Planète Jeremy BrettAccueilS'enregistrerConnexion

Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 15 ... 25  Suivant
AuteurMessage
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 8:52

Personnellement je n'ai jamais été frustrée par l'absence de romance dans la vie de Holmes. Et ne me suis jamais posé de questions à ce sujet, ça ne m'intéresse pas et ne me dérange pas du tout !
Bien au contraire, ça me convient parfaitement car je déteste ça ! Si je pouvais faire une avance rapide chaque fois qu'il y a une scène d'amour ou de sexe dans un film, je n'hésiterais pas rire
Holmes est un héros et souvent les super-héros n'ont pas de sexualité (dans les versions originelles, car maintenant on en rajoute de partout...) et ACD l'a voulu ainsi. On lui prête des sentiments car un être humain dépourvu d'affect n'existe pas. JB lui-même acceptait mal de jouer un personnage froid et n'a pas hésiter à lui tranmette une part de sensibilité dès qu'il a pu. On lui invente une histoire d'amour dans sa jeunesse dont l'échec l'aurait meurtri et marqué à vie... Bref on l'humanise et c'est surement mieux pour tout le monde.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 8:56

Thanks pour la video. Mouais j'ai pas trop compris moi non plus, c'est pas très clair.

De toute façon pas d'inquiétude on sait que Holmes s'en sort, et retrouvera son cher pote Watson quelques temps après.
Par contre il a l'air très mal en point, d'ici qu'il devienne un Dark Vador une sorte de super-détective reconstitué pouffe






Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 8:57

jbsh a écrit:
Tes hypothèses se discutent, évidemment. Doyle ne nous donne pas de pistes; il peut exister de nombreuses raisons à cela, mais aucune à ma connaissance qui puisse primer. Depuis le fait que cela n'entre pas dans ses objectifs d'auteur de travailler sur ses affects, jusqu'au possible désire de le rendre le plus antipathique possible afin de s'en débarrasser...en déplaisant au public. En réalité tout est possible.

Et oui, comme tu le dis si bien, tout est possible et il y a moyen de lire entre les lignes et de voir ce que l'on a envie de voir. Certaines y ont bien lu une relation amoureuse entre Holmes et Watson, donc, tout est possible pour celui (ou celle) qui veut croire ("I want to believe", comme le disait Fox Mulder).

Voilà pourquoi toi, tu ne liras pas la même chose que moi, puisque moi, je voulais les lire. Dans l'aventure "le ruban moucheté" j'ai toujours trouvé Holmes fort prévenant avec sa cliente et j'aurais aimé en "voir" plus... Si ça se trouve, tu n'y a rien vu de tel, juste un détective qui réconforte une cliente, et rien de plus.

SACD n'aimait pas Holmes comme nous, nous l'aimons et oui, il a fait ce qu'il fallait pour le rendre déplaisant au yeux du public, mais cela n'a pas marché... on l'apprécie tel qu'il est. Tourmenté, la personnalité sombre, comme s'il cachait ce qu'il était vraiment pour ne pas que des sentiments viennent le perturber dans ses enquêtes. Si une personne nous est sympathique, il est plus difficile de rester objectif si cette personne se retrouve impliquée dans un meurtre. Voilà pourquoi Holmes restait objectif, plus froid que Watson qui avait plus tendance à "s'enflammer" au risque de se tromper.


Citation :
quand on s'engage par définition on s'attache et quand on s'attache on devient vulnérable, c'est indéniable, on a quelque chose à perdre autre que sa propre existence, la plupart du temps des personnes qui ne sont en rien responsables de vos propres actes et qui sont des proies faciles pour un chantage à leur sécurité, ne crois-tu pas?

Mais tu as tout à fait raison, jbsh ! Quand on s'attache, on devient vulnérable. On a autre chose à perdre, et ça peut faire mal. "Mais, sans l'acceptation de cette douleur, il n'y aurait rien de précieux à perdre...".

La vulnérabilité : c'est pour cela que je me suis toujours dit (je suis irrécupérable) que Holmes aurait eu peur de s'engager. Avec une épouse et des enfants, ils auraient fait une cible facile pour la pègre de Londres ou les autres bandits. Holmes aurait peut-être été la cible d'un chantage pour le faire lâcher une affaire, sans parler que Moriarty aurait pu les faire enlever, avant le grand hiatus.
Par contre, avec des gosses en train de courir partout, Holmes n'aurait jamais plus eu son esprit inactif ! rire
Je pense que la phrase dite dans "le diadème de beryls" avait bien une connotation "regrets de ne pas en avoir eu à cause du métier que j'ai choisi", mais, encore une fois, ce n'est que mon interprétation personnelle et mon envie d'y croire... very happy


Citation :
c'est juste, mais après c'est trop tard pour faire marche arrière. "Dans le doute abstiens toi!"

Sans doute l'excuse derrière laquelle il aurait pu se cacher : tant que je ne me suis pas fiancé, marié, je ne peux pas savoir si mon esprit gardera sa froide logique, mais je ne puis l'essayer, car si je m'engage, c'est trop tard ! En 2010, dans la série de la BBC, il pourrait le faire, les moeurs ont évoluées et on peut se fréquenter et plus si affinités, sans pour autant devoir se marier. Les scénaristes auraient plus facile de mettre Irène dans le lit de Sherlock pour une nuit que à l'époque victorienne.

Dyan, je viens de voir ta réponse et j'inclus une partie de la mienne avant de poster. Tu n'aimes pas les scènes d'amour dans les films ? Moi oui, je suis un peu romantique sur les bords (juste un peu, pas de mièvreries, s'il vous plaît). Moi, cela me dérangeait un peu cette absence de sentiments.
Je sais, les grands héros ne vivent pas de romance et la femme est peu présente dans leurs aventures.
Dommage, j'aurais aimé en lire un peu dans le canon et un peu dans les apocryphes. Sans pour autant qu'il y en ai profusion, mais juste un soupçon...

Citation :
Le grand hiatus est totalement Canonique, non? On ne pouvait pas penser qu'ils allaient louper ça. Tu aimes les émotions, et bien nous verrons celles de Watson qui perd son meilleur copain rire Cela peut être fort, non? Comment tourner le dernier problème sans faire mourir Holmes? Il y a sans doute quelque chose que je n'ai pas vu et pas compris, en particulier dans la dernière image répétée deux fois??? ko je ne vois rien de spécial confus HELP again Détective

Oui, le grand hiatus est canonique puisque SACD en avait ras-le-bol d'écrire sur Holmes. Il avait l'impression de perdre son temps, lui qui n'aimait que les récits historiques. Il a donc tué Holmes et provoqué la stupeur de ses lecteurs dans l'édition du Stand Magazine de décembre 1893 (quel Noël, Holmes qui meurt) en surprenant tout le monde puisque Holmes était en grande forme dans l'histoire précédente (traité naval).

Point de vue émotion, je vais être servie, moi qui ait toujours les larmes aux yeux dans cette histoire !

Comment ne pas le faire mourir ? En ne le faisant pas tomber dedans, pardi ! Ou en faisant croire à ses ennemis qu'il est bien mort...
Un faux enterrement ? Je sens que je vais me triturer les méninges, moi !!

Pour les deux dernières images répétées, c'est juste pour meubler, non ? Parce que une partie des images ont, en impression "Cumberbatch.com". Vu que c'est juste une succession d'images, il fallait bien meubler. Je ne sais pas plus sur cette vidéo qu'une amie venait de trouver et de m'envoyer. Elle aussi ne comprend pas tout... Holmes sur la civière, c'est peut-être d'une bagarre avec un sbire de Moriarty... Parce que, si peu de sang après une chute... quoique...

I don't now...


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 10:24

J'aime beaucoup ta photo Dyan! fan Ont l'air vraiment sympa ces deux là Martin a une tête genre "lutin à mauvaises blagues" rire
Citation :
Par contre, avec des gosses en train de courir partout, Holmes n'aurait jamais plus eu son esprit inactif !
A cette époque là quand on est un peu aisé, on n'a pas de gosses qui vous dérangent, on a des nounous à domicile et les enfants ne voyaient leurs parents que dans des moments choisis. Ils n'étaient guère autorisés à se comporter à leur convenance, et l'éducation était particulièrement formatrice et castratrice. Je doute que les hommes aient souvent été dérangé par eux, non
Citation :
Sans doute l'excuse derrière laquelle il aurait pu se cacher
Oui sauf que pour moi ce n'est pas une excuse, mais un choix délibéré, réfléchi et raisonné, comme tout ce que fait ce personnage, mais c'est ma façon de le voir...
Citation :
En 2010, dans la série de la BBC, il pourrait le faire, les moeurs ont évoluées et on peut se fréquenter et plus si affinités, sans pour autant devoir se marier. Les scénaristes auraient plus facile de mettre Irène dans le lit de Sherlock pour une nuit que à l'époque victorienne.
Ouaaa on est très loin du romantisme là! "Bonjour mademoiselle, au revoir Madame" te suffirait? pourquoi pas! mais au 19è c'était aussi possible, avec des professionnelles. Il faut bien que le corps exulte, comme dit Brel. Mais il n'y pas de sentiments dans ce schéma, juste deux personnes qui se plaisent, qui se le font savoir et qui se séparent bons amis pour suivre leur chemin qui ne se croiseront plus, sans doute! Je ne voyais pas la romance ainsi. On est très loin du drame shakespearien que s'était imaginé JB rire mais bon... Ok
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 10:53

jbsh a écrit:
J'aime beaucoup ta photo Dyan! fan Ont l'air vraiment sympa ces deux là Martin a une tête genre "lutin à mauvaises blagues" rire

Son rôle de Hobbit qui lui collerait encore à la peau ? mdr


Citation :
A cette époque là quand on est un peu aisé, on n'a pas de gosses qui vous dérangent, on a des nounous à domicile et les enfants ne voyaient leurs parents que dans des moments choisis. Ils n'étaient guère autorisés à se comporter à leur convenance, et l'éducation était particulièrement formatrice et castratrice. Je doute que les hommes aient souvent été dérangé par eux, non

Si Holmes avait eu des enfants, les auraient-ils confié à une nounou ? Je ne pense pas. Il avait bien gagné sa vie avec des affaire comme "l'école du prieuré", mais je ne pense pas qu'il aurait eu les moyens et l'envie de confier sa progéniture à une nounou... Je le vois plutôt lui expliquer les différences de traces de pas, lui lire ses monographies au soir, lui expliquer comment observer les gens, les faits... Bref, le former et faire des expériences de chimie dangereuses pour le meublé... very happy
Vu que Holmes est plutôt un anti-conformiste, n'aimant pas trop les aristocrates (aristocrate célibataire), je pense qu'il aurait consacré du temps à un fils qui aurait pu lui aussi, faire détective consultant. Mais bon, ceci n'est que le reflet de mes envies, nous n'en saurons jamais rien...

Citation :
Oui sauf que pour moi ce n'est pas une excuse, mais un choix délibéré, réfléchi et raisonné, comme tout ce que fait ce personnage, mais c'est ma façon de le voir...

Oui, un choix de vie. Il a du peser le pour et le contre et analyser la chose sous toutes ses coutures.


Citation :
Ouaaa on est très loin du romantisme là! "Bonjour mademoiselle, au revoir Madame" te suffirait? pourquoi pas! mais au 19è c'était aussi possible, avec des professionnelles. Il faut bien que le corps exulte, comme dit Brel. Mais il n'y pas de sentiments dans ce schéma, juste deux personnes qui se plaisent, qui se le font savoir et qui se séparent bons amis pour suivre leur chemin qui ne se croiseront plus, sans doute! Je ne voyais pas la romance ainsi. On est très loin du drame shakespearien que s'était imaginé JB rire mais bon... Ok

Oui, "le corps doit exulter", comme tu cites si bien un de mes compatriotes... Vu que Holmes fuit les sentiments, cela aurait été la meilleure solution pour exulter sans se casser la tête. Mais je n'ai jamais imaginé Holmes chez les professionnelles... Non, pour le Holmes du canon, j'aurais bien imaginé un vrai drame shakespearien, vu que Shakespeare est cité plusieurs fois (dont la "nuit des rois" deux fois).

Par contre, j'imagine mal Sherlock BBC vivre en couple et rentrer de son enquête en s'exclamant "bonsoir chérie, qu'est-ce que tu as fait de la pile de dossiers que j'avais classé dans le salon?" (au milieu du salon, en fait).
Il lui faudrait trouver une femme qui supporte ses incessantes saute d'humeur, ses mélancolies, ses tirs au pistolet dans les murs et son bordel caractérisé dans l'appart... *regarde dans son bureau et admire ses piles de livre par terre, ses nombreux dossiers...* Je ferais bien l'affaire, tiens ! Pas de drame shakespearien pour lui. Non, juste une histoire de notre temps.

Alors, puisque je ne pourrai jamais voir un Sherlock Holmes marié ou en couple, je me contenterai d'une brève romance avec Irène. Chacun reprenant sa route ensuite, un peu comme dans le film de Ritchie où l'on se doute que ces deux là s'aiment bien, mais restent méfiants et que Irène continue à voler les hommes riches. Un peu comme s'ils savaient que rien n'est possible entre eux et qu'il vaut mieux en rester là.

Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 14:49

Citation :
Vu que Holmes est plutôt un anti-conformiste, n'aimant pas trop les aristocrates (aristocrate célibataire)...
Anticonformiste, sans aucun doute possible; mais quand à ne pas aimer les aristocrates, je ne sais pas. Ce sont les imbéciles qu'il n'aiment pas, les fats imbus d'eux m^m et de leur importance, pensant que l'argent peut leur faire tout obtenir. Mais il est des aristocrates qu'il apprécie et qu'il sert, pour l'amour de l'art et parce que ce sont des gens d'honneur prêts à se mettre complètement entre ses mains. Je crois surtout que c'est un être ouvert sans apriori, mais que les gens à la vue basse et courts d'esprit subissaient son plus profond mépris. Il ne leur veut pas de mal, Holmes n'est pas méchant c'est une pulsion liée aux sentiments et il n'en a que très peu, juste ils l'indiffèrent.
Citation :
mais je ne pense pas qu'il aurait eu les moyens et l'envie de confier sa progéniture à une nounou...
Holmes avait peu de goûts dispendieux et des moyens (Watson nous dit qu'il aurait eu largement de quoi acheter l'appartement où il vivait et bien plus) De plus à l'époque employer quelqu'un ne revenait pas aussi cher que de nos jours. Ces gens n'avaient pas de système social hors de prix... et le statut des enfants dans la tête m^m des adultes était sans commune mesure avec aujourd'hui.

Je me suis penchée un temps sur cette façon de percevoir l'enfant. Nous le voyons naissant pur et prêt à tout apprendre, ils le voyait comme fragile psychiquement et non protégé par la parole divine, qu'il était incapable de comprendre avant un âge avancé. Les enfants étaient toujours suspects, par définition menteurs, et le "diable", le mal, trouvait en eux un chemin facile pour pervertir leurs parents trop aimants. Très souvent, y compris dans le monde paysan, on éloignait les enfants de leurs parents, afin qu'ils soient élevés par des gens ayant beaucoup d'affect à leur égard. Les pensionnats ne sont rien d'autres et on retrouve cette idée dans beaucoup de civilisations, c'est quelque chose qui a été fait sur toute la planète et ce n'est pas idiot d'un certain point de vue. Quand on voit aujourd'hui le nombre de parents à bout de ressources vis à vis des monstres d'égocentrisme qu'ils ont élevé, mal le plus souvent. Il faut dire à leur décharge que la société moderne, amoureuse de la jeunesse, a trompé ces gens. Elle leur fait croire que l'enfance est l'âge le plus merveilleux possible et qu'il ne faut à aucun prix "traumatiser" un enfant. Donc on ne leur dit plus NON, c'est très mal de dire NON. Sans être violent il y a néanmoins moyen de mettre des limites, mais pour cela il faut accepter, aujourd'hui, de se battre, car nos enfants sont des êtres très avertis de nos jours, rien à voir avec les oies blanches que nous étions rire


Citation :
Il lui faudrait trouver une femme qui supporte ses incessantes saute d'humeur, ses mélancolies, ses tirs au pistolet dans les murs et son bordel caractérisé dans l'appart...
J'ai du mal à te suivre.. Je croyais que le pauvre chéri en était là justement parce qu'il n'avait pas trouvé l'âme sœur, et que ce n'était que le symptôme de son mal-être intérieur, du à sa solitude affective? J'ai du mal comprendre. Détective

Citation :
Chacun reprenant sa route ensuite, un peu comme dans le film de Ritchie où l'on se doute que ces deux là s'aiment bien, mais restent méfiants et que Irène continue à voler les hommes riches. Un peu comme s'ils savaient que rien n'est possible entre eux et qu'il vaut mieux en rester là.
Mouaiiii... suis pas convaincue que cela apporte quoi que ce soit au personnage, mais si ça te fait plaisir, il n'y a effectivement pas mort d'homme.
Non, finalement non! Holmes est un être de passions qui a choisi les siennes. Elles sont peu orthodoxes, mais elles sont logiques. Na!
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 15:31

mdr jbsh, nous se serons jamais sur la même longueur d'onde en ce qui concerne notre détective ! Mais c'est normal, chacun a sa vision du canon, j'en connais bien une qui voit du slash Holmes/Watson à toutes les pages, là où moi je ne vois rien d'autre que de l'amitié.

C'est la preuve que dans un écrit, on peut interpréter, vu que nous n'aurons jamais la réponse à nos interrogations.

Citation :
Anticonformiste, sans aucun doute possible; mais quand à ne pas aimer les aristocrates, je ne sais pas.

Pour les aristocrates, j'en réfère à "un aristocrate célibataire" version SACD et la client de Holmes est fat au possible et Holmes ne se prive pas pour lui répondre... Pareil dans "l'école du prieuré" où Holmes a des commentaires très vert vis-à-vis du père de l'étudiant qui avait disparu (sans parler que son secrétaire était en fait son fils, issu d'une liaison). Bref, il m'avait donné à penser que les aristocrates qui se croyaient sorti de la cuisse de Jupiter, regardant les autres du haut de leur titres ronflants, l'exaspérait au plus au point. Sans parler de la manière qu'avait certains de considérer leurs fils (école prieuré/diadème de beryls), mais comme toujours, il s'agit d'impressions que j'ai ressenties lors de la lecture.


Citation :
Holmes avait peu de goûts dispendieux et des moyens (Watson nous dit qu'il aurait eu largement de quoi acheter l'appartement où il vivait et bien plus) De plus à l'époque employer quelqu'un ne revenait pas aussi cher que de nos jours. Ces gens n'avaient pas de système social hors de prix... et le statut des enfants dans la tête m^m des adultes était sans commune mesure avec aujourd'hui.

Oui, en effet, mais je continuerai à penser que s'il avait eu un fils, il aurait préféré s'en occuper lui-même plutôt que de confier ça à une autre personne.

Pour les monstres d'égocentrisme de notre époque, je suis entièrement d'accord avec toi. Mais avec des parents responsables, qui cloisonnent leur enfants correctement, l'éduque comme il fait, il y a moyen de bien s'en sortir. Un regard de ma mère et je rentrais sous terre...

Dans ma vision canonique, Holmes aurait appris tout ce qu'il savait à son fils, je pense, le guidant avec sa passion pour son travail, sans demander l'aide d'une nounou qui l'aurait exaspérée, surtout si pas très intelligente. Mais comme toujours, aucune réponse ne viendra me donner tort ou raison. Cela reste le point de vue que j'aime bien. Je peux me planter royalement, aussi ! rire Mais bon, ça ne tue personne et on peut discuter de notre passion.


Citation :
J'ai du mal à te suivre.. Je croyais que le pauvre chéri en était là justement parce qu'il n'avait pas trouvé l'âme sœur, et que ce n'était que le symptôme de son mal-être intérieur, du à sa solitude affective? J'ai du mal comprendre. Détective

Telle est la question ! En est-il arrivé à ce caractère là parce que il a vécu un drame shakespearien ou bien était-il ainsi dès le départ ?? désolé

Plusieurs solutions : Sherlock est ainsi depuis toujours : bordélique, asocial, casanier, étant soit un travailleur infatigable sur une enquête, ou un parfait oisif...
Soit il l'est devenu après une histoire tragique... et après, pour retrouver quelqu'un, il lui faudrait une femme qui tolère ce genre de comportement un peu spécial... Complexe, n'est-il pas ?

A-t-il VRAIMENT choisi sa solitude affective ? Il dit dans "le rituel" qu'il était un solitaire, avant que le chien de l'autre ne lui morde le mollet. Mais malgré tout, avec Watson, c'était une amitié solide qui les liait.
Donc, pas trop envie de rester seul, même si, au départ, c'était pour partager un loyer. Asocial, mais pas trop (moi aussi, quand je ne suis pas au boulot, j'ai des tendances asociales et j'aime avoir la paix very happy ).

Pour cette question, comme pour beaucoup de choses, je ne peux que supputer et avancer des théories sans être sûre...

Si tu as des théories, je les lirai avec plaisir ! bravo

Citation :
Non, finalement non! Holmes est un être de passions qui a choisi les siennes. Elles sont peu orthodoxes, mais elles sont logiques. Na!

C'est un homme de passion, il a choisi les siennes, créant une profession pour lui tout seul. Peu orthodoxes? sans doute, parfois. Mais la fin justifie les moyens. Na ! Ok
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 17:12

Bravo fan fan fan Tu ne te laisses pas démonter, c'est agréable.
Une théorie?? of course.. Mais elle ne va pas te plaire, rire c'est sûr!

J'en ai déjà parlé sur ce forum, et si je me répète je m'en excuse par avance auprès des plus anciennes . Mais vous êtes témoins, la faute en revient à Belette qui me pousse dans mes derniers retranchements hi!!

Je pars du principe que Holmes est un sur-doué, un vrai, qui plane à plus de 160, ce qui est, en terme de pourcentages, rarissime ko moins de 2% de la population .

Le truc dans ces cas là, dont on a du mal à se rendre compte, c'est que ces personnes le sont depuis toujours, je veux dire dès le berceau, mais que ceux et celles qui les entourent ne s'en rendent compte que fort tard et parfois pas du tout... De plus le sur-doué lui m^m ne le sait pas; pour lui il est forcément comme les autres comme tous les enfants. C'est très dur de se rendre compte que ce n'est pas le cas. Les soucis commencent pour eux comme pour tous les autres, au moment où ils comprennent qu'ils sont vraiment différents. C'est valable pour toutes les différences, sauf que pour le sur-doué le regard que portent les autres n'est pas celui que l'on porte sur une personne qui a un "handicap" Et pourtant c'est un fichu handicap, d'être à ce point décalé du monde des autres.

Je ne sais pas si tu connais le monologue du bossu dans le roman du m^m titre, de M Pagnol. Et bien c'est exactement ce qui arrive aux personnes ayant un handicap. il faut ajouter à cela qu'un sur-doué comme un sous-doué ne comprend pas les autres, leurs réactions, leurs pensées. Il n'a d'affinité qu'avec très peu de gens, sauf si ses besoins affectifs sont puissants, car alors il essaiera à toute force de se cacher pour pouvoir rester près d'eux. Mais si en revanche ses besoins de communiquer ne sont pas très élevés, voilà quelqu'un qui très vite va se réfugier dans son monde, fait de livres et de rêves ou de créations. Si il aime le pouvoir alors il peut être redoutable car ils peut devenir un manipulateur hors pair.
Le monde des sur-doués est difficile, la plupart des gens considérant qu'ils ont déjà beaucoup de chance et que leur vie d'enfant apprenant est facile, alors on n'a pas à se pencher sur eux plus que sur les autres en particulier les malchanceux qui n'ont pas leur pourvoir intellectuel. Je ne suis pas ne train de dire qu'un sur-doué doit être plaint le pauvre chéri, en tous cas pas plus qu'un autre, mais pas moins. Les difficultés ont beau être différentes, elles n'en existent pas moins. C'est un vrai combat, car ils sont seuls la plupart du temps, le temps que l'on mette pour eux des "mots" sur ce qu'ils ne comprennent pas et qui vont les aider, qui vont faire qu'ils s'acceptent et qu'ils acceptent les autres comme ils sont. Car ce sont les autres le problème du sur-doué, du fort en thème, de celui qui comprend tout sans effort, comme s'il s'agissait d'un simple rappel à leur mémoire déjà pleine avant d'avoir rien appris.
C'est difficile de ne trouver que peu de gens, et le plus souvent un adulte, pour échanger, communiquer, quand ils en trouvent un. Pour les moins vindicatifs ce sont souvent des solitaires. N'ayant que peu réussi dans leur enfance à apprendre à communiquer avec leurs paires ils sont souvent démunis, ils ne savent tout simplement pas faire. Si en plus ils sont d'un tempérament introverti, la messe est dite. Souvent les sur-doué ont une ou deux grandes passions, qui les dévorent et auxquelles ils consacrent beaucoup de temps et d'énergie.

Tu commences je suppose à voir comment j'envisage SHolmes, dans un contexte du 19è.
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 21 Juil - 19:59

Mais toi non plus, tu ne désarmes pas ! J'adore ! Ok

Merci pour les explications, en tout cas. C'est sûr que les anciennes l'ont déjà vue, mais avec 60 post pour moi et un an d'affiliation, sans compter que l'année dernière, je n'avais pas toujours le temps de passer sur le fofo... J'ai dû la louper. Je me rattrape, profitant que le fofo n'est pas fermé pendant les vacances. Fin du HS.

Pour en revenir à notre Sherlock, qui, il est exact, est un sur-doué dans ce qu'il fait. Mais où vas-tu chercher le 160 ? Déduction d'après ses compétences ?

Je peux comprendre que dans la vie scolaire, être sur-doué, ce n'est pas facile. Les premiers de classe sont toujours regardé de travers (je ne le fus jamais, moi rire ), il suffit de se souvenir de la manière dont on regardait les petits génies en informatique au moment où celle-ci à commencé. Des tordus qui pianotaient sur des claviers... Ils pourraient être nos patrons, aujourd'hui...

Sans doute encore pire quand ils ont une particularité comme Sherlock. S'entendre dire que l'on est franc-maçon, que notre sœur est alcoolique, et que notre père à des problèmes d'argent, cela jette un froid. On n'aime pas que certaines personnes soient capables de lire autant de détails et de les interpréter si facilement. C'est déroutant, et quand l'être humain est dérouté, il réagit par l'exclusion de ce qu'il ne comprend pas.

En plus, Sherlock ne s'intéresse qu'à ce qui peut lui servir pour son métier. La terre qui tourne autour du soleil ou de la lune, il s'en fiche. Ce qui peut étonner les autres et donner lieu à des moqueries (Anderson ou Donovan, je ne sais plus lequel) et le faire passer pour un taré psychopathe (hors, il le dit lui-même, il est juste un sociopathe de haut vol). Intelligent, mais vu qu'il ne s'intéresse pas à ses bêtises, les autres le prennent pour un débile.

Par contre, sa maitrise des nouvelles technologies, et sa manière de s'en servir, peuvent aussi le renfermer plus, car c'est bien connu, quand on est devant son écran, le monde vivant n'existe plus, remplacé par le virtuel. Sans compter qu'il sait tirer parti de toutes les possibilités que l'informatique et la téléphonie peuvent lui offrir. Oui, un vrai sur-doué avec tout cela.

Citation :
il faut ajouter à cela qu'un sur-doué comme un sous-doué ne comprend pas les autres, leurs réactions, leurs pensées.

En effet, lorsque l'on sait faire une chose, on ne comprend pas, lorsque on l'explique, que l'autre ne comprenne pas et vous dise "va plus doucement, je n'ai pas compris l'opération 3" (comme quand j'expliquai la compta à une copine qui ne la pigeait pas, moi, je ne comprenais pas comment elle ne pouvait pas comprendre ce truc tout simple).

Cela l'énerve quand il doit expliquer pourquoi la dame morte est passée là où il pleuvait et qu'il y avait un vent fort...


Citation :
Il n'a d'affinité qu'avec très peu de gens, sauf si ses besoins affectifs sont puissants, car alors il essaiera à toute force de se cacher pour pouvoir rester près d'eux. Mais si en revanche ses besoins de communiquer ne sont pas très élevés, voilà quelqu'un qui très vite va se réfugier dans son monde, fait de livres et de rêves ou de créations. Si il aime le pouvoir alors il peut être redoutable car ils peut devenir un manipulateur hors pair.

Sûr, si tu te fais rabrouer dès que tu parles de ta passion qui dérange, tu te renfermes, tu ne causes plus et tu vas dans ton monde fait de livres... (mince, c'est un peu moi, ça... confus ).

Sherlock se moque bien de ce que pense les gens, en plus.

Citation :
Je ne sais pas si tu connais le monologue du bossu dans le roman du m^m titre, de M Pagnol.

Le seul bossu dans Pagnol que je connaisse, c'est Jean de Florette. Le roman se nommant "le bossu" tout court, j'en connais un écrit par Paul Fléval (un nom dans le genre) et au cinéma, joué par Bourvil... Mais ma mémoire se trompe peut-être...

Citation :
C'est difficile de ne trouver que peu de gens, et le plus souvent un adulte, pour échanger, communiquer, quand ils en trouvent un. Pour les moins vindicatifs ce sont souvent des solitaires. N'ayant que peu réussi dans leur enfance à apprendre à communiquer avec leurs paires ils sont souvent démunis, ils ne savent tout simplement pas faire. Si en plus ils sont d'un tempérament introverti, la messe est dite. Souvent les sur-doué ont une ou deux grandes passions, qui les dévorent et auxquelles ils consacrent beaucoup de temps et d'énergie.

Tu commences je suppose à voir comment j'envisage SHolmes, dans un contexte du 19è.

Oui, en effet... pas facile à vivre ! Démonstration brillante ma chère !

Donc, *réfléchit ardemment* si Sherlock ou Holmes (BBC ou canon) avait trouvé (ou trouvait) une femme capable de le comprendre, ou ayant vécu la même expérience, cela pourrait les rapprocher... Détective

héhé... Irrécupérable je suis. Faut pas t'inquiéter, c'est mon monde à moi... rire La seule chose qui me console, c'est que j'ai trouvé des personnes aussi dingue que moi vis-à-vis de Sherlock ou de Holmes (pas ici, je te rassure).

Une amie m'a signalé que apparemment, Gatiss voudrait mettre une histoire d'amour dans Sherlock (avec Irène) pour faire taire les rumeurs d'homosexualité de Sherlock. Quid ? On verra bien... *croise les doigts*.

Non, pas frapper. lol
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 22 Juil - 9:14

Citation :
Citation:
il faut ajouter à cela qu'un sur-doué comme un sous-doué ne comprend pas les autres, leurs réactions, leurs pensées.


En effet, lorsque l'on sait faire une chose, on ne comprend pas, lorsque on l'explique, que l'autre ne comprenne pas

Assez souvent, et je suppose surtout de nos jours, ces personnes sont rationnelles et logiques et elles voient, comprennent plus que ce qui est dit, parce qu'avec une simple idée elles peuvent aller bien plus loin que la moyenne, dans la vision des implications et des questionnement que cette idée implique. Mais longtemps un enfant est le centre de son monde. Cela fait de lui un égocentrique parfait, mais aussi, de fait, quelqu'un qui doit apprendre la différence.
Ce que vit un enfant est la norme absolue, pour lui, et seule la confrontation aux autres peut l'éclairer sur son vécu et celui des autres. Avant qu'un enfant, ayant ce genre de potentiel, ne comprenne ce qui le différencie, il se passe beaucoup de temps, sauf évidemment si sa famille lui rabâche qu'il est différent... Il a donc le temps d'imprimer au fond de lui combien il est incapable de comprendre les réactions souvent irrationnelles des autres, alors m^m qu'autour de lui les autres se comprennent entre eux. Souvent cela ne dure pas des années, mais c'est parfois suffisant pour qu'ils intègrent plus ou moins leur incompétence dans ce domaine précis de la communication et de la gestion du comportement de leurs camarades. Ce n'est pas une règle absolue, tous sont aussi différents que chacun de nous, mais c'est assez fréquent. Le fait d'être une personne intellectuellement supérieure ne veut pas dire: être parfait. Par ailleurs ils sont comme tout le monde et se forgent des certitudes par l'expérimentation. On les appelle "précoces" de nos jours, parce qu'à un âge X ils comprennent des notions qui ne sont abordées qu'à un âge X+2/3 ou plus, souvent d'une manière très homogène pour toutes les matières mais pas systématiquement.

Sherlock Holmes ressemble pour moi fichtrement à ce type de personnalité à une époque où l'on ne se posait que peu de questions pour aider ce genre de personnes. Les autres non plus d'ailleurs; les gens qui n'avaient pas les moyens d'avancer au rythme normal étaient très vite abandonnés à leur sort...

Cette solitude dont on nous parle dans le Canon, je me l'explique très facilement, et dans la série nous est bien décrite cette façon qu'il a de se tromper souvent quand il pense être gentil en prévenant ces interlocuteurs de ce qui les attend. Watson le détrompe, et ce qui est touchant c'est qu'il ne remet pas en cause son analyse. Il l'a jugé et s'en remet à son avis alors m^m qu'il ne comprend pas. Souvent dans le texte je me suis dit que Watson n'a pas très bien compris ce qu'il apporte à Holmes. Ce n'est pas qu'un ami pour lui, c'est aussi un garde fou, un point d'ancrage dans la réalité, un socle solide qui le rassure et l'étaie. Ces gens ont, encore plus que tout un chacun, besoin d'être rassurés. Leur imaginaire les emmène parfois si loin qu'ils peuvent être terrifié, parce que le fait d'être supérieurement intelligent n'empêche pas qu'ils soient avant tout humain, et leurs angoisses sont à la hauteurs de leurs capacités abstractives.
Revenir en haut Aller en bas
Yodaline



Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1173

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 22 Juil - 14:16

Hello! Quelle belle joute épistolière ! Toutes les deux habitées par votre sujet , on ne peut plus vous retenir ! Ok c'est bien.

Je ne veux pas jouer aux arbitres mais force est de constater que vous êtes au moins d'accord sur un point : chaque être étant unique, il a sa propre interprétation des choses, sa propre façon de voir , de ressentir et de juger. Difficile alors d'obtenir une seule réponse à vos interrogations... wink

En l'occurrence, vous avez toutes deux un tempérament bien différent : l'une a un esprit rationnel, qui aime à s'appuyer sur des faits précis, recherche les preuves pour conforter son opinion ; l'autre , tout en se basant sur les écrits , laisse son imagination libre d'inventer et de créer, sans se soucier de la "faisabilité" de son invention mais pour se procurer un bien-être intellectuel et affectif.

Vos arguments à toutes deux sont très intéressants. Je n'en tirerai aucune conclusion si ce n'est pour dire que Sir Conan , 81 ans après sa mort, reste toujours capable de susciter les passions concernant son personnage du détective. Le mystère qu'incarne Holmes reste entier. Il n'a pas fini de nous interpeller et toutes nos questions hélas resteront sans réponse. Et la plus étrange est encore celle-là : en a-t-il été conscient ? A+
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 22 Juil - 14:52

Merci Yodaline. Je craignais je l'avoue d’ennuyer un peu avec mes arguments, tu me rassures smile

Citation :
Donc, *réfléchit ardemment* si Sherlock ou Holmes (BBC ou canon) avait trouvé (ou trouvait) une femme capable de le comprendre, ou ayant vécu la même expérience, cela pourrait les rapprocher...
Rien à dire effectivement. Quand on trouve son alter égo, c'est le top! Pour le Holmes de Doyle c'est très fortement improbable dans ce 19è siècle, et pour Sherlock c'est davantage possible, à ceci près que contrairement à Watson il ne cherche pas. Il faudrait que le dame l'ai repéré, et donc soit au minimum attentive au maximum en recherche ce qui va à l'encontre d'une "pareille que lui" rire et cultive cette relation de sorte qu'il finisse par s'en apercevoir et que l'idée lui vienne. Beaucoup de conditions mais pas impossible, je te l'accorde. Je suis bonne joueuse et veut bien entrer dans cette idée, mais seulement pour cette version moderne du personnage, non pas parce l'autre est un tout fini, mais parce que dans ce cas là je crois vraiment la chose impossible de la part de Doyle.
Ce qui revient à ta question Yoda. Pour ma part je répondrais non. SACD ne s'est sans doute jamais douté de ce qu'il créait et c'est assez courant, que les personnages échappent à leur auteur, qu'ils aient une vie propre dans l'imaginaire des lecteurs, infiniment plus nombreux et plus riches que la seule pensée de l'écrivain. Le génie se situe sans doute les parts d'ombre que laissent ceux ci. Elles doivent être suffisamment importantes pour nous permettre de les combler d'une manière variée et donc pluriel mais pas trop vastes pour que la cohérence et l'envie d'aller plus loin soit au rendez-vous. C'est comme cela que je vois les choses.
Mais qui a dit que le génie est une chose que l'on maitrise? Je n'y crois guère à cette maitrise, qui sous entendrait que certaines personnes feraient de choses géniales consciemment. Ce n'est pas vraisemblable.
Je crois que c'est Y Reza qui a écrit qu'aucune belle chose, aucune chose qui fait que l'homme est grand n'est venue d'un esprit rationnel. Belette le monde est à toi!!!


Dernière édition par jbsh le Sam 23 Juil - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 22 Juil - 16:04

[quote="jbsh"]
Citation :
Citation:
Sherlock Holmes ressemble pour moi fichtrement à ce type de personnalité à une époque où l'on ne se posait que peu de questions pour aider ce genre de personnes.
Cette solitude dont on nous parle dans le Canon, je me l'explique très facilement, et dans la série nous est bien décrite cette façon qu'il a de se tromper souvent quand il pense être gentil en prévenant ces interlocuteurs de ce qui les attend. Watson le détrompe, et ce qui est touchant c'est qu'il ne remet pas en cause son analyse. Il l'a jugé et s'en remet à son avis alors m^m qu'il ne comprend pas. Souvent dans le texte je me suis dit que Watson n'a pas très bien compris ce qu'il apporte à Holmes. Ce n'est pas qu'un ami pour lui, c'est aussi un garde fou, un point d'ancrage dans la réalité, un socle solide qui le rassure et l'étaie. Ces gens ont, encore plus que tout un chacun, besoin d'être rassurés. Leur imaginaire les emmène parfois si loin qu'ils peuvent être terrifié, parce que le fait d'être supérieurement intelligent n'empêche pas qu'ils soient avant tout humain, et leurs angoisses sont à la hauteurs de leurs capacités abstractives.

Là, tu as parfaitement raison ! Watson est un point d'ancrage important pour Sherlock Holmes et je me suis toujours révoltée contre des cinéastes qui nous donnaient un John Watson mou.

Dans la série Sherlock, au moins, il bouge et cherche lui aussi le danger, parce que ça lui manque. Lui aussi va essayer d'apporter une stabilité à Sherlock. Cela devrait rassurer Mycroft ! rire

John peste souvent contre Sherlock, mais il le suit, comme dans le canon, même si Watson n'a jamais hurlé, au travers d'une ouverture de boîte aux lettres "je suis Sherlock Holmes et je me crois plus malin que tout le monde...". Une manière de lui dire "tu n'es pas seul ! Alors me laisse pas dehors".

Yodaline, tu as raison, je pense que jbsh et moi, lorsque nous sommes dans notre argumentation, le monde n'existe plus... Mais nous ne saurons jamais qui a raison, et c'est bien ainsi.

Je sais être rationnelle, mais quand il s'agit de Sherlock Holmes, je la perd souvent et j'avoue que j'aime broder autour d'un petit détail qui me titille et m'ouvre mon imaginaire, qui est assez phénoménal... mdr ! J'ai toujours été plus forte pour cela que pour étudier, comme le disait ma mère. smile

Oui, Holmes a échappé à son créateur et mène une vie propre. Je ne pense pas que SACD aurait imaginé une pareille vie pour ce personnage qu'il n'aimait point.

C'est un fait qu'il est plus facile de donner une vie sentimentale (ou sexuelle) à Sherlock de la BBC qu'à celui du canon. Pourtant, au vu de toutes les fictions que j'ai lue, je peux vous dire que dans quasi toutes, il a une relation (homo ou hétéro) et c'était avec la version de Ritchie ou celle de SACD. Je ne vous parle même pas de la version BBC avec une relation Sherlock... (accrochez-vous) Moriarty... Moi aussi, ça m'a fait le même effet ! shocked

Citation :
Le génie se situe sans doute les parts d'ombre que laissent ceux ci. Elles doivent être suffisamment importantes pour nous permettre de les combler d'une manière variée et donc pluriel mais pas trop vastes pour que la cohérence et l'envie d'aller plus loin soit au rendez-vous. C'est comme cela que je vois les choses.
Il y a tellement de vide à combler dans l'œuvre de SACD (seulement 4 romans et 56 nouvelles) que de nombreux auteurs, cinéastes, s'y sont engouffrés, avec parfois de bons résultats (BBC en est un, surtout que ce n'était pas gagné d'avance de le transposer dans notre monde, comme quoi, tout est possible).

Citation :
Mais qui a dit que le génie est une chose que l'on maitrise? Je n'y crois guère à cette maitrise, qui sous entendrait que certaines personnes feraient de choses géniales consciemment. Ce n'est pas vraisemblable.
Je crois que c'est Y Reza qui a écrit qu'aucune belle chose, aucune chose qui fait que l'homme est grand n'est venue d'un esprit rationnel. Belette le mode est à toi!!!
Alors, vu que parfois (souvent) mon esprit n'est pas en mode *rationnel*... cool

Bonne après-midi !
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Tidou



Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 1579

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 22 Juil - 17:56


Waouh ! quel beau match. Vous êtes drôlement inspirées toutes les deux ! j'peux plus suivre ko

Ben moi, j'me dis que Conan a dû le faire exprès de rien dire sur Holmes d'abord parce que le personnage en lui-même ne l'intéressait pas. Ce sont les intrigues et les façons de les résoudre qui motivaient son écriture et l'excitaient.

Il a dû se dire que seules les actions avaient de l'intérêt et laisser ainsi aux lecteurs le choix de supposer n'importe quoi sur le passé de son héros et de faire toutes les hypothèses possibles sur sa vie privée et son intimité... Pas bête !Ok

La preuve, on en est toujours à vouloir percer le mystère démoniaque
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Sam 23 Juil - 13:56

Merci Tidou hi!!
Notre Sherlock n'a pas fait mieux hier soir que la semaine dernière avec 12,8% des spectateurs derrière "Faut pas rêver" (13,3% ) et "Les experts Miami" 26,5%
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 24 Juil - 9:15

Pour détrôner "Les Experts" c'est mission impossible, et puis la série ferait surement un meilleur score diffusée sur TF1, car la chaine est généralement toujours en tête... Ah ! les bonnes vieilles habitudes...
Perso je la regarde jamais, sauf Dr House (comme quoi) pouffe Et si Sherlock faisait le même carton que House wow !






Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 24 Juil - 9:24

J'aime bien les expressions de Watson
Par exemple quand avec Sherlock il trie les piles de livres et que se pointe Lestrade, bourré de bonnes intentions, qui ne demande qu'à les aider.
Sherlock réplique sèchement un truc dans le genre: "un peu de silence serait le bienvenu" et Watson jette alors un coup d'oeil vers Lestrade, gêné et plein de compassion, avec un air de vouloir excuser la conduite de Sherlock. J'ai bien aimé ce court instant. big smile entre autre car il y en a beaucoup tant les acteurs sont expressifs et le duo toujours réactif !





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Lun 25 Juil - 19:36

Oui, le Sherlock de Moffat court partout ! Malgré tout, les experts font plus parce que là depuis longtemps et mieux connu du public.

Citation :
la série ferait surement un meilleur score diffusée sur TF1, car la chaine est généralement toujours en tête...
Dyan, il m'a semblé lire quelque part que TF1 était en perdition face au Net... ils ont perdu des plumes, et puis, TF1, c'est du temps de cerveau disponible !
Moi, j'adore aussi John dans l'épisode 1, il ne sait pas trop quoi faire devant le comportement du détective, déroutant, il faut le dire...

La tête qu'il tire quand il comprend que Sherlock est parti sans lui ! On dirait un jeune chien abandonné par son maître. Ce n'est pas péjoratif, mais le voir tourner la tête dans tous les sens pour chercher la haute silhouette de Sherlock, on aurait dit qu'il était déjà accro à l'adrénaline procurée par ce diable de détective !

Et la scène où il quitte le resto sans sa canne, courant derrière Sherlock, sans se poser de question, alors que moi, j'aurais hésité, tout de même, n'étant pas acrobate... non, sauter entre deux toits, merci bien ! very happy

Citation :
Perso je la regarde jamais, sauf Dr House (comme quoi) pouffe Et si Sherlock faisait le même carton que House wow !
House (que j'adore) a commencé petitement et peu de gens connaissaient la série qui passait fort tard. Tout n'est pas perdu pour notre Holmes... pardon, Sherlock ! Dyan, tu ne vas pas aimer le final de la 7... pardon pour le HS... oops
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Mer 27 Juil - 9:51

Citation :
Moi, j'adore aussi John dans l'épisode 1, il ne sait pas trop quoi faire devant le comportement du détective, déroutant, il faut le dire...
Sherlock est de l'ordre de la surprise pour cet homme dans la vie duquel "il ne se passe jamais (plus) rien" Regarde sa tête quand il comprend que la police , un inspecteur de police, se déplace pour solliciter l'opinion de Sherlock. Et la désinvolture de ce grand échalas... Il nr dit rien n'en perd pas une miette et regarde tout cela avec surprise (et de l'envie à l'évidence)

Citation :
La tête qu'il tire quand il comprend que Sherlock est parti sans lui ! On dirait un jeune chien abandonné par son maître. Ce n'est pas péjoratif, mais le voir tourner la tête dans tous les sens pour chercher la haute silhouette de Sherlock, on aurait dit qu'il était déjà accro à l'adrénaline procurée par ce diable de détective !
Quand j'ai vu cette scène j'ai eu un peu pitié de lui, un peu comme tout le monde je suppose. Je trouvais que le personnage de Holmes manquait singulièrement de savoir vivre ce qui n'est jamais le cas dans le texte, mais autre temps ... La réaction de Watson m'a plu Certes il vous a un air de cocker se retrouvant seul, mais il n'est ménagé par personne...dans l'escalier on le bouscule au risque de le faire tomber alors qu'il porte une canne, et tout le monde s'en moque... Mais il ne se victimise pas et reste ouvert. Ca me plait .. Il n'arrive pas à suivre Donovan complètement. Il entend se qu'elle dit, mais ne la suit pas complètement. Mycroft ne l'ébranle que lorsqu'il lui parle de lui; jusque là il a gardé la tête froide .Je n'oublie pas que c'est un soldat et que cela doit drôlement vous armer dans le vie, ce cursus.

Citation :

Et la scène où il quitte le resto sans sa canne, courant derrière Sherlock, sans se poser de question, alors que moi, j'aurais hésité, tout de même, n'étant pas acrobate... non, sauter entre deux toits, merci bien ! very happy
Quel fumiste ce Sherlock. Décidément il fait feu de tout bois!! "je voulais prouver un truc sur vous." Je n'y crois pas une seconde! en revanche qu'il est remarqué que Watson courait comme un lapin, c'est évident et qu'il en ait conclu que la canne avait du resté au resto, pas de problème...mais quand à l'anticiper, non monsieur, je n'y crois pas. Ce Sherlock là peut tout à fait mentir quand cela l'arrange rire Watson ne sera pas long à le comprendre, fort heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Mer 27 Juil - 14:43

jbsh a écrit:
"je voulais prouver un truc sur vous." Je n'y crois pas une seconde! en revanche qu'il est remarqué que Watson courait comme un lapin, c'est évident et qu'il en ait conclu que la canne avait du resté au resto, pas de problème...mais quand à l'anticiper, non monsieur, je n'y crois pas. Ce Sherlock là peut tout à fait mentir quand cela l'arrange rire Watson ne sera pas long à le comprendre, fort heureusement.
N'oublie pas quand même que Holmes, dès le début, a toujours pensé et laissé entendre que le handicap de Watson était dû à un effet "somatique" et non pas physique. Il sait pertinemment qu'il consulte un psy à cause de ça et qu'il suffirait de dédramatiser le problème pour que tout s'arrange.
Là encore Sherlock a parfaitement raison. En entrainant son compagnon dans une aventure mouvementée, en lui donnant l'opportunité de se "lâcher", SH voulait sans doute engendrer une sorte de"libération" chez son ami. Et ça a fonctionné ! oubliant sa mauvaise jambe devant l'urgence de la situation, s'est mis à courir comme... un lapin !! pouffe Je peux croire qu'il ait anticipé la scène. On peut s'attendre à tout avec ce diable d'homme ! démoniaque





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Mer 27 Juil - 16:18

Oui oui suis d'accord avec le raisonnement, Dyan! Je suis sûre que la chose était probable, mais pas sûr.

Il sait en général juger ses interlocuteurs, mais il a besoin de certitudes et vérifie souvent ses dires. C'est cela qui le caractérise aussi. Il énonce les choses avec beaucoup d'aplomb, mais il n'est parfois pas totalement sûr:
"Votre sœur! Harry est votre sœur. Il y a toujours quelque chose qui cloche!"
Je crois qu'impressionner le remplit de joie, mais c'est d'avoir réussi à envisager tous les possibles qui le passionnent et il se déçoit lui-m^m de passer à côté d'une hypothèse, de ne l'avoir m^m pas envisager.

Oui il pouvait penser que Watson "oublierait" son handicap devant l'urgence, tu as raison, mais ce n'était pas sûr. "Je gagnais du temps, je savais que vous viendriez!" Ben voyons! Fumiste! (ou comment tenter de s'en sortir, mis devant sa "réalité"!) rire
Pour moi, Watson lui est d'autant plus précieux que, bien qu'impressionné souvent, il reste lucide, attentif et pas ébloui. C'est très important ce contre pouvoir, c'est ce qui va lui permettre de garder les pieds sur terre, se faire mettre à sa place de temps en temps. Watson devient vite fondamental dans l'équilibre précaire qui est le sien. Du moins c'est un peu comme cela que j'ai vu ces deux personnages au fil du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Tidou



Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 1579

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 28 Juil - 20:36

hi!! je pense que tu as raison, Watson va sûrement jouer un rôle de plus en plus important dans cette série SHERLOCK Holmes & Watson Il a déjà sauvé Holmes dans la séquence de la pillule en abattant froidement le "méchant bonhomme" qui, c'est moon idée , a peut-être bien été manipulé par un ceretain Moriarty, le ceerveau de toute cette affaire, dont on ne parle pas cette fois ci, mais qui va bientôt faire son apparition ... démoniaque

Holmes sent les choses et sait juger les humains. Il a dû immédiatement penser en le voyant que Watson était l'homme qu'il lui fallait. Ai-je fait leur profil astrologique ? J'en sais plus rien. Il faudrait que j'examine ça de près star Allez bonne soirée. Et n'oubliez pas demain le 3ème épisode de SHERLOCK : "Le Grand Jeu" sur France 2. bounce
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 1 Sep - 19:51


J ai récolté quelques photos de Sherlock 2. Vous en ferai profiter ces jours ci Hello! Hello!
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 1 Sep - 20:07

Elle est courte, elle est brève et elle vous laissera sur votre faim... tant pis ! Mais voilà les premières images du "chien des Baskerville" et de l'acteur avec les oreilles détachées...


Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 1 Sep - 20:28

Je l'avais vu aussi Belette! Merci bravo
Revenir en haut Aller en bas
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 1 Sep - 20:34

La vidéo m'a laissée sur ma fin. J'ai hâte de voir les trois prochains épisodes. Avec les nouvelles technologies, le chien sera - je l'espère - plus effrayant que dans les vieux films ou que même dans la série Granada (JB disait que le gros chien était tout gentil, une sorte de dogue allemand). Il ne m'ont jamais fait peur.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 2 Sep - 17:26

belette2911 a écrit:
Il ne m'ont jamais fait peur.
Ben faut se mettre dans le contexte, je suis sûre que tu serais morte de trouille rire Imagines, la nuit tombée, le brouillard laissant à peine filtrer une pâle lumière bleuâtre, les bruits inquiétants de la lande, seule, tu te frayes un chemin parmi des ombres fantasmagoriques, quand, précédé d'un halètement rauque, un molosse phosphorescent se jette sur toi, crocs acérés dehors, babines écumantes d'une rage mortelle...
Personnellement j'en mènerais pas très large rire
Bon c'est vrai le gros toutou de Granada était une brave bête qui s'appelait Kahn (un danois) que JB adorait caresser, mais de presque 70 kg, ça te réduit en crèpe ces bestiaux !
Merci pour les photos et le clip !





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
belette2911



Inscription : 10/06/2010
Nombre de messages : 1232
Age : 41

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 2 Sep - 20:00

Le grand chien de mon père (dans les 60 kg) a déjà fichu la trouille à des gens dans le noir, vu sa taille immense (je devrais le proposer au casting, tiens, je pourrais croiser les acteurs...) very happy

Alors, marcher dans un brouillard tellement épais que je ne savais plus reconnaître ma propre région, je connais. Le souffle rauque émanant d'un champ de maïs, je connais aussi (mon chien qui s'amusait dedans). Les branches qui craquent et l'impression qu'un truc énorme va en sortir, aussi (une biche).

Mouais, mais j'ai pas hurlé de terreur. Bon, dans la lande, je ne dis pas... mais dans les films et séries, je ne trouvais pas la brave bête effrayante. Mince, j'ai pas peur des chiens... La seule fois où un gros chien nous a sauté dessus, il en voulait à mon chien et je lui ai collé mon pied dans la gu**** avant qu'il ne plante ses dents. Il a filé.

Allez, voyons large, dans le contexte, j'aurais peut-être eu un frisson, les landes sont froides et humides very happy

De rien pour le clip, il aiguise nos appétits !
Revenir en haut Aller en bas
http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Sam 3 Sep - 0:07

J'aime les chiens et à moins de tomber sur un "fou", ce qui doit exister aussi dans la race canine, les animaux n'attaquent que rarement et toujours pour se défendre ou pour manger. Seuls les félins à ma connaissance, "jouent" parfois avec leurs proies et encore je suppose qu'il s'agit plus d"entrainements" à la chasse...?

J'ai vraiment des difficultés à croire à la cruauté des animaux, non vraiment. J'ai eu trois chiens dans ma vie, et les petits sont infiniment plus agressifs que les grands, peut être ont-ils davantage peur de par leur taille, ou sont-ils plus "nerveux".

Je suis comme toi: dans les différentes interprétations du Chien que j'ai vu, je n'ai jamais été très impressionnée par l'animal. La musique est infiniment plus effrayante que ces "monstres", pour moi.

Espérons que nos amis d'outre manche sauront remédier à cela Ok



J'adore cette mobilité du visage et cette capacité à se transformer. mdr
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 4 Sep - 13:09

Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 4 Sep - 17:15

Bon OK vous etes toutes les deux des dures à cuire pouffe
Et c'est vrai que c'est l'ambiance générale, la musique, les lumières, enfin tout le bluff et les effets spéciaux, qui font descendre le trouillomètre à zéro, c'est ça qui est bon afraid
Ton affiche est géniale Ok





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 4 Sep - 17:19

Ton chouchou jbsh !



Je sais pas si c'est un sourire ou une grimaçe pouffe





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 4 Sep - 19:25

J'adore quand tu mets des vidéo,Dyan cry sorry et je pencherai pour une grimace
Dyan:
Citation :
Bon OK vous etes toutes les deux des dures à cuire

J'ai reçu de ce coté une sérieuse éducation de rationalistes convaincus rire Au point qu'il m'est arrivée une drôle d'aventure il y a quelques années et que...

J'étais seule dans un petit appartement, loin des miens et pleine d'inquiétude parce que j'attendais un diagnostique concernant mon ainée, qui avait un risque sur huit d'avoir un cancer. Un soir je me suis couchée en pensant à ma chérie évidemment, quand au bout d'un moment j'ai senti la "présence" d'un corps dans le lit à mes côtés. Je ne sentais pas ce corps mais qui a déjà dormi auprès de quelqu'un peut comprendre ce que je veux dire. J'ai allumé et évidemment il n'y avait personne. J'ai éteint en me sermonnant, mettant cette impression sur ma solitude ou mon besoin de me rassurer auprès de mon mari en cette période particulièrement difficile. Je me suis mise sur le coté comme toujours et fermant les yeux je me fis la promesse d'être raisonnable. Au bout d'un cours instant pourtant, ce "corps" ,ce poids, dans le lit est réapparu. Ayant fait la m^m manœuvre que la première fois sans plus de succès, je décidais que, pour être tranquille, j'allais cette fois dormir sur le dos et c'est ce que je fis.
Ce studio avait un volet pour fermer la fenêtre, mais un haillon, très haut vers le plafond, muni d'une vitre n'était pas occultable, si bien qu'un peu de lumière persistait toute la nuit.
Couchée sur le dos, doucement je me mis à sourire du bon tour que me jouaient mes angoisses, théorisant sur ce pauvre cerceau qui est le notre. Sûre de moi je rouvris les yeux pour je ne sais quelle raison et là, devant moi, debout se tenait...je ne sais pas quoi. Une forme foncée qui ressemblait à quelque chose d’humain au sens reconnaissable, mais dont la tête encapuchonnée ne laissait pas voir le visage. Cette chose tendit son "bras" dans ma direction et ne devait pas être à plus d'un mètre de moi. En quelques secondes mon cerveau dont je déplorais la fragilité quelques instants plutôt a réagi. D'une voix forte j'ai dit que les fantômes n'existaient pas, que ce que je voyais n'existait pas et par conséquent il était inutile d'insister. Et je me suis retournée sur le coté, tournant le dos à ce que j'avais vu et je décidais qu'il fallait maintenant cesser les sottises et dormir. Je me suis endormie sûre que dans ma vie il allait peut être me falloir affronter des choses bien plus graves et importantes que "ça' et que par conséquent j'en avais rien à faire...

Cette histoire parfaitement véridique m'a évidemment fait une drôle d'impression. J'ai cherché le lendemain des preuves que je n'avais pas rêvé et n'en ai pas trouvé. Et puis je me suis dit que preuve ou pas ce qui m'impressionnait le plus c’était ma réaction. Je ne crois pas aux fantômes, mais tout de m^m je ne pensais pas avoir cette réaction. C'est l'angoisse pour ma fille qui a peut etre crée cela mais c'est cette m^m angoisse qui m'a fait réagir comme cela..
Alors dure à cuire, peut être, mais ça dépend des sujets, crois moi...
Désolée pour le hors sujet .
Revenir en haut Aller en bas
LauryAnne



Inscription : 31/08/2011
Nombre de messages : 157
Age : 21

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Dim 4 Sep - 19:53

Tu sais je pense que l'on peut toujours trouver une explication rationnelle je pense. Pour ma part, je ne me souviens jamais de mes reves, et il m'arrive un nombre incalculable de fois se ressentir l'impression que ce que j'ai revé ou imaginé soit en faite la réalité. Je n'arrive pas à distinguer les deux et comme je l'ai dit sa m'arrive frequemment.. On peut imaginer que c'est la meme chose qui c'est produit pour toi! D'autant plus qu'étant seule, tu ne trouvera jamais de preuve du fait que tu etais eveillée ou endormie... Je m'étonne du fais que tu est pris sa a la legere quand tu a vu cette "chose". Personnellement je pense que j'aurais pas reagit de la même façon! J'aurais peut etre ressentie comme de la peur, enfin tout du moins je pense que j'aurais ete inquiete! Toi non tu etais dans le denie...A la lecture de certains anciens commentaires que tu a postés, j'ai cru comprendre que tu ne croyais en rien si je puis dire^^ Ni à Dieu ni aux esprits, ou a l'astrologie enfin se genre de choses! Sa peut en partie expliquer aussi ta réaction!

Personnellement dans les films, je trouve que le ressentie de la peur ne doit pas se faire au travail d'images sanglantes ou ce genre de choses, d'après moi cela doit se sentir par la musique et l'athmosphere globele de la scene. C'est sa pour moi qui créer la peur ou l'angoisse. J'espere donc que dans le film on ne verra pas un gros nounours de chien trop fluorescent car sa ne serra plus crédible et au lieu d'etre "dans l'histoire" on va se lasser! C'est mon avie en tout cas :)
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 9 Sep - 8:14

Quelle histoire bizarre en effet. Je comprends qu'elle a pu te perturber... Comment savoir ce qui s'est réellement passé ? Jamais, je le crains, réalité, rêve, affabulation du cerveau ? Moi même j'ai vécu des trucs étranges et troublants. Mystère roll
Fin du HS confus





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Ven 9 Sep - 14:43

On en a déjà parlé up Benedict C. interprète le rôle de Peter Guillam dans le film "La Taupe" (Tinker, Tailor, Soldier, Spy). C'est pas René la Taupe rire mais le thriller très attendu de Tomas Alfredson adapté de John Le Carré.
Pour info ce film a obtenu 3 nominations à la Mostra de Venise qui se tient jusqu'au 10/09/2011. Le film a un incroyable cast avec Gary Oldman. Tom Hardy, Benedict Cumberbatch, John Hurt, Mark Strong et Colin Firth. Autant dire les plus fines fleurs britanniques qui sont de la partie...
Sortie française le 8 février 2012.
Nouveau teaser:

ça donne envie razz





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin


Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6020

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Mar 13 Sep - 19:26

Concernant la sensibilité ou l’insensibilité de Holmes, question souvent récurrente... mais dans la série "Sherlock".
Le scénario de Mark Gatiss développe en particulier l’axe de l’absence totale d’empathie de Sherlock pour les différentes victimes. Ce n'est pas le cas de la série Granada où SH semblait parfois affecté voire écoeuré... (coda de la Boite en carton par ex).
Il a ici un vrai comportement de sociopathe qui effraie Watson. Mais qui fait aussi l’exceptionnelle efficacité de Sherlock. Cette tendance se retrouve illustrée de nombreuses façons. Il se fout du sort des otages, jusqu’à en laisser un subir cette torture alors qu’il a déjà résolu l’énigme, juste pour gagner du temps. Il utilise sa capacité à manipuler les sentiments des gens sans la moindre culpabilité.C’est le cas dans sa rencontre avec Moriarty, lorsqu’il dévoile son ‘‘homosexualité’’ à sa fiancée sans le moindre égard pour les sentiments de la jeune femme, tout en annonçant qu’il fait ça pour lui rendre service.
Sherlock est-il un monstre totalement froid ? Pas tout à fait : sa relation avec Watson s’est déjà développé au-delà de celle qu’il entretien avec le reste du monde. Le développement de cette relation prend forme dans la série, on ressent de plus en plus leur complicité, et peut être bientôt l'amitié de Sherlock ? La scène de l’épreuve de la basket, dans laquelle Sherlock demande à Watson ce qu’il arrive à déduire, prend en compte l’intelligence de Watson, et ne le fait pas passer pour un crétin.
Dans l'histoire le seul vrai monstre froid semble plutôt être Moriarty.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Mar 13 Sep - 21:15

Quand vous travaillez dans un service d'urgence ou dans un SAMU, le problème de l’empathie, de la sensibilité est un peu le m^m! On n'a pas le temps de penser à la personne, à ce qu'elle est en train de perdre ou à ce qu'elle a déjà perdu. On est concentré sur ses fonctions vitales sur ce que l'on peut ou pas faire pour la garder en vie, et aucune question ne se pose quand a ses sentiments. Sur sa douleur oui bien sur mais pas sur ses sentiments sauf quand ceux ci influences son état.
Quand vous etes enseignants dans une institutions qui soigne des enfants brisés, dont le corps et la vie sont brisés, vous ne pouvez pas les laisser pleurer dans leur coin, il vous faut les secouer pour qu'ils arrivent à se concentrer sur les contenus et continuer à avancer...

Il existe certainement de nombreux exemples encore, cela peut sembler dur voire cruel. Mais je me souviens de la réplique de Sherlock: "Cet hopital est plein de mourants docteur, si vous alliez les plaindre pour voir le bien que cela leur fait"
Il ne semble pas compatir, ni m^m être chagriné; il n'hésite pas à prolonger les douleurs d'une vieille dame pour avoir de l'avance sur son ennemi, car il mène une sorte de guerre, de course contre la montre, et lui seul leur fait du bien en fin de compte, à tout ces malheureux. Il est le seul qui peut leur venir en aide, comme les médecins ou les enseignants de mes exemples, et il ne leur est pas demandé autre chose. Il font leur métier. Après ceux là d'autres viendront, et il faudra recommencer.
Il faut se demander comment ils tiendraient s'ils devaient à chaque fois voir leur cœur perdre pieds. Je pense que ce n'est pas compatible. Mais moi aussi j'ai été choqué d'entendre dans leur salle de détente des rires fuser et des éclats de voix joyeuses alors que l'un des miens allait si mal. Mais très vite je me suis dit que cela devait être nécessaire pour tenir le coup quand on a ces vies, ces professions, qui côtoient perpétuellement la douleur et la souffrance des autres.
Holmes fait parti de ces gens qui ne peuvent pas se permettre le luxe de pleurer avec leurs clients. Il le sait et cela ne lui pèse pas trop. Mais comme dit Moriarty, à l'annonce de l'absence de cœur de Sherlock: "Nous savons tous les deux que ce n'est pas tout à fait vrai"!
Revenir en haut Aller en bas
jbsh



Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 22 Sep - 19:50

Revenir en haut Aller en bas
LauryAnne



Inscription : 31/08/2011
Nombre de messages : 157
Age : 21

MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Jeu 22 Sep - 20:18

lol c'est pas facile tout les jours apparement pour lui big smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch   Aujourd'hui à 12:57

Revenir en haut Aller en bas
 
SHERLOCK la série avec Benedict Cumberbatch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 25Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 15 ... 25  Suivant
 Sujets similaires
-
» Third Star, avec Benedict Cumberbatch
» Benedict Cumberbatch
» Benedict Cumberbatch
» Hawking, avec Benedict Cumberbatch (2004)
» [Sherlock] Sherlock/John

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM JEREMY BRETT :: SHERLOCK HOLMES ET SES ADAPTATIONS-
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: