Planète Jeremy BrettAccueilS'enregistrerConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Linda Pritchard's Story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 1 Fév - 17:57

Concernant les rapports ou les similitudes avec ton père, Tina. Cela devient personnel. On ne peut pas se mettre à ta place, ni ressentir ce que tu ressens. Mais on peut comprendre. Par contre si tu mets trop d'affect ça ne va pas arranger la situation. Il ne faut pas en faire un psychodrame. Sinon c'est mal parti. Pour toi et pour le projet... Restons zen





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 1 Fév - 19:45

Merci jbsh et Dyan. Alors oui, je suis désolée, mais je me souviens en avoir parlé avec mon frère qui a eu une remarque qui m'a clouée sur place quand j'ai résumé grosso modo mon projet. Il s'est écrié spontanément : "Tiens, on dirait papa !"
JB avait une maison à LA il n'était pas souvent avec Joan. Disons que la seule différence c'est qu'il s'est sans doute bien occupé de son fils, sinon David n'aurait pas fait de fréquents séjours aux USA. Alors, je me dis que JB a au moins réussi ça, garder l'affection de son fils.
J'exagère sans doute avec JB car je sais ce qu'une maladie mentale peut provoquer quand elle n'est pas soignée. Et mon père, en dépit de ses qualités réelles, a tout foutu en l'air à cause de ça. Alors il était facile de faire le rapprochement avec JB.
Néanmoins, je reste une admiratrice de sa performance de SH, à mon sens unique. Et mon homme idéal reste SH dont j'admire les convictions et la rectitude morale, tout ce qui a manqué à mon pauvre père...
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 1 Fév - 20:07

TinaSher a écrit:
jbsh : l'équipe Granada a emmené JB à Malte, lors du tournage du Signe des 4, alors qu'aucune scène avec holmes n'était tournée là-bas. Ils avaient pitié de lui car il était trop seul.
Dans quel ouvrage de David Stuart Davies as-tu trouvé cette anecdote? Je ne l'ai vue ni dans "Dancing in the moonlight", ni dans "Bending the willow"."Starring Sherlock Holmes", peut-être? J'aimerais que tu nous donnes des références précises.
En plus des raisons qu'a exposées Dyan, Jeremy s'isolait pour ne pas être vu dans le triste état où le mettait la maladie. Edward Hardwicke raconte une visite qu'il lui a faite à l'hôpital et qu'il a écourtée, sentant que Jeremy souffrait de se montrer diminué.
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 1 Fév - 23:04

Citation :
TinaSher a écrit:
jbsh : l'équipe Granada a emmené JB à Malte, lors du tournage du Signe des 4, alors qu'aucune scène avec holmes n'était tournée là-bas. Ils avaient pitié de lui car il était trop seul.

Peut être... J'aurais tendance à dire que, quand un ami est dans une panade noire il est naturel que ces amis tentent de lui changer les idées en l'emmenant au soleil. Je crois savoir que JB adorait le soleil et la chaleur. De plus, M Cox, si mes souvenirs sont exacts, disait que pour un comédien JB était totalement investi et prenait le temps de visionner les... rushs et que durant sa carrière il n'avait rencontré cela que deux fois. David Stuart Davies a écrit que Jb portait la série et était présent sur toutes les scènes y compris celles où il ne figurait pas... Tous les éléments sont donc en bonne logique présents pour que JB soit là où, à priori, il n'avait rien à faire. On peut voir cela comme une charité, moi je le vois comme quelque chose de logique et de très humain, de la solidarité envers quelqu'un qui "déguste grave" comme disent nos jeunes. Cela ne me choque pas.

Une chose me questionne. Pourquoi ne peux tu envisager que cet homme ait été sincère dans ces choix, que l on peut trouver parfois peu judicieux certes..mais sincère? Tu dois encore penser que je retourne chez les bizounours. Qu'importe. Moi je le vois comme un être romantique, passionné, enthousiasme, coléreux, investi, généreux voire dispendieux, sincère, exigent, travailleur, perdu et malade, courageux, aux idées parfois farfelus et excentriques, ayant eu sa dose de chance et de douleur, avec une vie hors normes au sens peu ordinaire et où rien n'a manqué.

Oui la maladie est parfois prise pour excuse. Mais dans ce cas là l'individu en fait des tonnes et gonfle les autres avec. Quand elle est douloureuse, violente et implacable crois moi, on s'isole parce que plus rien dans ce monde n'a d'intérêt et les autres semblent vivre dans un monde qui n'est plus le notre, avec des préoccupations si futiles et dénués de sens. M^m les odeurs et les couleurs semblent avoir disparues du monde. Dans ces cas là on veut, on est seul. Cela non plus cela ne me choque pas.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 1 Fév - 23:19

TinaSher a écrit:
Dyan : oui, tu as raison, le projet commence à m'agacer sérieusement. Au début, j'étais comme vous autres, sur ce site. J'ai lu certaines choses et j'ai cru ce que j'ai lu. Après quoi, j'ai trouvé d'autres choses, plus troublantes, notamment ce qu'a dit la deuxième productrice, avouant que tourner avec JB avait été un calvaire.
Tinasher, tu as le talent d'"interpréter" les faits en fonction de tes thèses, que je rejette d'ailleurs en gros et en détail. Ce qui a rendu le tournage pénible pour June Whyndam Davies, c'est que la maladie de Jeremy provoquait des retards dans le travail, alors qu'elle avait, elle, des délais à respecter. Elle appréciait beaucoup Jeremy. Tu en auras la preuve sur le site de bafta4jb, à la rubrique "Paroles de fans", où elle déclare, entre autres: "I loved him as an actor AND AS A MAN". On ne peut pas être plus clair: ce n'était pas la personnalité de Jeremy qui provoquait le calvaire. On pourrait répondre de même à chacun de tes arguments.
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 2 Fév - 10:30

Arrondis les angles Tina ! Tu prends les choses trop à coeur et à fleur de peau à cause de ton histoire personnelle. Comme jbsh et Frenchaccro, je pense que tu noircis le tableau et mets la loupe uniquement sur les aspects négatifs en les grossissant exagérément. Holmes

Un point essentiel, la maladie de JB ne sert pas de prétexte, elle est un facteur aggravant incontestable. Elle a gâché une partie de sa vie sur les aspects privé, relationnel, professionnel. Toute maladie mentale est débilitante, c'est impossible d'en faire abstraction.
JB n'a pas refusé de soigner dès qu' il a été au courant de sa maladie. Cela a été une révélation pour lui, presque un soulagement. Il pouvait enfin s'expliquer certaines choses. Il pouvait mettre un nom sur les troubles qui le hantait de plus en plus, et se soigner en acceptant les effets secondaires, prise massive de poids, oedèmes, troubles de mémoire et de concentration. Certains malades arrêtent carrément leur traitement à cause des conséquences, JB a supporté malgré lui sa déchéance physique. D'autant plus courageux pour un acteur. Il a supporté les critiques dures voire odieuses des tabloids et du public.
Franchement il aurait pu craquer et tout arrêter.
JB n'a jamais mis en avant sa maladie comme excuse, je pense qu'il était discret et pudique la dessus. Il voulait continuer à travailler comme si de rien n'était. Seulement à ce stade ce n'était plus possible. mécontent
La productrice JWD a effectivement raconté combien les tournages étaient difficiles, mais c'était directement imputable à ses pathologies, JB fatiguait vite, respirait mal etc. Elle a vécu une période très éprouvante et a voulu quitter la série. Toute l'équipe souffrait de le voir ainsi.
JWD éprouvait bien plus que de l'amitié pour JB. La situation était juste insupportable.

Quant à EH, également la "victime" des troubles de JB, il a toujours témoigné d'une grande estime et amitié envers son ami, même s'il a connu des moments difficiles. On sait qu'un individu bipolaire devient insupportable à vivre, perd brutalement son contrôle, pique des colères. C'est l'horreur pour l'entourage qui ne sait pas du tout comment faire, ni comment réagir. EH a laissé filer, ça n'a pas été évident et parfois il s'est rebiffé quand JB allait trop loin. Il est bonne pâte mais il y a des limites. Pendant The Secret, JB a commencé à être sérieusement malade, car au début tout allait bien, et présentait des signes évidents de sa maladie. Tous les deux ont essayé de gérer au mieux. JB a d'ailleurs du être hospitalisé pendant la pièce, il a voulu continuer et à réussi à assumer la tournée. Tous les deux étaient complètement à plat à la fin. Dans ces situations, il faut beaucoup de compassion, de tolérance et de distanciation.
Avec du recul EH n'a dit que du bien de JB. amis





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 2 Fév - 13:29

Vos commentaires sont tous tout à fait pertinents. En ce qui concerne mes références, c'était effectivement dans Starring SH. Et Davies n'invoque nullement le fait que JB voulait aussi surveiller les scènes où il ne jouait pas. On l'avait trouvé triste et isolé et on l'avait emmené car il n'avait pas pris de vacances depuis longtemps.
L'une d'entre vous a cité le fait - je ne l'ai jamais vu nulle part - que JB aurait vécu des années avec Joan à Boston. Alors pourquoi a-t-il acheté cette maison à LA ? Son fils venait d'ailleurs le voir là-bas, et non à Boston. Et Michael Cox a contacté JB là-bas aussi, car c'était alors sa résidence principale. L'une d'entre vous est même allée jusqu'à imaginer les pseudo rapports d'affection entre JB et les enfants de Joan. Cela ne figure nulle part non plus, du moins pas dans mes sources.
Je suis bien d'accord avec vous toutes d'avoir pris les choses un peu trop à coeur; il se trouve que je nage toujours en pleines paperasses à cause de la succession de mon père qui n'a pas fait dans la dentelle pour nous embêter et nous opposer à sa seconde femme, des machins idiots qui nous épuisent. Après, j'aurai sans doute à nouveau les idées plus claires.
Néanmoins, beaucoup de ce que JB a dit n'est pas clair, voire contradictoire. Je me méfie des gens qui disent à tout bout de champ que Untel est adorable; la plupart du temps, ces gens n'avaient pas de rapport très proches avec la personne. Dans le cas de JB, c'était toujours lui qui invitait tout le monde, qui faisait des cadeaux. Je n'ai pas une seule référence où quelqu'un l'aurait invité chez lui. L'inverse est valable aussi : des gens que l'on qualifie trop vite de "pas sympa" se révèlent souvent vraiment intéressantes, même si elles ne sont peut-être pas faciles d'accès, j'en ai fait l'expérience plusieurs fois.
JB n'avait en outre pas de rapports d'amitié privés avec les autres acteurs de la série; je suppose que personne n'avait envie de se le farcir encore au dîner, après une journée de tournage éprouvante. Il faut tâcher de voir la réalité, telle qu'elle a été vécue par les uns et les autres. Cela ne remet nullement en question le talent de JB, mais cela permet de mieux comprendre certaines choses, notamment pourquoi JB ne s'est jamais fait soigner. Je suis persuadée que ses humeurs bizarres avaient déjà attiré l'attention d'autres producteurs, bien avant la série Granada. Cela pourrait expliquer (entre autres) pourquoi JB a trop longtemps été cantonné dans des téléfilms en-dessous de ses capacités.
Je me souviens aussi de l'anecdote que fait Robert Stephens quand il apprend les cachets monstrueux de Bruce Willis, talent zéro et qui se fait doubler dans toutes les scènes de combat. Et je comprends l'amertume de Stephens, un authentique acteur de théâtre comme l'a été son ami JB, qui doit renouveler sa performance tous les soirs et ce sans filet de sécurité.
C'est ça le gros problème avec la carrière de JB : pourquoi n'a-t-elle pas évolué à la mesure de son talent ? JB possédait une saine ambition, comme n'importe quel acteur Il n'aurait évidemment pas écrasé les autres pour avoir un rôle en or, mais il s'attendait tout de même à être mieux employé, il le dit plusieurs fois en filigrane dans des interviews. Il a aussi avoué que Michael Cox lui a donné le rôle de sa vie, et là on ne peut pas dire qu'il ment. Il est hyper réaliste. Là, j'aimerais quand même savoir ce qui s'est passé avant.
Souvenez-vous : il quitte le théâtre de Laurence Olivier pour tourner Guerre et Paix en 1964, dans l'espoir d'être remarqué et d'accéder à une carrière internationale. Hélas, le film est flingué par la critique et le pauvre JB est horriblement déçu. Il retourne au théâtre, en partie parce qu'il ne peut pas faire autrement.
Une biographie, c'est aussi ça : ne pas se contenter de répéter bêtement que Truc a dit que JB était formidable. Il y a bien plus derrière un tel homme que des affirmations aussi plates.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 4 Fév - 14:53

Il est peut-être bête de répéter ce qui a déjà été dit,mais il ne l'est pas moins de se surestimer et de sous-estimer les autres. Tu n'es pas avare d'épithètes méprisantes envers ceux qui rejettent ton point de vue: nous sommes des" Bisounours, idôlatres, bêtes". Mais tu ne nous connais nullement, tu ne sais ni qui nous sommes, ni ce que nous avons fait dans nos vies, comment peux-tu te permettre de juger et péremptoirement? Il vaut mieux respecter les gens en général, et les morts en particulier. Les vivants peuvent se défendre!; Regardons-y à deux fois avant de farfouiller dans les affaires intimes des disparus; et si on le fait au nom de la recherche de la vérité, que ce soit d'une main légère, avec précaution et délicatesse. On ne doit pas foncer dans les jardins secrets d'un mort avec un bulldozer ou un tank. Je trouve ça épouvantable. J'éprouve pour Jeremy de l'admiration, ainsi qu'une affection respectueuse et indéfectible. Il ne me semble pas déplacé d'exprimer ces sentiments sur un site de fans. C'est l'endroit pour ça. Je suis atterrée par la manière dont tu t'attaques à sa mémoire, et avec une outrecuidance intellectuelle qui me sidère. Rien n'est plus complexe qu'un être humain, plus difficile à connaître. Dans l'ouvrage de Bernard Oudin "Enquête sur Sherlock Holmes", il nous apprend que Conan Doyle a obtenu la réhabilitation de deux hommes condamnés injustement: quelle intelligence, quelle tête! Mais il nous dit aussi que le même Doyle croyait aux fées et s'est laissé convaincre de leur apparition par une photo qui était d'évidence un montage:: quelle crédulité! Chez un même être on trouve des contradictions extraordinaires, on ne peut juger à l'emporte-pièce. Et on ne peut pas non plus comprendre quelqu'un sans un minimum d'empathie...
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 4 Fév - 17:16

Citation :
Regardons-y à deux fois avant de farfouiller dans les affaires intimes des disparus; et si on le fait au nom de la recherche de la vérité, que ce soit d'une main légère, avec précaution et délicatesse.
Je suis d'accord parce que j'attache une importance, sans doute peu tendance, à la vie privée de chacun, au droit au jardin secret et à celui de pouvoir répondre et se défendre quand ce qui est dit ou écrit n'est pas vrai ou juste. Et oui c'est encore plus délicat quand il s'agit d'une personne disparue depuis longtemps. Mais les artistes et les hommes publiques en général doivent savoir qu'ils perdent un peu de ces droits, de fait.
Par ailleurs il y a quinze ans quand JBret est mort rien ne laissait supposer pour le grand public qu'internet aurait la place qu'il a aujourd hui dans nos mondes occidentaux... Grâce à cela JB existe encore bien plus qu'il ne l'aurait sans doute imaginé. Le revers de la médaille c'est que personne ne maitrise rien...
Dans ces conditions nous avons deux orientations. Fermer l'ordi et passer à autre chose ou s'engager, parier sur le fait que la plupart des gens sont de bonne foi et que de participer et d'éclairer les propos de son point de vue, fasse avancer les choses correctement. Hello!
Revenir en haut Aller en bas
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 4 Fév - 20:53

Frenchaccro, ta colère est aveugle, je n'ai jamais dit de personne qu'il ou elle était bête. Les bisounours, c'était de l'humour. Mais bon, tu n'as visiblement pas interprété ça ainsi.
Je n'ai pas envie d'entrer dans la vie privée des gens comme un bulldozer, mais faire une bio sans se pencher sur les zones d'ombre d'un défunt, c'est faire dans la romance sentimentale qui ne veut rien dire.
Maintenant, si mon projet ne te plaît pas, c'est ton droit. J'éviterai donc à l'avenir d'en parler. C'est dommage pour ceux que ça intéresse...
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 5 Fév - 21:10

Ma colère n'a rien d'une fureur aveugle; dans ton avant- dernier message, tout à la fin, tu t'en es prise à ceux pour qui une biographie consistait à "répéter bêtement que Truc a dit qu'un tel était formidable". J'ai pensé que nous étions visés, entre autres, et je ne crois pas me tromper. N'as-tu pas évoqué plusieurs fois la naïveté des admirateurs de J.B...que nous sommes?
Si je suis en colère, ce n'est pas sans de multiples et fortes raisons. La manière dont tu parles des relations de J.B avec les autres...personne ne l'invitait...on ne voulait pas "se le taper" après le travail après l'avoir supporté sur le plateau de tournage...il n'avait pas de relations personnelles avec les autres acteurs...
D'abord, c'est inexact. Edward Hardwicke dit qu'il lui téléphonait au moins une fois par semaine quand il n'était pas disponible, qu'il a constamment essayé de le faire venir dans sa maison de Normandie mais que cela n'a jamais pu se faire, à son grand regret (problèmes de travail et surtout de santé de Jeremy). Il m'arrive d'écrire à Monsieur Hardwicke; une fois, il m'a déclaré "Jeremy and I became very good friends. I miss him greatly". Bien sûr, il était obligé d'être poli, mais il ne l'était en aucune façon de dire que Jeremy lui manquait beaucoup. Je ne me serais jamais permis d'aborder ce thème, d'ailleurs j'avais seulement dit combien j'aimais tel et tel épisode.
Ensuite, la manière dont tu parles de Jeremy me hérisse: on ne voulait pas "se le taper la soirée"; tu en parles comme d'un vulgaire enquiquineur, un casse-pieds de première, dont tu comprends que les autres n'aient pas voulu s'encombrer. Il n'y a aucune sympathie dans tes propos, aucune nuance, et même pas de simple courtoisie, de respect humain . Que la maladie de Jeremy ait parfois causé des problèmes relationnels, je n'en doute pas; mais qu'il ait été un simple "boulet", et pour tout le monde, c'est contraire à tout ce qui a été dit de lui. Et Rosalie Williams? Tu as lu ses déclarations? Elle était très amie avec Jeremy, qui toujours trouvait des astuces pour valoriser son rôle.
J'ai détesté le roman que tu as inventé entre Jeremy et David; tu semblais te délecter à imaginer un Jeremy en proie aux feux de l'amour, un David peut-être tenté, n'échappant à la convoitise de son partenaire que grâce à l'intervention énergique d'Anna Calder-Marschall, triomphant d'un Jeremy vaincu et dépité. Oui, visiblement, tu t'en léchais les babines. Mais on ne lance pas de pareilles rumeurs! Et même si on découvre des faits de ce genre, il est souhaitable de ne les révéler (si on les révèle) qu'avec discrétion, et en évitant le mauvais goût. Oui, se complaire dans de telles évocations est à mon avis de très mauvais goût. En résumé et pour en finir, il faudrait ou bien n'éprouver que de l'indifférence envers Jeremy, ou bien avoir une patience d'ange pour ne pas être irrité par tes propos à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
sarah

avatar

Inscription : 17/01/2009
Nombre de messages : 1285

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 18 Fév - 17:54


Linda chez Jeremy
Revenir en haut Aller en bas
Yodaline

avatar

Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1262

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 18 Fév - 19:33

Hello! Parfait Sarah, tu as fait du bon boulot. On peut voir à quel point Linda était une belle jeune femme souriante, pleine de vie et de gaieté. hi!!

C'est certain qu'elle a apporté un souffle d'air frais à Jeremy au moment où il en avait le plus besoin. Il y a eu là une "rencontre" entre deux êtres que rien ne prédisposait à se connaître. Etait-elle prédestinée ? C'est ce qu'a ressenti Linda. Elle a écrit que , dès le premier regard, il lui avait semblé avoir toujours connu cet homme. Elle parle même de vies antérieures qu'ils auraient vécues ensemble... question En tout cas le courant a tout de suite passé entre eux et jusqu'à la fin. A+
Revenir en haut Aller en bas
sarah

avatar

Inscription : 17/01/2009
Nombre de messages : 1285

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 19 Fév - 8:44

Merci Yodaline,
oui je suis parfaitement de ton avis,le sourire de Linda a été sans aucun doute un grand rayon de soleil dans la vie de Jeremy. flower
Une très belle histoire pour tous les deux cœur
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 19 Fév - 12:03

Ce sont vraiment de belles photos bravo On est habitué, avec Sarah...et avec d'autres, bien sûr: ce ne sont pas les belles photos qui manquent sur le forum!
Je suis d'accord, une présence gaie et dynamique est très bénéfique. Par contre, je ne crois nullement à la prédestination et aux vies antérieures, pour moi, c'est vraiment "over the top", je suis une rationaliste terre à terre désolé Lorsqu'on s'entend très bien avec quelqu'un, on peut avoir l'impression (je dis bien l'impression) de le connaître depuis toujours, et il est plus réconfortant de penser qu'on était prédestiné de toute éternité, que d'admettre que notre rencontre avec la personne aimée n'est que le fruit des hasards de la vie. Mais enfin de grands esprits, comme mon cher Victor Hugo, ont cru à la réincarnation, ainsi qu'aux contacts avec l'âme des disparus, alors, pourquoi pas?
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 19 Fév - 16:02

Tes photos sont géniales Sarah ! Je connaissais celle du milieu mais pas les deux autres Merci

Au fait j'ai retiré celles de la galerie, comme te l'a suggéré maitre Yoda. Bonne idée c'est mieux à sa place ici.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
sarah

avatar

Inscription : 17/01/2009
Nombre de messages : 1285

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 19 Fév - 16:13

Merci Dyan,
je n'avais pas reussi à le retirer.
Revenir en haut Aller en bas
sarah

avatar

Inscription : 17/01/2009
Nombre de messages : 1285

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 20 Fév - 13:21

Vous connaissez le jeu "Ou est Charlie"?
La pareil "Ou est Jeremy"?
Revenir en haut Aller en bas
carole

avatar

Inscription : 26/02/2009
Nombre de messages : 571

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 20 Fév - 14:07

Il a un chapeau noir !
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Lun 21 Fév - 14:59

Trouvé aussi ! avec son fameux béret noir ! en fait je sais pas trop ce que c'est son couvre-chef mais il est très marrant pouffe






Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Yodaline

avatar

Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1262

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 24 Fév - 21:17

Hello! je viens ici répondre aux discussions que vous avez au sujet du livre de Linda Pritchard. Fort intéressantes du reste, et que j'apprécie beaucoup.

En y repensant, il me semble qu'il faut considérer ce livre comme le simple récit d'une femme inconnue qui a vécu une aventure absolument exceptionnelle et unique auprès d'un acteur mondialement connu. Elle s'est bornée à raconter les faits , le décrivant énergique, brillant, généreux, adulé par ses fans... cœur , puis, au fil des années , le montrant affaibli, malade, diminué physiquement et intellectuellement. Mais , toujours, et en cela elle est sympa, mettant en valeur son courage et sa dignité, et cela jusqu'à la fin.

A mon avis, Linda a écrit ce livre pour "faire son deuil" comme on dit aujourd'hui. Elle devait l'écrire pour évacuer l'immense chagrin qu'elle ressentait. Il a été pour elle une sorte de thérapie. C'est sûr, on peut y voir là une action égoïste et personnelle. Mais combien humaine ! Qu'elle se soit complu dans des descriptions un peu trop misérables , sans doute, mais elle les a vécues ainsi et il fallait qu'elle les exorcise. Oui, plus j'y pense, plus je crois que ce livre s'apparente à une véritable thérapie. On peut ne pas y souscrire et se dire qu'elle n'avait qu'à surmonter toute seule et en silence sa douleur, mais on peut comprendre aussi le poids que représentait pour cette femme simple et fragile le fait d'avoir été la dernière compagne d'une star du spectacle. Mettre tout cela sous forme de mots a dû la libérer de ce poids.

Enfin, il faut convenir qu'après la lecture de ce livre, l'image de Jeremy n'est nullement abîmée. Pour ma part, je l'admire encore plus et l'émotion des dernières pages m'a submergée. A+

Enfin, il faut convenir qu'à la lecture de son livre, l'image de Jeremy n'est nullement abîmée. On l'admire encore plus et l'émotion qui se dégage des dernières pages est vraime
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 24 Fév - 22:19

Je n'ai rien contre le fait que parfois il faille se confier ou écrire pour faire son deuil; accepter l'inacceptable. Mais point n'est besoin alors d'impliquer plus que nécessaire une personne qui n'est plus là pour apporter sa vision , pour modérer.
Ce que je critique ce n'est pas le fait qu'elle ait fait un livre, mais ce livre. Je comprends que l'image de JBrett n'en soit pas sortie abimée pour beaucoup mais je pense qu'elle l'aurait été pour lui. Ce que je sais c'est que ce qu'elle y rapporte ne la concerne pas elle seule, est très intime et est suffisamment pénible pour que la question de l'opportunité de rapporter l'intégralité des faits aurait du se poser avec plus de réflexion.
Tant mieux si Madame Pritchard s'est sentie mieux, elle mérite d'aller bien. Je ne crois pas dans l'au-delà et je ne crois pas que cet homme soit blessé de ce qui a été écrit, je veux dire à cette heure. Ce que je pense c'est que ce livre n'est pas très intéressant si on veut connaître JBrett, enfin celui qu'il aimait être durant les 9/10 de sa vie et qu'il ne lui ressemble pas. Si c'est une thérapie, dont acte mais je n'arrive pas à y voir un hommage, en particulier pas un hommage aux valeurs qui semblent avoir été les siennes tout au long de sa vie.
Sans doute bénéfique pour LP mais pas vraiment pour JB, pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 25 Fév - 12:00

jbsh a écrit:

Ce que je critique ce n'est pas le fait qu'elle ait fait un livre, mais ce livre. Je comprends que l'image de JBrett n'en soit pas sortie abimée pour beaucoup mais je pense qu'elle l'aurait été pour lui.
Sans doute bénéfique pour LP mais pas vraiment pour JB, pour moi.
Qui sait comment il aurait réagi? Il a très bien pris qu'on le plaigne après son deuil et la dépression qui s'est ensuivie, il ne s'est pas offusqué du fait que l'on s'inquiète de savoir comment il allait, et s'est félicité de ce qu'en Angleterre on ait de la compassion (ailleurs aussi, Jeremy...)
Enfin, tu as peut-être raison question
Revenir en haut Aller en bas
Yodaline

avatar

Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1262

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 25 Fév - 20:58

Hello! C'est sûr, ce livre a été bénéfique pour Linda. Il l'a exorcisée de son chagrin. Mais quand tu dis, jbsh, qu'il ne l'est pas pour Jeremy, je ne suis pas d'accord.

Tout au long du livre , on découvre un homme généreux, humain, qui se plait en compagnie d'une jeune femme simple et authentique, qui discute avec elle pendant des heures de questions existentielles, lui, l'acteur à succès, qui l'initie à la pratique de la méditation, qui l'aide dans ses projets... Bref un ensemble de qualités exceptionnelles qui font que l'on découvre la profondeur de cet homme et qu'on s'y attache sur le plan humain. cœur

Après , il y a les dégâts de la maladie et là, tu es choquée. Tu penses que JB n'aurait pas aimé se voir sous cet angle , diminué, affaibli, l'ombre de lui-même. Mais, et là je rejoins Frenchaccro, Jeremy lui-même parlait avec beaucoup de détails de la dépression qu'il avait traversée après la mort de sa femme. A chaque interview ou presque il se complaisait à décrire son état à ce moment là. Qu'en dis-tu ?

Linda n'a fait que dire la vérité qu'elle a vécue. C'est vrai, elle est dure à entendre. Mais il faudrait que tu te décides à lire ce livre jusqu'au bout car tu verrais que les derniers mots de JB sont tellement émouvants. Le récit de Linda ne diminue en rien les valeurs auxquelles Jeremy tenait. Du moins, je le ressens comme ça. A+
Revenir en haut Aller en bas
LouiseCP

avatar

Inscription : 28/11/2010
Nombre de messages : 64

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 26 Fév - 0:26

Si Linda écrivait le livre pour pleurer pour la perte de son ami, alors elle devrait avoir écrit quelque chose en privé, pas pour la publication. Et elle devrait avoir employé un auteur bien meilleur l'aider. Le récit de la troisième personne est d'amateur, les descriptions de Jeremy et de sa maladie et même sa mort dérangent et des invasions de la dignité et de l'intimité de l'homme.

Oui, il a parlé de sa peine et de ses issues avec bipolaire - mais il ne devrait pas être regardé comme figure d'amusement, ni faisons nous pendant que ses ventilateurs et admirateurs doivent connaître les détails de ses batailles avec la santé mauvaise.

Améliorez pour écrire un journal intime pour elle-même que précipitent dehors un livre qui a été mal pensé dehors et lit comme une imagination d'adolescent, particulièrement quand elle l'intitule ' ; Sur les ailes de Paradise' ; ! Si Jeremy danse sur les ailes du paradis avec n'importe qui dans l'autre monde, ce ne sera jamais Linda. D'autres ont une réclamation antérieure à ses affections - elle était une amie seulement, quoiqu'un ami qui s'est occupé de lui et la dit l'a aimé.

Translation:

If Linda wrote the book to mourn for the loss of her friend, then she should have written something privately, not for publication. And she should have engaged a much better writer to help her. The third person narrative is amateur, the depictions of Jeremy and his illness and even his death are disturbing and an invasion of the dignity and privacy of the man.

Yes, he did speak of his grief and of his issues with bipolar - but he should not be viewed as a figure of fun, nor do we as his fans and admirers need to know the details of his battles with ill health.

Better to write a diary for herself than rush out a book which was poorly thought out and reads like a teenage fantasy, especially when she titles it 'On the Wings of Paradise'! If Jeremy is dancing on the wings of paradise with anyone in the other world, it will never be Linda. Others have a prior claim to his affections - she was a friend only, albeit a friend who cared for him and says she loved him.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thewonderfulworldofgarybond.com
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 27 Fév - 18:34

Je crois que JB aimait profondément et très tendrement Linda. Jeremy et Linda ont bataillé ensemble contre la maladie, elle a été d'un grand secours pour lui. Dans les moments où il perdait le contrôle de lui-même, le sens de la réalité, elle était un point d'ancrage solide dans la tourmente et prête à tout accapter sans jamais le juger. C'était très important pour JB, qui souffrait d'une terrible baisse d'estime de soi, des critiques, du regard des autres.
Il avait honte. Linda l'a toujours soutenu et aidé, il lui en était très reconnaissant.
Dans l'interview anglophile de 1991, JB déclare au sujet de Linda : "J'ai une petite amie merveilleuse". cœur





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
LouiseCP

avatar

Inscription : 28/11/2010
Nombre de messages : 64

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 1 Mar - 16:35

Nous devrons accepter de différer, Dyan. Je ne peux voir aucune évidence qu'elle était sa amie ou qu'il était dans l'amour avec elle. Qu'elle était une aide à lui dans une certaine mesure j'acceptez, mais je remets en cause ses motifs quand elle a maintenant commencé à vendre les articles personnels concernant lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thewonderfulworldofgarybond.com
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 15 Mai - 9:32

Hello!
En visitant notre site Web, rubrique "Les Amis de J.B, Linda Pritchard", je suis tombée sur un lien direct avec amazon. J'ai été intéressée, sachant qu'à un moment donné, certains avaient du mal à se procurer le livre. Je voulais savoir dans quelle mesure il était accessible maintenant. Il l'est. Mais je suis tombée sur les 7 commentaires clients, et je les ai lus. Je ne connais pas les commentateurs, à part Alistair Duncan, auteur holmésien et soutien de l'Undershaw Preservation Trust. Ce qui m'a frappée, c'est la férocité (selon moi) des nombreux commentaires négatifs. Certes, je ne considère pas le livre comme un chef-d'oeuvre de la littérature anglaise, et certains de ses aspects me plaisent moins que d'autres, mais tout de même...Les attaques personnelles, les procès d'intention, je n'apprécie pas beaucoup. En résumé, je trouve que certaines attaques frôlent la méchanceté.
Qu'en pensez-vous? Tout ça est à amazon.co.uk, books, On the Wings of Paradise. J'aimerais bien avoir votre opinion... Détective
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 15 Mai - 12:08

J'avais déjà lu ces commentaires je crois...et j'en rejoins certains. Pour les éloges aussi d'ailleurs...

C'est difficile parce que, à la lecture de son livre, on ne peut pas avoir d'avis tranché. Oui elle a surement été d'une aide inestimable pour lui, elle lui a certainement permis de finir sa vie dignement, chez lui, quand l'asile l'attendait de toute évidence et oui encore elle a certainement été animé d'une dévotion, d'une résolution et d'une abnégation sans faille. Ce livre ne reflète que sa vision de leur binôme exclusif...c'est son choix de narration, on peut le regretter mais c'est un choix...
Pourtant, les reproches qui lui sont faits sont assez justes. Je désapprouve tout excès et propos insultants, évidemment. Mais je suis assez proche de certains commentaires. Parce que la seule véritable chose qui me choque c'est le choix qu'aurait fait cet homme de voir ou pas sa fin de vie étalée de cette manière. Et l'idée que je me fait de cela me pousse à croire que non.

Alors après que Mme Pritchard ai cru vivre une histoire d'amour intense et partagée ne me dérange pas, c'est son droit et sans aucun doute mérite-t-elle sa part de rêves et de bonheur. Mais j'ai bien peur qu'en écrivant ce livre elle se soit surtout fait plaisir à elle, en voulant peut être à l'écrit prolonger son fantasme, montrer au monde qu'elle était son amour caché et j'en passe... et encore là pourquoi pas...?
Mais si l'on pense à lui, ce livre est un peu...indécent. Il étale tout ce que cet homme a fuit; indécent au sens inesthétique et impudique, par beaucoup de ses aspects. Personne ne voudrait voir ses errances et effondrements étalés de la sorte, et lui non plus je suppose. L'image de cette fin de vie que nous livre cet ouvrage est abominable.
N'est-il pas suffisant que lui, et d'autres, aient à le vivre sans avoir en plus la douleur de le voir décrit noir sur blanc? Je pense à sa famille et notamment à son fils... non décidément je ne peux pas approuver beaucoup des aspects de ce livre là... désolé
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 15 Mai - 13:20

Mais.... je suis loin d'être une inconditionnelle du livre, et je partage certaines de tes réserves.
Ce qui m'a choqué, c'est le ton de certaines critiques. Assimiler Linda Pritchard à un oiseau de proie qui aurait profité de l'état de faiblesse de Jeremy pour fondre sur lui, c'est vraiment exagéré et agressif. Dire qu'elle a tout combiné froidement pour se rapprocher de lui, c'est un procès d'intention, on ne connaît pas le secret des coeurs. Et affirmer qu'elle a fait de lui le centre de sa vie parce qu'elle était seule et n'avait pas d'objectifs dans la vie me paraît revenir à parler sans savoir. Supposons d'ailleurs que cela ait été le cas, une telle situation mériterait plus la sympathie que la dérision. En résumé, j'ai trouvé que les auteurs de commentaires n'étaient guère modérés et encore moins aimables, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6230

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 16 Mai - 8:53

Frenchaccro a écrit:
Ce qui m'a choqué, c'est le ton de certaines critiques. Assimiler Linda Pritchard à un oiseau de proie qui aurait profité de l'état de faiblesse de Jeremy pour fondre sur lui, c'est vraiment exagéré et agressif. Dire qu'elle a tout combiné froidement pour se rapprocher de lui, c'est un procès d'intention, on ne connaît pas le secret des coeurs.
Je suis complètement d'accord Linda n'est pas du tout être une manipulatrice et je ne peux pas imaginer une seconde qu'elle ait pu tout combiner. Elle a voulu apporter un témoignage avec beaucoup de véracité et surement un peu d'impudeur parfois, on n'est pas censé tout csavoir... mais en fait les lecteurs sont friands de ce genre de révélations. Elle a aussi idéaliser la relation entre "Linda" et "Jeremy" pour son bouquin c'est fleur bleue sans aucune connotation sexuelle (car là ça aurait pu sombrer dans le crash) il n'y a rien de vraiment indécent, ça reste retenu, même à la fin le ton reste pudique, sans verser dans le larmoyant et le mélodramatique.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 16 Mai - 17:46

Dyan
Citation :
son bouquin c'est fleur bleue sans aucune connotation sexuelle (car là ça aurait pu sombrer dans le crash) il n'y a rien de vraiment indécent, ça reste retenu, même à la fin le ton reste pudique, sans verser dans le larmoyant et le mélodramatique.
Je n'ai pas lu le dernier chapitre, juste les/la dernière page. Mais pour le reste, le côté fleur bleue sans connotation d'aucune sorte, c'est aussi comme cela que je l'ai vu, m^m si je pense que LP était toute prête pour autre chose, sa passion pour Brett étant parfois palpable. Ce ne sont pas des critiques la dessus qu'elle mérite, c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   

Revenir en haut Aller en bas
 
Linda Pritchard's Story
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Toy Story
» Linda Berdoll : M. Darcy Takes a Wife : Pride and Prejudice
» Toy Story 3
» Belleville Story de Malherbe et Perriot
» Zigzag tour (Toy story playland Toon studios)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM JEREMY BRETT :: LES LIVRES SUR JEREMY BRETT-
Répondre au sujetSauter vers: