bel homme, bref, il avait tout pour réussir et être heureux. Il adorait la mer, les voyages. Il aurait aimé entrer dans la marine
mais ne l'a pas fait, pour je ne sais quelle raison. Il n'était pas fainéant, il avait des idéaux, tout pour avoir une vie agréable.
Sauf qu'il est tombé sur ma mère à un âge très tendre, laquelle
lui a pourri la vie dans les grandes largeurs. Ma mère était la plus jeune de quatre filles. Elle avait fait le pari idiot de se marier la première. Elle a donc sauté à pieds
joints sur mon père et s'est arrangée pour être en cloque afin que le brave homme l'épouse - elle avait bien étudié le terrain et n'était pas tombée sur un salaud !
Elle a pourtant eu un avertissement que moi, à sa place, j'aurais saisi au vol : leur premier enfant est mort à deux mois pour je ne sais quelle raison. A sa place,
j'en aurais profité pour mettre fin à cette union hypocrite. Mais non. Elle ne savait pas quoi faire, alors elle est restée. Elle a eu ensuite deux filles - l'une d'elles est
décédée aussi puis, pendant seize ans, rien. Elle avait réussi à imposer sa volonté de ne plus avoir d'enfants, ce que je trouve très bien, vu les dégâts provoqués
par son union ridicule. Mes parents ont probablement vécu le meilleur de leur mariage à ce moment-là. Mon père gagnait bien sa vie, ma mère n'avait pas besoin de
travailler, ce qui lui convenait parfaitement. C'était sans compter sur le démon de la paranoïa dont mon père souffrait et qui ne s'était révélé que par tranches.

Quand ma soeur aînée fut ado, mon père est devenu fou furieux. Il la faisait surveiller dans la hantise qu'elle ne fréquente des garçons, il enfermait ma mère à clé
dans le logement car il avait cru qu'elle sortait avec un voisin, etc... Alors, il lui a imposé une nouvelle grossesse, 16 ans après ma soeur. Elle avait refusé, il a parlé
de divorce. Là encore, j'aurais dit "chiche". Elle, toujours victimaire, a dit oui. Et je suis née...

Mes parents ont divorcé cinq ans après ma naissance et après des conflits inimaginables, prenant les gosses en otage, la famille, faisant des menaces pas possibles.
Bref, je suis née dans un contexte affreux. Des tas de fois, ma mère avouait en toute franchise qu'elle aurait préféré partir en Suisse pour se faire avorter.
Car, pour son plus grand malheur, je ressemblais à mon père, tant au moral qu'au physique. Comme lui, je rêvais d'une vie libre et sans contrante. Sauf que j'ai fait ce
que j'ai voulu et pas lui.

JBSH , je n'ai jamais critiqué une femme qui voulait des enfants, en a eu et a fondé un foyer. Alors pourquoi certaines se sentent-elles autorisées à juger mes choix ?
Tu sais quoi ? J'ai fini par comprendre que mes propres parents étaient jaloux de moi, de mon indépendance d'esprit. Je me suis disputée affreusement avec eux,
mais je n'ai jamais cédé à leurs exigences ridicules. Quand je fréquentais un garçon, c'était chaque fois le cirque : quand vas-tu l'épouser ? Devenir mère ? Sois sérieuse,
deviens adulte !
Tu penses bien qu'ils ont eu droit à leur bio atroce. Je leur ai rappelé que leurs plus beaux moments ont été ceux où ils en avaient fini avec les gosses. Ils avaient ma
soeur, c'était suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 19:11

j'ai toujours pensé que pour élever un enfant, fallait faire ça avec sérieux. Un enfant pour s'en foutre, non merci. Bon, ça m'a jamais intéressé, j'avoue aimer cette liberté qui ne me lie à quasi rien après le travail : pas de gosses à reprendre, de devoir à faire et tout le tralala. Pire, je n'ai jamais eu envie de gazouiller au-dessus d'un nouveau né. Néant.
Le pire vient des femmes qui font des enfants et les éduquent au coca-chips-télé et ne s'en occupe pas ou peu. ça m'énerve ! Mais nous, celles qui n'en veulent pas, faut toujours se justifier ou pire, passer sur le divan du psy avec des gens qui te demandent si tes parents ont été brutaux ou n'importe quoi d'autre. Rien à voir mais ça fait monter la rage. J'en connais une qui pour finir a menti et dit qu'elle ne pouvait pas en avoir... alors, elle m'a dit que là, les gens fermaient leurs gueules.

On n'est pas la moitié d'une femme, on se fiche des retraites, il n'y aura plus de sous pour payer les nôtres et les assurances chez nous n'ont plus un balle pour payer les pensions complémentaires (notre argent a disparu), pour la dépression, je suis blindée, j'ai un stock de blagues et des bédés marrantes, nous ne sommes pas tristes mais je pense que certaines nous envieraient peut-être... non, pas toi jbsh, tu as fait ton choix et tu as bien fait, faut toujours suivre ses choix, sinon, c'est l'horreur. Je pense que bon nombre ont fait des enfants parce qu'il fallait bien et que les conventions sociales les poussaient à cela. C'est dommage.

Dyan va hurler au hors sujet
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 19:38

Afin de ne pas faire que du HS, je vous signale ce que j'ai appris sur le forum de la SSHF au sujet de la sortie de :

Les aventures de Sherlock Holmes, Tome 4 : Aux portes de l'enfer

Auteur : Andrew Lane

Éditeur : Flammarion (2013)

Résumé : Suite à la disparition d'Amyius Crowe et de sa fille Virginia, Sherlock et Matty se rendent à Edimbourg. Ils y retrouvent Crowe, caché dans les montagnes car poursuivi par le mafieux MacFarlane. Une aventure où surgissent des morts-vivants.

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 19:47

Justement Belette, c'est ça qui est rageant ! Devoir mentir pour justifier quelque chose de tout naturel.
Tout comme JBSH, mon frère est père, mais d'un seul enfant qu'il adore, une fille super, drôle, bien élevée et franchement passionnante à écouter.
Lui et son épouse ont fait ce choix de n'avoir qu'un enfant. Figure-toi qu'il y a eu des débiles profonds pour le leur reprocher sous le prétexte tout
aussi débile qu'un enfant unique sera malheureux, ne se réalisera pas sur le plan de sa sociabilité et autres conneries.
C'est lassant à la fin d'entendre des horreurs pareilles !

Ce que tu dis à propos des gens qui font des gosses pour les caisses de retraite est exact ! en France aussi, nous finirons par devoir tout payer
nous-mêmes - c'est déjà le cas, vu les pensions misérables qu'on verse à des personnes qui ont bossé pendant 42 ans. Alors encombrer la planète
de nouveaux malheureux sous le prétexte que "c'est bien" est à mon sens encore plus égoïste que de vouloir renoncer à la maternité.
Combien de gosses ignorés, maltraités, foutus dans un congélo, abandonnés, tués, harcelés, brimés ?

Dyan ne semble pas réagir à ce méga HS !

Pour revenir au sujet holmésien, imaginons le pire, Holmes en père de famille qui rentre à la maison après une journée bien remplie à enquêter avec Watson.
On va donc se farcir le petit dernier - forcément précoce - qui bouffe la loupe de son père en poussant des cris de huron sur le sentier de la guerre. On va
endurer la pénible séquence "émotion" avec papa Holmes qui bave les poncifs du genre, la larme à l'oeil : "Oui mon enfant, la vie n'est pas facile, mais je suis
là pour te protéger, je t'aiiiiiime mon gosse, ma fille, mon fils, mon bou de chou". Mme Holmes qui se plaint de son pouvoir d'achat en berne, du prix des Pampers
qui a encore flambé. Ce à quoi Holmes-le-père-idéal de répondre : "mais ma chérie, nos enfants sont notre richesse, ne nous plaignons pas de ce cadeau de
Dieu !"
Et le héros, il est où bordel ? grrr
Bon j'arrête, sinon on va encore se fâcher... big smile
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 5 Fév - 20:28

PTDR !

Dyan étant absente, voilà pourquoi les fouets n'ont pas encore surgit...

J'ai compris une chose, les gens qui n'ont qu'un enfant, soit c'est un choix, soit c'est qu'ils n'ont pas su en faire un second. Je sais aussi une autre chose, faut parfois fermer sa grande gueule. Dans la famille, un couple mettait du temps pour avoir son premier enfant et mon père et moi les avions taquiné sur l'air du "tu n'as pas trouvé le mode d'emploi" ou autres conneries du genre qui nous faisaient rire car nous ne savions pas... nous ne savions pas qu'ils avaient du mal à avoir un enfant et qu'il faudrait passer par de la in-vitro. Le jour où nous l'avons su, ma mère nous a regardé en hochant la tête tandis que nous regardions nos souliers, nous demandant s'il n'y avait pas un vieux trou de souris au fond du grenier pour aller nous cacher.

Plus jamais je n'ai fait ce genre de blague, mon père non plus. On a dû leur faire du mal sans le vouloir, avec nos plaisanteries à la con. Depuis, quand couple sans enfants, je ferme ma gueule.

Holmes papa ou mais pas en papa comme tu le décris, plus ferme, moins gaga ou alors, en cachette, quand le petit bout dormirait, et encore, juste deux secondes. Il apprendrait à faire péter toute la rue avec de la chimie ou à ridiculiser Lestrade. Maman se moquerait des pampers qui flambent car pas victorien, le pampers, problème résolu. rire

A quatre ans, il lui offrirait un rossignol pour ouvrir les serrures et à 14 un révolver pour faire d'autres trous aux murs. ça c'est un héros !
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 6 Fév - 14:07

Dyan n'étant pas là (dépêche-toi de revenir, tu nous manques ko ) et le sujet m'intéressant, je vous propose d'aller dans bla bla hi!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Aujourd'hui à 12:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Personnage] Sherlock Holmes, Harry Dickson, etc...
» Peterson Sherlock Holmes (Original). Laquelle est la plus belle?
» Sherlock Holmes : ouvrages dérivés (hors canon)
» Sherlock Holmes
» Géographie de Sherlock Holmes (Les moutons électriques)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM JEREMY BRETT :: SHERLOCK HOLMES ET SES ADAPTATIONS-
Répondre au sujetSauter vers: