Planète Jeremy BrettAccueilS'enregistrerConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 2 Mai - 20:43


Titre : Wiggins et le perroquet muet

Auteur : Béatrice Nicodème
Édition : Syros

Résumé :
"Je ne sais pas comment fait M. Sherlock Holmes, mais tout ce qu'il touche se transforme en roman. Le nom, déjà, Violet Juniper... Les Folies-Bergère... J'en oubliais de boire mon thé.

- Prêt pour une nouvelle aventure, Wiggins ? "

Non, Sherlock Holmes ne travaillait pas seul. De nombreuses énigmes ont été résolues grâce à Wiggins, un môme des rues de Londres. Cette fois, il enquête sur le meurtre d'une danseuse de cabaret et doit se faire embaucher chez un empailleur.


Critique :
Pour quiconque à lu le Canon Holmésien, "Wiggins" est à tout jamais lié à la bande de gamins des rues, déguenillés et nommé "Les Irréguliers de Baker Street" par Sherlock Holmes.

Cette bande de gamin des rues était utilisée par le détective pour les filatures ou autres renseignements. Ils apparaissaient dans "Une étude en rouge" et aussi "Le signe des quatre" et l'un se détachait du lot : Wiggins.

Le voici donc avec des ambitions : devenir détective lui aussi ! Ce qui ne sera pas facile car il a encore beaucoup à apprendre...

Bien que ce livre appartienne à la collection "Jeunesse", il peut être lu par un adulte sans que cela cause un problème. Très court, il correspondrait presque à la taille d'une aventure canonique classique.

Pas de temps mort et l'enquête se résout assez vite, sans se perdre dans des méandres inutiles.

L'auteur, contrairement à Conan Doyle, nous parle un peu plus de l'extrême misère dans laquelle certains enfants sont plongés : travail dur, le froid, le fait qu'ils ne mangent pas à leur faim tous les jours, pas d'école, ils vivent avec leurs parents dans des maisons en ruine, si pas des taudis,...

Elle nous parle du quartier mal fréquenté qu'est celui de Whitechapel (même si Jack a rendu son tablier de cuir), des pubs louches et mal-famés se livrant à des trafics en tout genre, du travail lourd et mal payé de la mère de Wiggins (elle cumule deux emplois, travaille dans le froid et dort 3h par nuit) des petits boulots que cumule Wiggins afin de pouvoir acheter du bois pour se chauffer, des chaussures pour sa mère.

Bref, de ce qui concernait une grande partie de la population londonienne !

Elle nous touche aussi un mot sur l'oisiveté ou les occupations inutiles des bourgeois par le biais des pensées de Wiggins. La fracture sociale est grande entre les différentes couches sociales.

La personnalité du grand détective est bien respectée et au passage, Wiggins se permet même d'égratigner un peu Watson avec le fait qu'il dénature les écrits de Holmes... Comme Holmes se plaisait lui-même à faire remarquer à son biographe !

L'enquête que Sherlock Holmes confie à Wiggins est faite pour lui et très plaisante à suivre : nous avons une charmante danseuse qui a été étranglée, un mec à la jambe de bois et le principal suspect fréquenterait le marché aux poissons où travaille la mère de Wiggins (dans le froid le plus polaire). Du tout cuit ? Ben non, Wiggins, pas si évident que cela. Faut pas croire que tout lui tombe tout cuit et qu'il ne fait pas d'erreur.

Pour pimenter le tout, nous sommes en plein hiver, les filatures et les planques de Wiggins sont rendues plus difficile à cause du froid et le pauvre se gèle les doigts de pied (et le reste aussi) à cause de ses souliers rempli de courant d'air.

Wiggins met le doigt sur une affaire complexe où un perroquet muet entre en scène !

Quand à cet empailleur, il est bizarre, non ?

Une lecture rafraichissante après une période "noire" ou juste pour le plaisir de suivre un gamin dans les ruelles sombres de Londres. La neige est comprise dans le prix.


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 2 Mai - 20:47

Titre : Wiggins et la ligne chocolat

Auteur : Béatrice Nicodème
Édition : Syros

Résumé :
Dans l'ombre de Sherlock Holmes, Wiggins rêve de devenir un grand détective. Quand sa mère est accusée à tort d'avoir volé des objets de valeur chez le comte et la comtesse Brazenduke, Wiggins court à son secours.

Ses soupçons se portent bien vite sur Marjorie, la fille des Brazenduke, qui semble avoir de drôles de fréquentations. C'est le début d'une filature mouvementée...


Critique :
Comme je l'expliquais, le personnage de Wiggins faisait partie de la bande de gamins des rues, "Les Irréguliers de Baker Street" et ils étaient utilisé par Sherlock Holmes pour des filatures (suivez un peu, dans le fond).

Wiggins veut sortir de son taudis, il aimerait lui aussi avoir chaud en hiver, en finir avec les courants d'air aux fenêtres, et pour cela, un métier le botte plus que celui de vendre des journaux à la criée dans les rues : devenir détective !

Va falloir continuer à apprendre, mon cher Wiggins, parce que tu te laisses souvent emporter sans réfléchir... Mais bon, faut lui pardonner, il n'a que 15 ans.

La mère de Wiggins est montée en grade et la voilà aide-cuisinière chez des riches : la famille Brazenduke. Wiggins est heureux pour elle car elle ne travaille plus dans le froid du marché au poisson.

Wiggins est resté seul dans leur chambre minable remplie de courant d'air et il continue de vendre des journaux dans la rue, tout en profitant pour nous décrire un peu plus les mauvaises conditions de vie des pauvres.

Aie, aie, aie, grosse catastrophe ! Sa mère vient lui demander son aide parce que des objets de valeur ont disparu chez les Brazenduke et, vous l'aurez deviné, on suspecte toujours le petit personnel, la nouvelle en première ! Pas directement, mais bon, on peut vous faire comprendre des choses sans vous les dire.

Si vous n'êtes pas familier des romans de l'époque victorienne ou que vous n'avez lu "que" Conan Doyle (qui reste muet sur les conditions de vie du petit personnel), c'est le moment d'apprendre que les domestiques étaient cantonnés dans le sous-sol dévolu au cuisine tandis que leurs maîtres avaient toute la baraque pour eux tout seuls.

L'auteur nous l'explique à travers les pensées de Wiggins : une fille de cuisine dans les chambres, ça se remarque autant qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine !

Wiggins va s'occuper de l'affaire, il élimine l'impossible et, ce qui reste, aussi improbable que ce soit, est forcément la vérité. Là, pas trop complexe, moi aussi j'avais deviné.

Il a repéré qui avait de drôles de fréquentations dans cette maison cossue. La filature commence et elle sera mouvementée... Heureusement, le grand détective n'est jamais loin et Wiggins pourra compter sur son aide.

Enquête sans temps mort, courte mais bonne (Canel, si tu me lis...). Agréable à lire et toujours un plaisir de retrouver mon détective préféré.


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 2 Mai - 20:51


Titre : Wiggins chez les Johnnies

Auteur : Béatrice Nicodème
Édition : Syros

Résumé :
À la fin du XIXe siècle, la vie n’est pas toujours rose dans les quartiers pauvres de la capitale britannique. Vendeur de journaux, le jeune Wiggins a eu la chance de sympathiser avec Sherlock Holmes et l’aide parfois dans ses enquêtes.

Lorsque l’apprenti-détective apprend que son fin limier d’ami est séquestré dans un pub louche, il échafaude un vaste plan de bataille…

Une intrigue trépidante, un héros astucieux et une bonne dose de suspense : voilà un roman policier qui ne manque pas de tonus !

Critique :
Wiggins l'a assez mauvaise : il a beau crâner devant Simpson et Jonathan, deux des plus anciens des "Irréguliers de Baker Street" en leur disant qu'il est sur une affaire top-secret pour Sherlock Holmes, tout cela n'est qu'esbroufe pour ne pas perdre la face et avouer que le grand détective n'a pas fait appel à ses talents depuis bien trop longtemps.

Pourtant, Wiggins a acquis ses lettres de noblesses en résolvant des affaires mais là, point de vue de Baker Street, c'est chômage technique pour l'apprenti-détective. Rien de rien... et s'il veut monter son affaire de détective, il doit gagner de l'argent pour quitter Whitechapel.

Le lendemain, il reçoit une bouteille de lait avec un message codé et notre jeune apprenti-détective met l'enseignement de Holmes à l'oeuvre pour le déchiffrer.

Bon sang ! Une fois décodé, notre Wiggins apprend que le fin limier de Baker Street est séquestré dans un pub louche. Il a beau lui en vouloir, il vole à son secours en échafaudant un vaste plan de bataille…

Holmes l'a dit et répété : les émotions troublent les déductions et Wiggins ne remarque pas ce qui est élémentaire et qui crève les yeux. Un détail m'avait frappé... Un, ce pouvait être une coïncidence (une coquille d'édition), mais 3, ce n'est plus du hasard !

Et puis, il y avait une grosse incohérence en plus...

Oui, Wiggins doit réfléchir et ne pas se ruer tête baissée sans avoir analysé les indices avec une tête froide ! Bon, il est toujours en apprentissage et les erreurs sont légions.

Pas trop grave, cela lui apprendra l'humilité (qu'il a dû perdre un jour) et cette histoire lui a permis aussi de se faire un ami : Louis, un jeune français exilé à Londres avec d'autres, le temps de vendre leur production d'oignons rouges. On les appelle les "Johnnies" qui veut dire "Jeannot".

Louis est un jeune garçon débrouillard qui n'a pas son pareil pour vous refourguer un chapelet d'oignons rouge. Il a de la suite dans les idées - plus que Wiggins, parfois - et lui aussi nous apprendra un peu plus sur la vie des pauvres des quartiers miséreux.

Présence aussi de Watson, mais le pauvre fera juste ronchonner Wiggins.

Une qui ronchonne aussi dès qu'elle voit le garçon, c'est la logeuse, madame Hudson, qui ne l'apprécie pas du tout. Wiggins nous le rappelle dans chacune de ses aventures.

Ce roman jeunesse possède une intrigue trépidante, pas de temps mort, des fausses pistes, des indices, des bars louches, un détective qui utilise son cerveau, un Wiggins astucieux malgré ses erreurs, une belle leçon d'humilité pour tous, la possibilité de bien se venger, un Watson et un Holmes "humains" malgré ce qu'en pense Wiggins et de l'amitié franco-anglaise.

L'auteur nous fait partager l'atmosphère sordide du Londres de la reine Victoria et Holmes est toujours bien campé.

Ah oui, j'oubliais la bonne dose de suspense. Gratiné aux petits oignons, ce roman. Oignons rouges en provenance de France, of course !


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 2 Mai - 20:54


Titre : Wiggins et les plans de l'ingénieur

Auteur : Béatrice Nicodème
Édition : Syros

Résumé :
Wiggins, jeune apprenti détective, est chargé par Sherlock Holmes de retrouver Richard Western, un dangereux fugitif qu'on soupçonne de s'être réfugié sur la côte bretonne.

Sur le bateau qui le mène en France, Wiggins est abordé par un individu inquiétant. Mais à son arrivée à Roscoff, les journaux lui apprennent que Richard Western vient d'être arrêté par Sherlock Holmes !

Qui est alors le mystérieux inconnu à l'œil de verre rencontré sur le bateau ? Une nouvelle enquête de l'assistant de Sherlock Holmes, parsemée de fausses pistes, de rebondissements et de vrais tueurs..


Critique :
Wiggins la trouve mauvaise... Lui qui était tout content que son ami Louis lui ait demandé de venir avec lui dans sa famille, en France, pour Noël, lui qui avait économisé chaque pièce pour se payer le voyage, voilà qu'il a tout perdu en se bagarrant avec une bande rivale. Tout ça parce que l'un des Irréguliers n'a pas aimé se faire insulter !

Alors qu'il ruminait sec, Sherlock Holmes vient lui confier une affaire de la plus haute importance : retrouver Richard Western, un dangereux fugitif qu'on soupçonne de s'être réfugié sur la côte bretonne.

YES ! Il peut donc partir en France avec Louis puisque le détective lui fournit l'argent du voyage. Tout content de partir sur une affaire, notre Wiggins.

Sur le bateau qui le mène en France, il se passe quelques bricoles louches et Wiggins est abordé par un individu inquiétant et à oeil de verre. Son enquête commencerait-elle déjà ?

Mais à son arrivée en France, les journaux lui apprennent que Richard Western vient d'être arrêté par Sherlock Holmes !

QUOI ?? Là, il fulmine sur Holmes qui a osé se payer sa tête et, une fois de plus, il ne réfléchit pas et c'est Louis, qui doit lui expliquer ce que lui a compris de la manoeuvre de Sherlock Holmes.

Wiggins aurait pu en rester là et profiter de son séjour aux frais du détective, mais alors, nous n'aurions pas eu cette petite enquête...

Heureusement qu'il nous reste l'inconnu à l'oeil de verre que nous avons croisé sur le bateau. Ah, ah, ah, Holmes voulait jouer au plus malin ? Et bien, notre Wiggins va remonter une piste pour prouver au détective qu'avec lui, on n'a pas le dernier mot.

Une nouvelle enquête mitonnée par l'auteur, parsemée de fausses pistes mais avec de vrais tueurs (en entier et pas en morceaux), un mort pour la garniture, des jolies filles en détresse, sans oublier les véritables morceaux de la vie telle qu'elle était à l'époque, saupoudré de rebondissements et enroulé dans un cornet de papier fait avec des vrais plans !

Je ne me suis pas ennuyée, pas eu le temps !


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 2 Mai - 21:03

Titre : Le mystère Sherlock

Auteur : J. M. Erre
Édition : Buchet-Chastel (2012)

Résumé :
Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street. Cet hôtel, charmant et isolé, a été coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche.

Personne n’imagine que, derrière la porte close, se trouve un véritable tombeau. Alignés dans les frigidaires, reposent les cadavres de dix universitaires. Tous sont venus là, invités par l’éminent professeur Bobo, pour un colloque sur Sherlock Holmes. Un colloque un peu spécial puisque, à son issue, le professeur Bobo devait désigner le titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…

Petit plus : Pour lutter contre la déprime ambiante, "Le Mystère Sherlock" est idéal. Les dix amateurs de Holmes, comme beaucoup de passionnés, sont de gentils farfelus. Ajoutez à cela qu’ils sont universitaires, et que l’auteur, qui connaît bien son monde, fait de ce microcosme un portrait fidèle et décapant. Hommage décalé à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, cette histoire de "chambre close" amènera aussi le lecteur, dans une perspective ludique, à s’intéresser au pouvoir de la fiction sur le réel.


Critique :
Bien des gens oublient que Holmes n'est pas qu'un détective, qu'un logicien implacable, qu'une machine à penser. Sherlock, c'est aussi un homme d'humour !

Je vous sens sceptique... Des faits ? Et bien, dans le Canon, il a sourit à 103 reprises, il a rit 65 fois, gloussé 31 fois, émit 58 plaisanteries et 59 mots d'esprit. Excusez du peu !

Durant ma lecture de ce livre, j'ai souri 336 fois, ri 126 fois, gloussé un nombre incalculable, à tel point que si j'avais voulu poster tout ce qui était drôle dans le livre, j'aurais 36000 citations à mon compte !

Ce roman trônait sur ma PAL depuis un certain temps mais je préférais attendre le bon moment pour l'ouvrir. Du genre "antidote après la lecture d'un roman sombre". Le jour de gloire de ce pastiche était donc arrivé.

Conseil, si vous êtes coincé des zygomatiques, réfractaire à l'humour "second degré", horrifié par l'humour noir et tétanisé par des bons jeux de mots, alors, ne le lisez pas.

Pour les autres, allez-y franchement et je vous assure qu'il ne faut pas connaître le détective de Baker Street pour apprécier l'essence du livre.

On pourrait le qualifier ce pastiche holmésien de "Dix petits nègres" en version humoristique. Si, si, je vous le jure : un huis-clos hilarant, désopilant mais qui arrive tout de même à vous faire frissonner à la fin.

La recette ? Vous prenez 9 amateurs de Sherlock Holmes, qui, comme beaucoup de passionnés, sont de gentils farfelus (ils sont de niveau 7 à 10 sur l'échelle Holmésienne*, tout de même).

Affublez-les d'un diplôme universitaire pour qu'ils se la pètent et réunissez tout ces zozos à Meiringen, en Suisse, à deux pas des chutes de Reichenbach, pour un colloque sur le détective londonien.

Promettez leur que l'éminent professeur Bobo veut désigner l'un d'eux comme titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne (le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer) et laissez-les exposer leurs nouvelles théories révolutionnaire sur Holmes. N'oubliez pas de les couper du monde durant trois jours à cause d’une avalanche.

Mélangez le tout, ajoutez-y de l'humour décapant, des jeux de mots, des bons mots, soignez vos personnages, soignez le suspense, laissez monter la suspicion, sortez nous des lapins de votre chapeau avec des théories loufoques sur Holmes et surtout, tuez les tous (Dieu reconnaîtra les siens, il paraît). Au bout de trois jours de macération, faites dégager l’accès de l’hôtel Baker Street et récupérez les cadavres des universitaires dans la chambre froide.

J-M Erre, l’auteur, connaît bien son monde holmésien et son "Sherlock Holmes pour les nuls" dont il nous gratifie tout au long du roman ferait rêver tout passionné du détective du 221b.

Son écriture est des plus agréables à lire, me faisant penser (dans toutes les réflexions en aparté des personnages) à celle de Dard (Frédéric, le papa du commissaire San-Antonio) en moins vulgaire et sans les scènes de fesses.

Extrait :"Moriarty a un sex-appeal affligeant ("Il est glabre, livide, la mine ascétique"), des hobbies consternants ("Il a écrit un traité sur le binôme de Newton"), des gadgets rances (Il porta rapidement la main à sa poche et sortit un calepin"), une stratégie publicitaire d'une médiocrité sidérante ("Cet homme gangrène Londres et personne n'a entendu parler de lui"), voilà tout ce que peut s'offrir le vilain Moriarty (un prof de maths!). En résumé, c'est pas demain la veille qu'on trouvera sa figurine chez McDo."

Extrait : "Puisque tout ce passait derrière lui et que sa parano commençait à se réveiller, le lieutenant Poséidon fit ce que des années d'entraînement au sein des troupes d'élite des soldats du feu lui avaient appris en termes de prise d'initiative et de réactivité : il se retourna."

Le microcosme qui se déroule dans l'hôtel est sans temps mort, les personnages sont tous plus arrangés les uns que les autres et la présentation du déroulement des trois jours, au moyen de fiches, de notes ou d'enregistrements à leur insu, est bien trouvée.

Ajoutez à cela un lieutenant des pompiers un peu "Rambo", un flic débile, un commissaire Lestrade qui ressemble curieusement à Holmes et vous aurez quelques heures de plaisir à lire ce livre.

Holmes a dit : "La vie est infiniment plus étrange que tout ce que le cerveau humain peut inventer. Nous n'oserions même pas concevoir des choses qui constituent les simples banalités de l'existence. Face à la vie, toute fiction, avec ses conventions et ses conclusions prévisibles, semblerait dépassée et stérile".

La fiction sera toujours moins sordide que le réel, mais où s'arrête la fiction, où commence le réel ? Ceux qui l'ont lu comprendront. L'auteur m'a bluffée en plus de m'avoir fait rire.



(*) H comme Holmésien : Mammifère bibliophile vouant une passion à Sherlock Holmes.

Les spécialistes - à l'université et à l'hôpital - distinguent plusieurs catégories d'holmésiens :

Les niveaux 1 à 3 désignent les amateurs du détective anglais créé par Arthur Conan Doyle en 1887. Ils aiment à lire et à relire les quatre romans et cinquante-six nouvelles qui forment le "Canon" holmésien, scrutent la sortie en librairie des innombrables pastiches consacrés à Holmes, et ne rechignent pas à s'aventurer dans les enquêtes des concurrents, Hercule Poirot ou Harry Dickson.

Pour résumer, mis à part une tendance un peu pénible à s'exclamer à tout propos "Élémentaire mon cher Watson", ils sont inoffensifs.

Les niveaux 4 à 6 correspondent à des holmésiens initiés. Pour ces adulateurs du Canon, la frontière en la fiction et la réalité se trouble par moments. On se met à privilégier le texte original en anglais, on se lance dans des analyses textuelles, on adhère à une "société holmésienne", on suit des colloques. Bref, on commence à fatiguer ses proches.

Enfin les holmésiens de niveaux 7 à 10 forment une caste à part. Pour eux, les choses sont claires : Sherlock Holmes à bel et bien existé et Conan Doyle n'était que l'agent littéraire du docteur Watson, biographe du détective londonien.

A ce stade, la fiction n'existe plus, les écrits de Watson sont parole d’Évangile, l'étude des textes sacrés devient le centre de toutes les préoccupations, on s'attaque à énigmes métaphysiques fondamentales comme la date de naissance de Holmes ou le nombre de mariage de Watson.

Et, dans le meilleur des cas, on essaie de prendre ses pilules tous les matins.


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 3 Mai - 9:05

Merci Belette. Intéressants et terriblement bien présentés tes bouquins!! bravo bravo Si tu ne fais pas dans la promo professionnellement parlant c'est dommage: t'es douée Ok
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 3 Mai - 20:43

jbsh, je te remercie pour le compliment, il me paie largement ! gêné Faire des critiques comme métier m'ôterait tout le plaisir d'en écrire. Pour moi, un hobby ne doit jamais devenir un travail, sinon, que me restera-t-il pour me vider l'esprit après la journée ? Et puis, certains critiques perdent leur indépendance parce qu'on leur demande de faire la promo de tel ou tel livre, alors que eux, le déconseilleraient. Il faut vendre et quoi de mieux que de bonnes critiques ?? wink
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 4 Mai - 16:18

Hello Belette
Bravo pour tes résumés de livres ! Je vais me procurer de toute urgence le Mystère Sherlock, c'est tout à fait ce qu'il me faut !
Sinon, pour ce qui est de la critique littéraire, tu as parfaitement raison. J'en ai fait pendant dix ans pour un petit journal. C'était super au début, car je pouvais
choisir les ouvrages que je voulais mettre en valeur. Quand la rubrique a connu un petit essor, on m'a condamnée à chroniquer des trucs parfaitement insipides.
Quand mon chef a pris sa retraite, j'ai jeté l'éponge. Son successeur était encore plus tordu en imposant toutes les semaines une thématique livresque.
C'était tout le temps la même chose : les trucs de développement personnel, les beaux livres noeud-noeud sur l'Alsace, être parent, les machins bêlants sur
les civilisations perdues, etc... big smile
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 4 Mai - 18:20

Voilà pourquoi mes hobbies ne deviendront jamais mon gagne pain ! Ok

Le mystère est super, rempli d'humour et j'ai eu le sourire durant toute ma lecture.

Hé, nous sommes le 4 mai et le 4 mai 1891, un détective "tombait" dans des chutes avec un professeur, le Napoléon du crime... Holmes & Watson
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 12 Mai - 17:06

Hello Belette


Ca y est, j'ai terminé Le Mystère Sherlock, j'ai adoré !
J-M Erre a tout à fait le type d'humour qui me convient, les dix fêlés de Holmes sont tordus à point et l'épilogue est, ma foi, tout à fait inattendu. Et très,
très drôle, surtout quand on se souvient de tout ce que les dix messieurs-dames ont enduré à Meirigen !

Là où j'ai hurlé de rire, c'était dans les pages "SH pour les nuls" ou les lettres de Dolores à son confesseur, d'une hypocrisie réjouissante.
Le Pr Bobo coiffé de la méduse dans l'aquarium géant n'était pas mal non plus. Et dire qu'un seul petit post-il aurait pu le sauver, looooool!!!

Perchois est sans doute le plus atteint de tous les holmésolâtres. Dans ses notes privées, il nomme Sherlock "Maître",il se drogue comme un
fou pour atteindre les mânes du sorcier de Baker Street et manque faire une attaque quand Audrey a l'outrecuidance de supposer que SH pourrait
être un personnage de fiction !

Ah ! Et que dire du sémillant Pr Bobo qui profite "d'une éclaircie de ses lobes frontaux" pour ouvrir les hostilités ? Plus dingue encore, la foultitude de
"documents originaux" qui émergent quand s'ouvre enfin le colloque. Quand on sait à qui ils sont dus, on rit double !

Bref, bref, lisez-le, il en vaut la peine :)))) fan
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 14 Mai - 19:09

Oui, les lettres au confesseur, une mauvaise foi comme on en fait plus ! Hilarant ! L'humour comme je l'aime, avec le second degré et le reste. Tous plus allumés les uns que les autres, j'aimais bien la bimbo, elle me faisait pouffer de rire avec ses répliques assassines et pour l'autre, la Dolorès qui écrivait à son confesseur, j'avais deviné son secret. Dès le départ j'ai su que ce n'était pas vrai ce qu'elle affirmait et affichait.

Leurs théories étaient tordantes et le coup fourré encore plus. La fin est excellente ! Déroutante, inattendue et bien trouvée. Contente que tu ais aimé Ok
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 14 Mai - 20:35

Au fait Belette, as-tu lu "Sherlock Holmes dans tous ses états ?" Je ne me souviens pas avoir lu la critique ici.

J'ai lu ça hier soir et c'est franchement hilarant aussi. Les nouvelles sont très différentes les unes des autres. Il y a évidemment ce bon Bob Garcia qui,
là encore, rend SH papa et chargé de famille. Ca devient un tic chez lui ! big smile

Il y a la nouvelle, très poétique je trouve, où Holmes, Watson et tous les autres protagonistes sont des insectes. SH est évidemment La Mante - vu le look de la bestiole,
ce n'est pas un scoop - Watson est un brave grillon et c'est un mille-pattes d'Insectville qui a été trucidé par un mystérieux "vampire". C'est complètement
déroutant, mais j'ai trouvé l'histoire attendrissante.

Il y a eu aussi la trop géniale parodie du Chien des Baskerville, le "Caleçon de la mort", un sous-vêtement qui hante la Lande Ru depuis des siècles. Holmes et
Watson en viennent à bout mais là, - parodie oblige - Stapleton avoue tout à SH, lequel, complètement débile, continue à croire à je ne sais quelle théorie à la
noix.

Ah et puis, il y a la tout à fait défrisante "Aventure du clitoris en feu". Curieusement, j'ai adoré ! Non mais imagine Holmes, occupé à fourrager très dignement, chronomètre à l'appui dans l'intimité d'une dame couchée sur la table d'expériences de Baker Street, avec son "doigt osseux", ne perdant rien de sa concentration et de son flegme légendaire.
Watson est absolument scandalisé et Holmes, toujours aussi classe, répond que c'est pour les besoins d'une enquête. La Lady en question est accusée d'avoir tué son
mari. Or, Holmes n'y croit pas et loue donc les services d'une très obligeante jeune femme pour savoir si une femme peut jouir en moins de deux minutes sous la conduite
d'un doigt expert. Celui de Holmes semble être de premier plan, vu que la dame atteint des sommets en moins de deux minutes. Record olympique battu !

J'avais lu sur Amazon le commentaire furibond d'une bonne femme qui avait qualifié ça de "porno"; pas du tout ! C'est au contraire exquisement ficelé, dans le langage du
19e siècle, on s'amuse beaucoup car à la fin, eh bien, Holmes... mais je n'en dirai pas plus. Il gagne le procès de cette dame, innocentée d'une façon très peu académique,
mais bon... Que ne ferait-on pas pour faire triompher la vérité et la justice ? big smile
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 15 Mai - 20:41

Oui, j'ai lu "SH dans tous ses états" avec les parodies de plusieurs auteurs. Certaines moins moins plu mais j'avoue que l'histoire du clito en feu m'a scotchée et incendiée. J'ai adoré, surtout la chute, quand on apprend que la femme.... et Watson, dans un coin, qui se chipotait le stéthoscope... Mots non crus, corrects, et bien des femmes aimeraient tomber sur un as de l'index.

Porno ? Pour un enfant de 10 ans, oui, sans doute, mais pas pour des adultes qui ont vu le diable et le loup. Sans doute une qui était coincée du cerveau et pudibonde ou puritaine. Bon, pour me choquer, niveau sexe, faut déjà y aller. J'aime l'humour noir et certaines blagues, je ne les raconte pas à tout le monde.

Avec les insectes, je voudrais bien les trouver aussi pour les découvrir, mais pas moyen. Le caleçon fou sur la lande, je ne connais pas, mais si ne tombe dessus, j'étrillerai mon second degré.

L'aventure, avec Holmes "papa" et sa sois-disant "nièce" m'avait bien fait rire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 15 Mai - 20:45


Titre : Un certain docteur Watson

Auteur : David Stuart Davies
Édition : Fetjaine (2013)


Résumé :
Comment tout a commencé Médecin militaire en Afghanistan en 1880, John Walker fuit l’horreur des combats pour se réfugier dans l’alcool. Déshonoré, il est chassé de l’armée et renvoyé en Angleterre. Lors du voyage de retour, il tombe entre les mains d’un mystérieux réseau aux activités troubles.

Il découvre bientôt que le chef en est le professeur Moriarty, qui le rebaptise Watson et lui confie la mission d’espionner un jeune détective dont la réputation ne cesse de croître à Londres, Sherlock Holmes. Mais Watson et Holmes se lient bientôt d’amitié et le docteur s’efforce alors de se défaire de l’emprise de Moriarty. Une entreprise mortelle.



Critique :
Hérésie ! Sacrilège ! Blasphème ! Profanation ! Outrage ! À l’assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdue, je suis assassinée, on m’a coupé la gorge, on m’a dérobé mon argent… Pardon, je voulais dire "on m’a dérobé mon cher docteur Watson" !

Rassurez-vous, ma lecture fut des plus agréables, mais j’avoue que j’aurais pu crier tout cela en découvrant ce chouette pastiche holmésien…

Pourtant, c’était pas gagné d’avance de chambouler le canon (l’ensemble des aventures de Sherlock Holmes écrites de la main de Sir Arthur Conan Doyle – 4 romans et 56 nouvelles, publiées entre 1887 et 1927) et de faire de ce cher docteur Watson un homme à la solde du professeur Moriarty, le Napoléon du crime !

QUOI ? Ah, j’entends que certains se sont étranglés à cette idée un peu hérétique, à cette vision pour le moins dérangeante.

L’auteur n’est pas le premier à me faire crier : Nicholas Meyer et sa "Solution à 7%" où le professeur Moriarty n’était qu’une projection de l’esprit drogué de Holmes m’avait déjà scié et Michael Dibdin m’avait tué avec son "Ultime défi de Sherlock Holmes". Ici, je dois dire qu’une fois la surprise passée, le scénario tient la route et m’a emballé.

Le docteur John Walker, qui n’est pas "Texas Ranger" mais médecin militaire en Afghanistan, s’est fait radier de l’armée pour avoir tutoyé jusqu’au bout une bouteille de Cognac. Hips ! Sans doute est-il parent avec le célèbre Johnnie Walker…

C’est lors de son voyage de retour qu’il tombe entre les mains du réseau criminel de Moriarty, qui le rebaptise "Watson" et lui confie la mission d’espionner Sherlock Holmes, un jeune détective dont la réputation ne cesse de croître à Londres. Watson n’a pas trop envie, mais on ne dit pas "non" à Moriarty, sinon… Couic ! Et puis "Plouf dans la Tamise".

Moriarty, la Némésis de Holmes… Moriarty, un homme intelligent qui a sombré du côté obscur de la Force, nous montrant ce que Holmes aurait pu devenir s’il y avait succombé, lui aussi.

Moriarty, qui, tel un marionnettiste, tire les ficelles de tous ses pantins, dont Watson. Ce Napoléon du crime, qui, tel un scénariste diabolique, écrit l’histoire qu’il veut voir jouer. Tout est prévu… Même l’adresse du 221b. Tout, je vous dis ! Ça fait froid dans le dos, croyez-moi. J’ai poussé quelques "oh" ou "Gottferdom" d’exclamation.

Tel un Dieu qui déciderait de s’inventer un monde, Moriarty le crée de toutes pièces, décidant de qui jouera quoi.

MAIS ! Si les pantins sont sans vie quand le marionnettiste ne tire pas les ficelles, si les personnages de papier n’ont pas de vie propre en dehors de ce que le scénariste leur fait réaliser (désolé, monsieur Pierre Bayard), les créatures de Dieu possèdent une chose : le libre arbitre ! La capacité de réfléchir et d’agir en dehors de tout contrôle.

Voilà pourquoi l’exemple d’un Dieu s’imposait pour comparer Moriarty, plus qu’un scénariste ou marionnettiste…

David Stuart Davies n’est pas un novice dans le domaine de Sherlock Holmes, loin de là. Ceci n’est pas son premier livre, il maîtrise le sujet et son livre est un régal. Ses personnages sont plausibles, canoniques et j’ai bien aimé les quelques petites confidences de Holmes sur l’amour et le sexe.

L’alternance entre le récit en lui-même (du narrateur) et les extraits du journal de John Walker ajoutaient de la clarté dans le récit, une alternance de point de vue des plus intéressantes à lire, le changement de police de caractère accentuant encore un peu plus le côté "autre récit". Lecture "confort" aussi en raison de l’interligne 1,5 entre deux paragraphes. Plus clair et mes yeux ne s’en portent pas plus mal.

Bien que j’ai eu droit à une resucée de "Une étude en rouge" et une partie du "Signe des quatre" que je connaissais, le fait qu’ils soient revisités fut une agréable surprise. Bien vu !

Par contre, je me pose des questions sur un personnage… En est-il vraiment ou n’en est-il pas ? Agent double ou triple ? J’espère avoir la réponse dans le tome suivant.

Alors ? Watson utilisera-t-il son libre arbitre ? Holmes est-il aveugle ? Que va faire Moriarty ? Et comment tout cela se terminera-t-il ? Vous le saurez en lisant "Les Nouvelles enquêtes de Sherlock Holmes", en vente dans toutes les bonnes librairies.

Recommandée par une éleveuse de polars en tout genre – dont un sacré cheptel de polars holmésiens qui font partie du troupeau. Mais cet avis n’engage que moi…


(1) Extrait de "L’Avare" de Molière à partir de "justice, juste ciel" et jusque fin premier paragraphe.





Titre participant aux Challenges "Sherlock Holmes" de Lavinia sur Livraddict, "Thrillers et polars" de Liliba, "Polar Historique" de Samlor et "I Love London" de Maggie et Titine.

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 16 Mai - 20:58

Un certain Dr Watson ? Whaaaa ! Je dois l'avoir aussi !
Ta critique m'a fait baver, je vais lire ça aussi.

Ravie de savoir que pour toi aussi le "clitoris en feu" est au pire un aimable divertissement avec une chute gratinée, il est vrai. Mais qu'au 21e siècle des gens soient encore
scandalisés par de très corrects jeux intimes écrits dans un langage très digne, ça me défrise complètement !
Je déteste justement le porno, le bêtement cru, la façon de prendre la femme pour de la chair sexuelle. Holmes ne fait rien de tel. Il reste poli avec la jeune femme
qui veut bien se prêter à l'expérience et hyper galant avec la dame dont il veut assurer la défense au tribunal.
Il est effectivement marrant de constater que Watson voit son sthétoscope s'allonger à vue d'oeil alors qu'on ne dit pas un mot de celui de SH.
Classe et maîtrisé jusqu'au bout, le cher Holmes ! fan
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 17 Mai - 20:35

Je t'avoue que j'avais ouvert le bouche de stupeur en lisant le titre et la nouvelle. Puis, un sourire plus que grivois s'était affiché sur mon visage innocent avant d'éclater de rire. Stupéfiée et emballée.

Tina a écrit :
Citation :
Mais qu'au 21e siècle des gens soient encore scandalisés par de très corrects jeux intimes écrits dans un langage très digne, ça me défrise complètement !

Justement, faut pas être défrisée de cet endroit. rire

Le porno et les textes crus dignes des pages centrales d'un magazine cochon, je dis non. "Le parfum de la chatte en noir", c'était cru et pas agréable à lire, trop vulgaire.

Le manche de la loupe de Holmes n'a sans doute pas bougé d'un iota... Tex
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6019

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 24 Mai - 8:58

oops J'ai été hors connexion ces derniers temps mais je crois que j'ai zappé pas mal de posts par ici. Mais bon je vais rattraper un peu le coup j'avais pas vu toutes ces fiches de lecture.
Tu fais un super boulot belette Bravo


J'aimerais juste revenir sur Le mystère Sherlock Sherlock
Je sais c'est du réchauffé, mais avec ces froidures printanières, ça peut pas faire de mal, en espérant que ce sera pas indigeste. pouffe

Vous êtes toutes dithyrambiques à propos du roman de JM Erre.

En effet c'est du lourd !
Personnellement je veux dire du lourdingue, du balourd, du lourdaud !! moqueur
J'suis dure hein, mais il m'a laissée sur la retenue.
Un manque flagrant de finesse et de poésie à mon goût. Alors que c'était possible et même fortement recommandé pour le genre satirique !

Bon voyons cependant quelques bonnes choses... wink
C'est vrai le roman est drôle, inattendu et imaginatif. De ce côté-là rien à redire.
On passe un bon moment, on pense à autre chose, on a envie de rigoler par moment, c'est assez bien écrit et d'une lecture agréable.
Dans son genre, le roman est bien construit et ficelé. L'ensemble est très visuel et s'enchaine avec fluidité à un rythme effréné. Pas de temps morts (malgré l'hécatombe générale…) des entrées et sorties de personnages plus loufoques les uns que les autres comme au théâtre.
JM Erre donne aussi une bonne claque aux holmésiens et universitaires dont la vie tourne autour de Holmes et qui vivent dans d'autres sphères. Ils les ridiculisent complètement !
La chute est déroutante, mais reste cohérente ! sacré prouesse. Un dénouement frustrant ou stimulant... c'est selon !
En tous les cas, il nous prend à revers et nous interroge.

Cela dit… désolé
C'est clairement un hommage à Agatha Christie (Dix Petits Nègres) et à Arthur Conan Doyle dans le style parodique.
Mais la parodie joue ici avec de très grosses ficelles. Côté finesse faut repasser !

Trop de rebondissements incessants, de personnages trop caricaturaux et grotesques, d'élucubrations à tout va, de loufoqueries et de grosses farces.
A force de brouiller les pistes, d'user et abuser de blagues foireuses, pouf fou on se lasse, on sature. Bref ça m'a saoulée.
La grosse déconnade, ça va un temps mais après c'est vraiment pesant. na!

Pour moi le manque flagrant, c'est l'humour léger, juste ce qu'il faut, l'ironie mordante et caustique, et l'aspect surréaliste poétique qui me semble indispensable quand on emprunte cette voie de l'absurde.
Le bouquin ne m'a pas enthousiasmée. Too much !





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 24 Mai - 20:56

Merci, Dyan, pour le compliment. gêné

Pour "le mystère Sherlock" : comme quoi, les goûts et les couleurs... rire La lourdeur que tu lui reproche, je ne l'ai pas ressentie, mais bon, j'ai lu Frédéric Dard et là, sûr, c'est du ultra lourdingue. Non, le livre ne m'a pas soulée, c'est ce côté "lourd" et la caricature poussée qui m'a fait pouffer de rire. Ok, les personnages sont caricaturés, mais n'est-ce pas là le but ? En rajouter, utiliser des grosses ficelles... Parfois, ça peut me faire soupirer, mais là, c'est passé comme dans du beurre et j'ai souri, ri et je me suis dis que si l'auteur voulait se moquer gentiment de certains holmésiens, il fallait regrouper un peu tous les genre, de la bombe sexuelle à l'héroïnomane en communication avec Le Maître.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Yodaline



Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1173

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 26 Mai - 17:06

Hello! j'aime bien votre discussion à propos du pastiche de JM Erre "Le Mystère Sherlock". Elle montre bien que pour le même livre le ressenti de chacun peut être totalement différent. Je me demande si cela ne tient pas à l'humeur du moment du lecteur ? Soit on est bien disposé à recevoir le texte de l'auteur, soit on ne l'est pas ! C'est comme pour les films, vous pouvez être d'humeur joyeuse et rire à tous les bons dialogues ou gags, et une autre fois , vous resterez de marbre, rien ne vous tirera un sourire ... roll

En tout cas, il ressort de tout ça que vous avez reconnu toutes les deux des qualités à ce bouquin. C'est déjà pas mal !
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 28 Mai - 19:48

Je sortais d'une lecture très dure, très sombre, horrible, finissant le roman en pleurs. C'était 1000 pages sans répit, ou si peu. Il me fallait casser tout cela avec un truc marrant et une blogueuse l'avait lu et aimé, à cause de l'humour second degré, donc, je l'ai sorti de ma Pile à Lire.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Yodaline



Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1173

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 28 Mai - 21:51

Hello! et oui, la lecture en guise de thérapie. C'est efficace et au moins c'est naturel, sans produits chimiques !... A+
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 30 Mai - 20:20

Yodaline, ta réflexion sur "l'humeur" du lecteur est intéressante. Mais on pourrait aussi bien parler d'époque.
Je suppose que les choix de lecture vont de pair avec d'autres choix. Les choix vestimentaires, par exemple. Pourrais-tu porter aujourd'hui ce que tu mettais
à vingt ans ? Je n'en suis pas sûre.
A vingt ans, justement, j'avais des lectures bien plus sérieuses. Ca me fait sourire, quand j'y pense. Des trucs vraiment austères, mais c'était ce qu'il me fallait
à ce moment-là, je suppose.

Je peux comprendre la critique de Dyan. Il y a un côté "too much" chez JM Erre, mais c'est justement ce côté-là qui m'a plu. Casser complètement le mythe,
casser les idolâtres, s'en gausser à fond la caisse. Dans l'histoire, Sherlock reste aussi blanc que l'immaculée conception, donc, où est le mal ? Taper sur
des fêlés de Holmes ? Je ne les porte pas non plus dans mon coeur - et je suis bonne, là ! Imiter les Petits Nègres christiens ? Excellente référence. Il aurait
pu choisir pire.

Mais c'est peut-être justement une affaire d'époque, de tempérament. Qu'est-ce qui fait finalement le succès d'un livre ? Qu'il corresponde pile poil à ce qu'un
lectorat large attendait sans l'avoir vraiment su.
Question pastiches, je suis très large d'esprit, parce que j'aime le genre et j'aime voir ce qu'en font différents auteurs.
Seulement deux pastiches m'ont déçue. L'un que je ne nommerai plus pour les raisons que vous savez et l'autre, c'était celui de Thomas Day. Bien qu'écrit avec
originalité, je n'ai pas accroché du tout, au point d'avoir abandonné la lecture à mi-chemin. C'était vraiment trop tiré par les cheveux pour mon goût...
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Jeu 6 Juin - 19:35

En effet Tina, j'ai lu des auteurs qui m'ont fait passer de magnifiques heures de lectures, et maintenant, je ne les lirais plus, ça ne passerait plus, ça ne passe plus (Higgins Clark et Cornwell, entre autre).

Voici deux autres critiques, je ne les copie pas en intégralité mais je vous envoie vers mon blog. Vous risquez d'en voir beaucoup débarquer, c'est le mois anglais et vu que j'y participe, j'ai choisi Sherlock Holmes... ça vous étonne, hein ? rire

Titre : Les dentelles de la reine : Sherlock’s story n°4
Auteur : Inconnu – Obscurs auteurs
Édition : Sherlock’s Diffusion (1993)

Titre : Sherlock Holmes et associés – Tome 1 : L’affaire Zalindas
Auteurs : Tracy Mack & Michael Citrin
Édition : Hachette Jeunesse (2008)

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 7 Juin - 20:59

Hello Belette
Pas encore lu tes critiques mais je vais m'y mettre.
Juste un mot pour te dire que j'ai lu et bien aimé "Un certain Dr Watson". C'était bien trouvé, à la fois drôle et un peu poignant parfois, quand on
imagine le passé du pauvre médecin militaire, limogé pour avoir eu le cafard et récupéré par le sordide Moriarty. Par contre, je n'ai pas bien compris ce qui est
advenu de Mycroft après la mort de son commanditaire. Puisque selon l'auteur, il aurait été, lui aussi, un espion de Moriarty... Holmes le savait sans doute,
mais il n'a jamais rien dit. Bizarre, non ?

Bon, maintenant, je lis tes critiques.
A+ bravo
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 7 Juin - 22:24

Oui, je pensais avoir des réponses dans le tome 2, mais rien. Le coup de pied au cul que je m'étais prise, dans le 1 ! Mycroft était peut-être un agent triple, tu le crois à la solde de Moriarty, mais en fait, il joue le jeu et est avec Sherlock... et la logeuse ?? elle continue donc son rôle pour le plaisir, alors, puisque son patron est mort...

Bon, voici un autre : le lien est dans le titre



Les faux-monnayeurs de Londres : Sherlock’s story n°5

Auteur : Inconnu
Édition : Sherlock’s Diffusion
Résumé : Au plus grand soulagement de tous ses admirateurs, Sherlock Holmes a toujours pu se sortir des situations les plus scabreuses, même dans les moments où lus rien, ni personne ne semblait pouvoir le sauver.
Mais s’est-il déjà trouvé dans la position inconfortable d’un mort vivant, enfermé dans un cercueil posé au bord d’une fosse dans laquelle ceux qui le traque vont le descendre et l’ensevelir ?


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 8 Juin - 15:11

Attention, une grosse fournée de pastiches holmésiens, des bons, des moins bons, des "on touche le fond", bref, il y en aura pour tout le monde ! Les liens sont dans les titres, comme d'hab.


Titre : La maîtresse de l'attorney général : Sherlock's story n°8
Auteur : Inconnu
Édition : Sherlock’s Diffusion

Titre : Blackwell, le pirate de la Tamise : Sherlock's story n°6
Auteur : Inconnu
Édition : Sherlock’s Diffusion

Titre : Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur
Auteur : Ellery Queen
Éditions : J’ai Lu (1966)



Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Yodaline



Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1173

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 8 Juin - 21:08

Hello! belette ! tu forces mon respect. Je suis bluffée par le nombre de pastiches que tu as pu lire... et dont tu as écrit les analyses. Je comprends que ton appart soit bourré de livres et que tu ne saches plus où les fourrer wink

C'est fou comme ce personnage de Sherlock Holmes a pu inspirer des tas d'auteurs, et cela dans le monde entier. Le succès de ce détective est absolument incroyable. Holmes As-tu une idée du nombre de livres parus sur le sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 9 Juin - 11:51

Hello Belette

C'est toujours un réel bonheur de lire tes critiques déjantées !
Il faut croire que si les holméseries teutonnes signées par des anonymes ne font pas "pousser une troisième patte au canard", elles ont au moins eu le mérite de
déchaîner ta verve !
Lis-en d'autres, qu'on s'amuse encore ! big smile

Ellery Queen ne m'a jamais vraiment inspirée et je ne suis pas tentée de la lire. Par contre, j'ai relu l'autre jour "SH et Einstein" qui est pas mal du tout
(par Alexis Decaye). C'est assez drôle et mystérieux en diable. On y retrouve Irène Adler, toujours belle et cette fois veuve qui finit par tomber dans les
bras de Holmes (hum, hum...) Mais ce dernier se cramponne comme un fou à ses déductions et préfère tomber amoureux ... des abeilles (c'est moins dangereux).
Le plus hilarant de la chose, c'est Watson atteint de priapisme après avoir bu quelques gouttes d'une espèce d'elixir de jouvence et qui se met à reluquer
tout ce qui porte jupon. Holmes n'a heureusement pas eu droit à la potion magique du savant fou, sinon Irène pouvait dire adieu à sa respectabilité (mais elle n'attendait peut-être que ça...). Je l'avais lu il y a longtemps et, curieusement, il ne m'avait pas vraiment plu. C'est étrange qu'à présent il me paraisse plus sympa...
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 19 Juin - 13:25

Waw, tout qui a changé, ici ! J'étais même persuadée d'avoir répondu à Tina mais plus rien n'est affiché, donc, je vais répondre à la suite de ce post.

Bonjour à toutes et tous (bien que peu nombreux) ! Je profite des vacances pour bouquiner un peu et devinez qui est parti dans mes bagages ? Sherlock Holmes !

La Solution à 7%  : Meyer Nicolas

Le Fantôme de l'opéra  : Meyer Nicolas

Le secret de la pyramide : Alan Arnold

Enola Holmes 1 - La double disparition : Springer Nancy

 
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 19 Juin - 13:30

Alors, Tina, puisque mon post a disparu, je te répondrai que "SH et Einstein", je l'ai lu il y a longtemps, très, très longtemps. A tel point que je ne ma souviens plus de ce que tu me racontes. Un comble pour une personne comme moi qui  aurait dû retenir ces petites choses qui avaient trait à un de mes sujets préférés : le milieu... vous voyez ce que je veux dire, hein ?

Queen n'est pas mon préféré, mais ce pastiche là, il est bon, hormis les apartés entre Queen et son "homme à tout faire" durant la lecture du roman inédit de Watson. Mais ce n'est pas Queen qu'il faut louer puisque le livre fut écrit après le film ! C'est juste le récit du film avec Neville, qui est très bon.

Au post précédent tu as de quoi lire et qui sait, rire ? J'en prépare encore des autres, suite au bédé que je viens de lire. Holmésiennes ? Besoin de le préciser ? Un peu de ripperologie ensuite (bédé Jack l'éventreur) et du steampunk avec un manga mettant en scène Jules Verne et Conan Doyle (City Hall).

Minute, je dois encore rédiger, relire et publier ! very happy
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Ven 21 Juin - 7:35

Bon, c'est pas tout, mais j'ai encore bien lu des pastiches holmésiens et des bandes dessinées avec Holmes :

Enola Holmes 2 - L'affaire Lady Alistair  : Springer Nancy

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6019

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 22 Juin - 16:16

Quelle boulimie de livres Belette! je sais pas comment tu arrives à ingurgiter autant de milliers de pages  lol


"Einstein et Sherlock Holmes "je l'ai lu et ça m'a bien plu. L' un des très bons pastiches holmésiens, à la fois décalé tout en étant fidèle au corpus, plein d'humour, de créativité et débordant d' imagination. Les crimes sont perpétrés selon les trois principes de la thermodynamique, évidemment, si on est physicien, ça prend plus de saveur! Mais c'est pas du tout prise de tête.

Par contre Holmes et Watson sont un peu loin de la subtilité  anglaise et ont sans doute moins de charme. Faut dire ils sont expatriés à Berne... Il y a des scènes vraiment marrantes, imaginez Watson métamorphosé en satyre lubrique après avoir avalé une potion… mdr





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 22 Juin - 21:07

Hello Belette et Dyan

Oui, j'avais lu la Solution à 7% il y a bien longtemps et j'en ai gardé un excellent souvenir. Holmes complètement défoncé et parano, looool !
Sinon Belette, tu m'as encore fait rire avec ton unijambiste à qui on ne peut pas casser trois pattes, of course !big smile
Néanmoins, Enola Holmes ne me dit trop rien.
Figure-toi que depuis DEUX SEMAINES j'essaye de digérer Le Livre des Morts. Curieusement, je n'y arrive pas. C'est long, c'est bavard et ces
histoires de papyrus pseudo révélateurs ne me font pas accrocher. Il est vrai que j'ai un peu la tête ailleurs, vu que j'ai pas mal de boulot. Alors,
quand je lis, c'est à 9 heures du soir et parfois, je dors dès la troisième page. Je vais donc relire le tout depuis le début, sinon je n'y comprendrai
plus rien.

Pour revenir à Einstein et Holmes, oui les scènes où Watson est quasiment attaché au lit pour ne pas violer le premier jupon venu sont tordantes !
Holmes ne perd absolument pas les pédales, il maîtrise ça sans problème... Sauf, quand il s'agit de La Femme. Dommage que l'on ne sache pas au juste
ce qu'ont fait Irène et Sherlock ensemble, lors de leurs RV clandestins. L'auteur s'est bien marré avec le priapisme du pauvre Watson mais est resté
bouche cousue en ce qui concerne le célèbre duo doylien.

Irène révèle bien ici et là quelques bribes de sentiments, mais cela reste assez diffus.
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Sam 22 Juin - 22:03

Et oui, Dyan, je suis boulimique de livres mais d'habitude, je ne lis pas autant de pastiches d'un coup, c'est exceptionnellement pour le mois de juin parce que deux bloggeuses organisent "le mois anglais" et le but est de lire des livres qui se déroulent en Angleterre ou ailleurs, tant que l'auteur est anglais. Donc, vous allez voir passer assez bien de Sherlock Holmes.

Tina, Elona Holmes est bien dans le sens où on en apprend plus sur la société victorienne, les mœurs, les habits, bref, instructif, pour le reste, c'est de la lecture détente sans se prendre la tête.

Je dois varier le classique "ça casse pas trois pattes à un canard" et donc, je le mets à toute les sauces.

J'ai bien aimé "le livre des morts" et les descriptions égyptiennes ne m'ont pas dérangées, bien que j'ai mieux aimé le premier tome qui avait un truc un plus avec Watson en agent double. La disposition d'esprit y fait beaucoup...

Rhâââ, mais comment j'ai pu tout oublier de ce livre, moi ??? Je devrais me souvenir de ce Enstein et Sherlock. Il me reste des bribes de souvenirs, mais rien d'autre, faudra que je le relise ! rire
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
TinaSherlockina



Inscription : 06/04/2011
Nombre de messages : 240
Age : 53

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Dim 23 Juin - 21:00

Hello Belette

Hier soir, j'ai ENFIN fini ce fichu Livre des Morts.
Whaaa, je suis déçue !
Je ne sais pas si tu te souviens, mais à la fin Holmes et Watson sont poursuivis par les deux amateurs de résurrection glauque. Quand ils arrivent devant l'étang qui sépare la propriété dans laquelle ils doivent se rendre, Holmes remarque plusieurs barques amarrées à la rive. Il sait que les deux lascars thanatonautes sont à leurs trousses et, au lieu
de mettre les deux autres barques hors service, il embarque dans l'une d'elles et franchit le lac.
Au retour, les deux malfrats s'enfuient à nouveau dans leur barque et l'on apprend que la troisième barque est toujours là. C'est un peu nul...

Et le personnage de la fille du professeur m'a paru faux-derche d'emblée. Et toute l'intrigue me semble bancale. On n'y croit pas une minute.
Avec ça, Holmes est trop "gentil", il sourit tout le temps, se montre modérément vache avec Watson, bref, il est mûr pour s'exiler dans le Sussex avec les abeilles !very happy  

Par contre, je te conseille vivement de relire Einstein et SH, c'est brillant ! L'auteur est assez caustique mais reste respectueux des personnages.fan
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6019

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 24 Juin - 16:23

Vous avez du surement déjà en parler, mais il y a tellement de posts dans ce topic que j'avoue avoir la flemme de vérifier rire
C'est la série des Holmes (pas des Wiggins) de Béatrice Nicomède. Le Défi à Sherlock Holmes est pas mal. Un bon roman policier - écrit par une française - un texte saupoudré d'humour un style fluide et une intrigue passionnante.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 25 Juin - 21:41

Défi à SH, je l'ai lu, mais il y a tellement longtemps que je devrais le relire !! Et faire Enstein au passage. J'ai le temps, j'ai rien à lire... heu, 400 livres d'avance ! Tex

Mer**, je cherchais les smileys en haut et ils étaient revenus à leur ancienne place ! Merci, Dyan, plus facile. Plus gai un écran blanc, mais en haut, le bordel total.

Tina, en effet, il aurait pu casser deux barques mais alors, les deux débiles n'auraient pas pu les suivre et donner le final. Entourloupe d'auteur.

Holmes était mieux dans le premier, et puis, Watson en agent double-triple, un bonheur. On ne nous dit rien sur Mycroft ou madame Hudson, dommage, que font-ils sans le Moriarty ??

Le livre est bien, j'ai aimé, mais moins bon que le premier. La fille, oui, elle puait le coup-fourré de très loin, mais je ne voyais pas bien ce qu'elle voulait, je pensais qu'elle n'était pas la fille de celui qu'elle disait être son père.

Mes dernières lectures holmésiennes :

Enola Holmes 4 - Le secret de l’éventail : Springer Nancy

Rival pour Sherlock Holmes (un) : Nicodème Béatrice

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mer 26 Juin - 21:41

Bonsoir, mes dernières lectures...


Wiggins et Sherlock contre Napoléon : Nicodème Béatrice

Enola Holmes 5 - L'énigme du message perdu : Springer Nancy

 
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Lun 1 Juil - 8:51

Ta passion va te ruiner ma pauvre Belette! mais c'est très impressionnant cette "collection" hi!! fan
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6019

MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Mar 2 Juil - 6:52

jbsh a écrit:
Ta passion va te ruiner ma pauvre Belette! mais c'est très impressionnant cette "collection"
C'est sûr très impressionnant ! Mais aussi ruineux et volumineux !!
Où range tu tout ça belette ? Tu arrives encore à trouver le chemin de ton lit au beau milieu de ces murs de bouquins pouffe 





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...   Aujourd'hui à 15:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Sherlock Holmes en pastiches, romans, essais...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Personnage] Sherlock Holmes, Harry Dickson, etc...
» Peterson Sherlock Holmes (Original). Laquelle est la plus belle?
» Sherlock Holmes : ouvrages dérivés (hors canon)
» Sherlock Holmes
» Géographie de Sherlock Holmes (Les moutons électriques)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM JEREMY BRETT :: SHERLOCK HOLMES ET SES ADAPTATIONS-
Répondre au sujetSauter vers: