Planète Jeremy BrettAccueilS'enregistrerConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Study in Celluloid de Michael Cox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Study in Celluloid de Michael Cox    Lun 12 Déc - 19:10

news Study in Celluloid écrit par le producteur Michael Cox est à nouveau disponible !!
Ce livre est un achat indispensable pour une analyse en profondeur de la série Granada. Un incontournable qui était épuisé depuis des années (sauf pour des sommes faramineuses).
Il a été réédité et on peut le trouver ici:

Study in Celluloid





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Lun 12 Déc - 19:15

Je préférais l'ancienne couverture:





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Lun 12 Déc - 19:27

Super fan je sens que je vais me laisser tenter Ok bounce
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Dim 1 Avr - 11:59

Je viens de relire "A Study in Celluloïd". Conclusion: formidablement intéressant Ok
Cox a lancé la série, il l'a accompagnée jusqu'au "Case book of Sherlock Holmes", et il dû avoir une vision d'ensemble de tous les problèmes rencontrés, y compris les plus concrets, pour réaliser la série Granada, qu'il voulait la plus fidèle à Conan Doyle qu'on ait jamais vue.
C'est beau de voir l'énergie qu'ils déploient, lui et son équipe, dans la poursuite de la fidélité absolue! Cox, son assistant producteur Stuart Doughty et le chargé de recherches Nicky Cooney relisent les 60 histoires de Doyle, relèvent toutes les caractéristiques et habitudes de Holmes et de Watson, le matériel qu'ils utilisent, et j'en passe...Et ils rassemblent ces précieuses observations dans un guide, le "Baker Street File" bravo
Jeremy, lui aussi, lit, relit, souligne, annote, médite l'oeuvre de Doyle Holmes Et je trouve beau de voir les deux champions de la fidélité se chamailler, ferrailler, batailler au nom de la valeur qu'ils partagent! Comme il n'y a pas d'énigme à résoudre dans "The Final Problem", Hawkesworth développe l'affaire française en se basant sur le vol bien réel de la Joconde en 1911. Mais Jeremy est furieux diable et ne veut rien savoir de cet ajout...qu'il finira par accepter. Quant à Cox, il fait la fine bouche devant le cri et le saut de joie de Jeremy à la fin de "The Second Stain" non ....car il les juge plus brettiens qu'holmésiens.
La série n'a pas été édifiée sur une montagne de dollars ou de pounds, et pour la réaliser, Cox et son épique ont dû recourir au système D. Un figurant coûtait 50 livres par jour...pas cher...mais si on en veut une masse, c'est autre chose. Alors dans "The Read Headed League", John Hawkes se contente de 50 figurants, mais il les dispose et les déplace de manière si astucieuse qu'on a l'impression d'un flot de "rouquins"! lol
Mais là où l'épopée conquérante a tourné à la retraite de Russie, c'est en 1990, quand le gouvernement conservateur a entrepris de démanteler le remarquable système de diffusion existant pour instaurer une économie de marché totale. Les gestionnaires et les comptables ont pris les commandes de Granada. Cox a été licencié, ce qui est quand même un peu fort de café colère et il est revenu diriger "the Case-Book" en free-lance. La politique purement commerciale de Granada va conduire la série dans le fossé: Les responsables de la programmation observent une forte demande pour les films de 2 heures. On fera donc des films de 2 heures, le taux d'écoute conditionnant les recettes publicitaires. C'est parfait pour "Inspector Morse", basé sur des romans. Mais ça ne va pas du tout pour Sherlock Holmes, basé sur des nouvelles parfois très courtes. Qu'à cela ne tienne, que les scénaristes se débrouillent! Jeremy Paul s'est attelé à "The Last Vampyre", Trevor Bowen a ramé sur "The Eligible Bachelor", avec les résultats que l'on sait, notamment en matière de fidélité canonique. désolé
La poursuite de la fidélité parfaite à Conan Doyle n'a pas été une croisière dans les îles grecques, mais plutôt une Odyssée avec triple ration de sirènes, cyclopes et compagnie, ou une version show-business de l'héroïque expédition survie du Docteur Bombard. Mais à mon humble avis, l'entreprise de Cox était admirable par son respect des oeuvres originales, son souci de vulgarisation, sa modestie intellectuelle et ses scrupules. Et le résultat, s'il n'est pas parfait dans son intégralité et en tous points, me paraît précieux et irremplaçable, en dépit des modes. bravo bravo bravo
Revenir en haut Aller en bas
Yodaline

avatar

Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1262

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Dim 1 Avr - 20:52

Bravo Frenchaccro, ton analyse est tout à fait concrète et intéressante et ta passion pour défendre toute l'équipe de GRANADA est contagieuse. Je la partage totalement. Ils se sont efforcés tous, scénaristes, metteurs en scène, acteurs ( et surtout Jeremy) à respecter le plus possible les textes de Conan Doyle et il est certain que faire un film de 2 heures avec une simple nouvelle littéraire, c'est devoir tricher avec l'original et ne plus avoir aucun intérêt. C'était aller droit à l'échec ! Pourquoi faut-il toujours que l'attrait du gain gâche les meilleures choses ? attristé A+
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Lun 2 Avr - 11:20

Re Bravo Frenchaccro ! Superbe analyse
Cette époque est probablement et malheureusement révolue. Qui, dans les nouvelles et récentes adaptations de Holmes, se soucie de respecter fidèlement le Canon ?? C'est même de pire en pire à mon avis. Ce travail dantesque couterait beaucoup trop cher à notre époque, exigerait beaucoup trop de personnes impliquées et de temps, et en plus avec le risque que ça ne rapporte pas suffisamment ou ne marche pas. C'est clair que personne ne va se risquer dans une telle expérience attristé
On doit énormément à Michael Cox qui s'est lancé dans l'aventure car il y croyait à fond (et il a eu des obstacles à surmonter...) et surtout c'est lui qui a choisit Jeremy, qui l'a convaincu, car il voyait en lui le Holmes idéal, et rien que pour ça on le remerciera jamais assez Merci

"The series began in the heyday of independent television. In those happier days, the senior executives of Granada used to meet about once a month to discuss plans for the future. Late at night, on one of those occasions, I mentioned that the work of Conan Doyle had (as I thought) fallen into public domain. After a decade in which hardly anything of Holmes had been seen on television, we could make the definitive series, in colour, for a new generation."
—Michael Cox

On vend aussi le CD audio de A Study in Celluloid:


http://www.wessexpress.com/html/celluloid.html





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Lun 2 Avr - 14:51

Merci Yodaline et Dyan!
Il est sûr que Michaël Cox a vécu un tournant historique...
Il explique qu'après le "Case-Book", croyant que Jeremy ne tournerait plus de "Sherlock Holmes", il a accepté de se charger de l'adaptation anglaise de "Maigret". Naturellement, il comptait la tourner en France, restituer le décor et l'atmosphère de Paris et des petites villes provinciales françaises.
Mais on lui a répondu que la Hongrie ferait fort bien l'affaire, car elle offrait des paysages urbains tout à fait comparables aux nôtres et...la main-d'oeuvre y était beaucoup moins chère...
Tous calculs faits, le coût d'un tournage en France se révéla légèrement supérieur à celui d'un tournage en Hongrie, ce qui suffit à trancher l'affaire.
Alors, Cox demanda à mettre fin à son contrat. Il ajoute, ce qui a des résonances très actuelles, que les techniciens sentaient leurs emplois compromis et étaient désolés de voir le travail qu'ils auraient pu faire filer en Hongrie... mécontent
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    Lun 2 Avr - 19:27

Tout à fait d'accord avec vous, triste chose que ce monde de marchands mécontent
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Study in Celluloid de Michael Cox    

Revenir en haut Aller en bas
 
Study in Celluloid de Michael Cox
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michael Jackson,la plus grande manipulation...
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» QUI A DEJA VU LE FILM "THIS IS IT" DE MICHAEL JACKSON???
» MICHAEL JACKSON - BAD (DX03)
» VOICI UN AUTRE FILS DE MICHAEL JACKSON OMER BHATTI CONFIRME PAR JOE JACKSON

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM JEREMY BRETT :: LES LIVRES SUR JEREMY BRETT-
Répondre au sujetSauter vers: