Planète Jeremy BrettAccueilS'enregistrerConnexion

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Linda Pritchard's Story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Lun 13 Sep - 8:34

Oui l'esprit humain est une bien étrange chose et l'être humain une bien étrange machine... Le corps et l'âme, deux étranges créatures qu'on ne peut guère contrôler, à moins d'un long travail personnel, j'imagine, pour être maître de soi, et encore... on est bien souvent sous l'emprise de ses sentiments, psychiquement et donc physiquement. En lisant ce bouquin (et celui là en particulier) pourquoi j'ai pleuré comme une madeleine à en être incapable de poursuivre ma lecture ? et sombrer dans la tristesse la plus noire ? (bon courage jbsh... la fin de l'histoire va être pénible...) cry difficile à expliquer, un ressenti extrèmement fort et profond et totalement illogique mais bien réel! Il existe surement un phénomène de connexion des points d'affinité et de résonance qui nous échappent, ça reste mystérieux mais cela fait partie des mystères et du charme de l'existence





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Tidou

avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 1661

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 29 Oct - 18:19

hi!! coucou, je ressors ce topic car je me soouviens que jbsh a acheté le livre de Linda Pritchard assez récemment.
As-tu eu le temps de le lire ? study Si oui, quel est ton sentiment ? Ton avis m'intéresse petit Verseau ... :
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 29 Oct - 18:32

Chère Tidou!
Si tu savais comme je galère pour arriver à finir Bending the willow, tu n'oserais pas me faire de la peine en me rappelant que j'en ai un autre sous le coude, et non des moindre.
Plaisanterie mise à part, je n'ai pu m'empêcher de le parcourir rire et comme Dyan m'avait gentiment prévenu de me munir de mouchoirs en lisant la fin, j'ai commencé par là. Ne me demande pas pourquoi. A posteriori j'ai trouvé ma démarche morbide et cela m'a fiat un peu honte, si si.
mais ce qui était fait était fait...
Bizarre, est ce que cela te convient comme ressenti? parce que c'est un peu ce que j'ai pensé, et cela me rappelle que c'est ce qu'en a disait notre amie chocolatière, non?
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 30 Oct - 10:08

jbsh a écrit:
Plaisanterie mise à part, je n'ai pu m'empêcher de le parcourir rire et comme Dyan m'avait gentiment prévenu de me munir de mouchoirs en lisant la fin, j'ai commencé par là. Ne me demande pas pourquoi. A posteriori j'ai trouvé ma démarche morbide et cela m'a fiat un peu honte, si si.
mais ce qui était fait était fait...
Morbide je ne sais pas. C'est un peu comme les polars, certains veulent connaitre le coupable avant même d'avoir commencé ... C'est du gâchis, car l'intrigue, le suspens perdent tout intérêt et le lecteur tout le plaisir de s'y plonger.
De lire la triste fin du livre de Linda au début, ne peut pas te permettre de suivre l'évolution de leur relation, essentielle pour bien comprendre l'ultime chapitre, ce qui les réunit, le récit va crescendo jusqu'au décès de Jeremy d'où la montée de l'émotion, que tu n'a pas dû vraiment ressentir en procédant de cette façon.
Enfin bref c'est dommage mais trop tard comme tu dis mécontent





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 30 Oct - 11:27

Sans doute, mais c'est bien ce qui m'est apparu étrange... Dans le peu que j'ai "parcouru" il est fort peu question de Jeremy de son point de vue..
Je sais c'est elle qui écrit c'est donc naturel, mais tout de m^m. Faits et ressentis sont si étroitement imbriqués, enfin dans les deux trois passages que j'ai lu.. que finalement il est un sujet secondaire de sa narration, le sujet principal c'est elle. Voilà c'est ce qui m'est apparu étrange. C'est idiot de ma part, of course, mais cela laisse une impression particulière...
Et surtout injuste puisque je ne l'ai pas lu intégralement. Donc je m'arrêterai là et y reviendrai surement quand je l'aurai fini.
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 30 Oct - 16:41

Citation :
De lire la triste fin du livre de Linda au début, ne peut pas te permettre de suivre l'évolution de leur relation, essentielle pour bien comprendre l'ultime chapitre, ce qui les réunit, le récit va crescendo jusqu'au décès de Jeremy d'où la montée de l'émotion, que tu n'a pas dû vraiment ressentir en procédant de cette façon.
Enfin bref c'est dommage mais trop tard comme tu dis mécontent
J'ai, peut être à tord, le sentiment que cette personne t'a touché et son livre, sa vie auprès de Brett aussi. Cela m'ennuie d'être passé à coté de quelque chose, ou de ne pas avoir la possibilité de comprendre ce dont tu parles. j'ai donc décidé d'abandonner Bending et de me jeter dans son bouquin. Trop tard? on verra!
les douze premières pages que j'ai lu aujourd'hui retracent leur rencontre. elle ne rencontre pas un homme privé, au hasard de la vie, elle rencontre un acteur qui l'a impressionné à la télévision et qu'elle va volontairement voir dans sa loge. Pour lui elle fait partie de cette masse informe de ses admirateurs à ceci pres qu'elle défend un projet qui le touche et dans lequel pour des raisons personnelles il veut être actif. Elle est follement amoureuse de cet homme, reste souvent sans voix sans forces, séchée comme une adolescente, et il n'y a rien de négatif dans ce que je dis. D'emblée comme on peut si attendre nous qui le connaissons un peu, il se donne et lui parle de son deuil qui n'en finit pas et elle est émue aux larmes. elle sait donc qu'elle a devant elle un homme fragile au quotidien douloureux.Pour l'instant son projet de course pour récolter des fonds pour la recherche contre le cancer les réunit.
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 31 Oct - 8:45

jbsh a écrit:
Sans doute, mais c'est bien ce qui m'est apparu étrange... Dans le peu que j'ai "parcouru" il est fort peu question de Jeremy de son point de vue..
Je sais c'est elle qui écrit c'est donc naturel, mais tout de m^m. Faits et ressentis sont si étroitement imbriqués, enfin dans les deux trois passages que j'ai lu.. que finalement il est un sujet secondaire de sa narration, le sujet principal c'est elle. Voilà c'est ce qui m'est apparu étrange. C'est idiot de ma part, of course, mais cela laisse une impression particulière...
Cela n'a rien d'étrange, c'est en effet l'histoire de Linda et non celle de Jeremy. Rien à voir avec une biographie.
Si le livre était écrit à la 1ère personne, il prendrait la forme d'un journal intime. Elle raconte ses souvenirs, son parcours depuis sa toute première rencontre jusqu'à l'ultime fin. Tu as sans doute remarqué dans sa façon d'écrire un style "romanesque" pour ne pas s'impliquer réellement et prendre un certain recul. Jeremy et Linda apparaissent ainsi comme deux personnages de fiction. Elle est très pudique et je pense que ce retrait lui était nécessaire, ses sentiments encore trop exacerbés. Elle évite une intimité (qui je suis sûre certains mauvais penseurs auraient qualifiée d'indécente ou triviale, ou mercantile ou je ne sais quoi). Bref ... c'est plutôt une délicatesse et une réserve de sa part Elle a d'ailleurs écrit en collaboration avec Mary Ann Warner.

Concernant la fin, avec du recul on retient le plus souvent les temps forts (dans un film ou un bouquin) idem dans cette lecture, les émotions fortes. Mais bon je suis particulièrement sensible et réactive (beaucoup trop en fait) c'est possible que les autres ne soient pas si bouleversés surement même. D'ailleurs tant mieux pour eux car j'en ai gardé un souvenir assez pénible cry le mieux est de le lire avec sérénité study razz





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 31 Oct - 14:56

Chapitre deux intitulé "Amitié" et que j'ai envie de nommer confidences.

Cet homme explique cet évènement dramatique survenu quand il avait 16 ans et le monstrueux diagnostique qui fut posé: handicap physique lourd, à vie. Il parle aussi brièvement de sa "connexion cosmique" à ce moment là dont on ne sait pas bien, avec le recul, s'il s'agit d'un délire lié à la fièvre ou à sa pathologie mentale surement présente, ou des deux.

Et puis il se remet, bien mieux que prédit. On se dit:
"Son médecin était un âne ou bien, à 16 ans, surtout un garçon, il n'était pas "terminé" et possédait encore une certaine capacité de régénérescense m^m partielle, vu ce qu'on sait depuis. Quelqu'un aurait pu le lui expliquer au lieu de le laisser partir vers des théories fumeuses."

Sauf que, de ces "théorie fumeuses" basée sur une observation simple et un ressenti puissant dont personne ne saura jamais quel fondement réel il avait, cette âme sensible et romanesque a tiré une philosophie de vie basée sur la foi, la foi dans les ressources humaines, foi dans le potentiel de chacun d'aller au bout de ses rêves, foi de l'esprit sur la matière, foi que les doutes sont des entraves et ne doivent pas nous guider, certitude qu'un ailleurs existe et qu'il nous attend tous. Et c'est cette foi qui lui a donné audace et confiance. Cette foi qui lui a permis de vivre ses passions quelqu'elles aient été... Cette foi aussi qui sans doute lui a donné le courage qui fut le sien, et que l'on me comprenne bien, je ne veux pas dire qu'il n'avait pas, par conséquent de mérite, non non.
Quelle leçon pour mes certitudes!
J'ai l'air maligne avec ma rationalité et ma logique à la petite semaine. A cause d'elles j'aurai sans doute tout gâché ou du moins aurai-je entravé ce qui l'a porté et soutenu! Dans notre société logique, rationnelle, que reste-t-il à ceux qui ont besoin de rêver et de croire.
Comment savoir si on fait bien?
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 31 Oct - 19:38

Eh bien ! Le bouquin de Linda t'entraine loin et t'inspire de profondes réflexions existentielles voire même te sert de psychanalyse ! ouch Je constate que tu es particulièrement réactive et analytique à la fois, sans doute ton côté Verseau.

En effet, comment savoir ? Et parfois, en croyant faire bien, on fait mal et cela se retourne bien souvent contre soi... causant de sérieux problèmes attristé Qui n'en a pas fait les frais ? moi-même en tout cas rire
Je pense que tu touches un point crucial de la personnalité de Jeremy : sa foi. Et il a dû trouver en Linda, une personne qui elle aussi avait la foi. Tous deux ont eu des conversations sans fin sur ce sujet. Tous deux ont communié ensemble dans des expériences de méditation profonde sur le sens de la vie, l'âme, l'au-delà... Cette foi partagée les a beaucoup rapprochés et tissé un lien profond entre eux.
Ils étaient sur la même longueur d'onde sur se point, en harmonie. Jeremy trouvait en Linda une interlocutrice et plutôt un simple auditeur de ses réflexions, et Linda l'écho en Jeremy de son ressenti, que sans doute elle avait du mal à exprimer. Il donnait parole à ses pensées.
Du côté Jeremy, je pense qu'il éprouvait une tendre affection pour Linda. Au départ un peu d'amusement, mêlé de curiosité et de bienveillance, et bien sûr d'interêt pour ce petit bout de femme volontaire. De son côté, elle ressentait de l'admiration et un amour infini incontestable.
A mon avis, leur relation a dû rester davantage du domaine de la spiritualité que de la sensualité. Elle est peut-être demeurée au stade platonique (comment savoir ? mais pour moi c'est ce que je crois) preuve du véritable amour de Linda qui a toujours été à l'écoute de ce que souhaitait Jeremy, jamais d'elle même, à la recherche de ce qui était le meilleur pour lui, sans jamais rien exigé en retour. amis cœur





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Lun 1 Nov - 14:33

Tu as sans doute raison et, de ce que j'ai lu, cela semble plus que plausible.

Chapitre trois Revelation

C'est le choc et cette femme se retrouve en face d'une vérité qu'elle n'a jamais soupçonné, comme beaucoup. Elle se retrouve dans une tourmente qu'elle ne maitrise pas: c'est la panique.

Cet homme n'est que l'ombre de lui m^m, ce qui la retourne et on le serait à moins, est tour à tour délirant, agressif, amorphe, mutin ou injuste. Bref, malade. Elle a la tête dans le guidon.. submergée par ses émotions. C'est tout à fait légitime et ce n'est pas une critique.

J'ai souvent entendu, pour la qualifier, le mot de simple, ce qui m'a toujours laissé dans l'expectative. Ce vocable regroupe tant de choses....

La lettre qu'elle lui écrit après qu'il l'ait payé via un chèque pour son essence!! lui laissant entendre qu'elle n'aura rien d'autre de sa part!! faisant peser sur elle des soupçons qu'elle est en droit de trouver inqualifiables , est certes fort touchante, mais aussi tellement maladroite et presque enfantine... On ne nous dit pas d'ailleurs comment c'est terminé cet épisode. Mais ces soupçons sont là, bien présents, si ce n'est dans la tête de Brett, au moins dans celle de ses proches, et cela aussi on peut le comprendre. Cet homme est fragile et peut être m^m influençable et il est, à mon sens, normal qu'ils se posent des questions.. C'est un tournant, qui, s'il est mal géré, peut entraîner bon nombre de difficultés, et on ne nous dit pas si Linda Pritchard a fait une quelconque démarche auprès de sa famille pour mettre les choses au clair. J'ai le sentiment qu'elle ne l'a pas fait, et si c'est le cas c'est fort dommage...

D'un autre côté cette femme se dessine. Jusque là elle était amoureuse, éblouie, peu sûre d'elle, incrédule qu'une rencontre pareille puisse lui échoir, qu'une histoire comme celle là puisse être la sienne, totalement sous l'emprise (certes bienveillante) de Jeremy Brett, le suivant dans toutes ses envolées lyriques, qui font sans doute écho, comme tu le dis Dyan très justement, à ses propres aspirations, offrant des concepts exprimés, éclairés et argumentés en phase avec ses ressentis personnels.
Pendant un moment j'ai m^m pensé à Watson! Pas celui qu'on connait et qu'on défend ici, mais à celui qui est montré depuis toujours aux spectateurs non initiés (en tout cas avant la Granada). J'ai trouvé qu'elle était un peu de l'ordre du Watson de J.Brett. Ce qui est sûre c'est qu'elle était heureuse.

La voilà face à un choix et je ne suis pas sûre qu'elle en ait eu vraiment conscience. Rester près de lui, avoir un rôle dans cette vie qui se délite ou partir. Rien ne nous dit qu'elle se soit posée la question. Son désir de l'aider et de le soutenir est trop ardent, je pense.

Brett n'a pas ce choix, il est dans la tourmente, et son obsession est de ne peser sur personne autant que faire se peut.

J'avoue qu'à ce moment de cette histoire de vie, j'espère une démarche adulte et à mon sens nécessaire afin que cette femme, qui ne demande rien pour elle j'en suis plus que convaincue et n'espère qu'une chose c'est soulager les souffrances de l'homme qu'elle aime, puisse éclaircir sa position et sa situation auprès de cette famille qui doit se poser des questions plus que légitimes sur ses intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Tidou

avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 1661

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 2 Nov - 20:53

hi!! je reviens vers toi jbsh . Et je reconnais bien là le Verseau . , la façon rapide dont tu as accepté ma demande, ta conscience à bien faire et à aller jusqu'au bout des choses, ta curiosité intellectuelle ( ouh la coquine , elle commence par la fin ... wink ) , ton désir d'apprendre, de comprendre... etc , tout ça c'est du pur Verseau.

A ma grande honte, je n'ai pas encore lu le livre de Linda. Je voulais connaitre ton opinion justement. Et tout ce que vous avez échangé, Dyan et toi, me donne très envie d'acheter le bouquin study .

A priori, d'après ce que je sais de Linda, je pencherais pour la version qui la montre très admirative et dévouée à l'acteur si connu. Ebahie en effet d'être entrée dans cette "histoire", mais n'écoutant que son coeur et décidée à se dévouer jusqu'au bout à cet homme qui, me semble-t-il , à l'air d'être plutôt abandonné (?)... J'ai rien compris à l'histoire du chèque question !

Ta comparaison avec Watson/Holmes peut tenir debout. Elle vivait dans l'ombre de JB tout comme Watson vivait dans celle de Holmes. Holmes Elle y trouvait son bonheur.

Pour moi, elle incarne une sorte de "bonne soeur" presqu'une saiinte, se sacrifiant entièrement. Je crois d'ailleurs qu'elle ne s'est jamais mariée et qu'elle vit très simplement auprès de sa mère. Encore du dévouement. En tout cas, à part ce livre, elle n'a jamais tiré parti de cet aspect de sa vie.

Bon c'est pas tout, faire travailler ses neurones exige de prendre des forces. A table, il est tard miam
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 2 Nov - 21:27

Chère Tidou je ne reviendrai pas sur tes attentes de la part du verseau, et tu me dessines bien meilleure que je ne suis rire

Pour ce qui est de Mme Pritchard, j'en suis pour ce que j'ai dit que je ne renie pas. Au point où j'en suis je dois ajouter qu'elle est dotée d'un puissant instinct maternel, et qu'on ne prenne pas cela pour une critique, car c'est très loin d'en être une non
C'est, de fait, une personne extrêmement dévouée voire vouée, d'où sans doute l'idée de bonne sœur, qui ne m'avait pas effleuré au vu de la description de ses ressentis quand cet homme lui parle, la frôle, lui prend la main shocked Non que je pense que des bonnes sœurs ne puissent avoir ce genre de...d'émotions (ça va ça, je ne choque personne?!), mais dans le sens où il n'y pas de mysticisme dans sa passion pour JBret
Mais maintenant que tu le dis, il y a quelque chose de cet ordre, au moins dans son abnégation totale.
C'est aussi une cheville ouvrière, acharnée à atteindre son objectif parce que poussée par le sentiment d'agir pour le mieux, ou au moins pour le bien.
C'est sans doute une introvertie. Elle semble ne pas avoir les mots ni la parole aisée et surtout de ne pas s'y autoriser, surtout quand c'est pour parler d'elle ou pour elle. Je ne connais pas son éducation et ne peux donc pas savoir si c'est inné ou acquis, mais elle est très ...anglaise, tout en patience et en retrait, alors m^m qu'en elle se bousculent sentiments de toutes origines, parfois m^m violents.
Elle a du passer par des moments très intenses, de joie d'une grande plénitude presque de béatitude et de douleurs faites de frustrations, de colère et d'impuissance. Pour l'instant je ne vois rien de simple dans ce que j'ai lu, peu de trêves. Une vie qui n'a rien de paisible, à aucun moment ou presque, où rien n'a manqué ni les joies ni les larmes...intense en tout. Un "truc" à vous nourrir pour longtemps ko

Pour Brett c'est différent. Je ne sais pas s'il était seul. Isolé sans doute, et peut être un peu de son fait Il semble avoir souvent peur de déranger sa famille, de leur faire faire du souci ou d'être une charge, une gêne. De plus c'est un homme qui a toujours mené sa barque à sa guise. Il ne doit pas être simple de considérer ce père ce frère comme quelqu'un qui n'est plus capable... Et puis toutes les familles ne se ressemblent pas...Chacun a ses codes internes... Si l'on réfléchit un peu ce sont souvent les femmes qui s'occupent des liens intra familiaux, mais des femmes de la famille proche, fratrie, parent ou épouse, il n'y en a pas. C'est peut être aussi pour ça. je ne sais pas

PS IL est hospitalisé. On est en 1992 en octobre et chacun vit chez soi, ils sont très amis. Elle va le voir tous le jours sur sa pose déjeuner, le trouvant tour à tour dans des états très différents. A la fin de la semaine il l'accueille avec un chèque de 150 livres pour la dédommager de ses déplacements(essence) et lui dit en substance qu'ils sont quittes et qu'elle n'obtiendra rien d'autre de lui...à la louche je ne suis pas une traductrice, loin s'en faut!D'où la lettre pour lui faire comprendre combien il l'a blessé et qu'elles sont ses intentions réelles. Elle explique qu'à l'époque elle n'avait aucune idée de la pathologie et avait pris cela pour argent comptant, si je puis dire
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 5 Nov - 18:46

Chapitre 4 Settling in
Un chapitre plus calme et cela fait du bien. Linda fait le sacrifice de son job et s'installe chez un Jeremy qui remonte péniblement la pente.
La vie qui nous est décrite est faite de routines dans la cohabitation. On peut d'ailleurs se demander comment cet homme, décrit depuis toujours comme un hyperactif au sens ordinaire du terme, à pu s'adapter à ce rythme qui lui ressemble si peu...

Elle nous le dépeint tour à tour chicaneur et provocateur, indiscipliné voire rebelle, plaisantin et facétieux.
Il ne la ménage pas quand il a décidé de lui faire une blague pour la mettre dans tous ses états.

Elle toujours patiente paisible, quoiqu'elle pense, et m^m réactive puisqu'il lui est arrivé une fois , de ce qu'on nous en dit, de le prendre à son propre piège... Je m'explique.
Il se trouve que cette femme est une migraineuse. lors d'une crise plus sévère que les autres, Jeremy ayant épuisé toutes les ressources habituelles pour la soulager...:
Citation :
“Darling I just wish you didn’t have to go through this pain. Isn’t there anything that can be done to stop these migraines?

Despite her pain, Linda’s sense of humour was still alive and well and she just couldn’t resist this opportunity. She knew that there was a theory afoot as to what might provide relief from migraine headaches and decided to share this knowledge.

“Yes, Jeremy. There supposedly is a way to stop migraines.”
“Tell me darling, what is it and I will do all I can to help.”

Linda had a tough time stifling her urge to laugh as she prepared to tell him about the miraculous cure, but she maintained control and proceeded to enlighten him.

“Well, Jeremy, the theory is that pregnant women do not suffer from migraines”.

The silence was deafening. You could have heard a pin drop.
Jeremy swallowed hard and puffed his cheeks.
One could almost have seen his brain desperately searching for any and all alternative cures! Linda couldn’t take it any longer and broke out in laughter. He looked at her quizzically and then realised with great relief that she had been teasing him.
Adepte des bonbons et des gâteaux mais au régime il a du mal à se priver. Et dans ce domaine comme pour tant d'autres choses, cet homme donne dans l'excessivité . Question de nature...et c'est pas moi qui vais lui jeter la première pierre non
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 6 Nov - 8:01

Ni moi! S'il était parfait, il serait moins humain...Et le coup du bouquet de Liz Taylor, tu as aimé?
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 6 Nov - 11:07

Tout à fait rire
C'est une des choses qui frappe quand on entre un peu dans la façon de voir le monde de cet homme: une très grande capacité à regarder analyser et comprendre les autres, à percevoir les changements et conclure de manière intelligente. L'empathie est étrangement puissante. Quelque chose qu'il devait avoir en lui et que son métier a du considérablement optimiser. J'adore cool
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 6 Nov - 16:51

jbsh a écrit:
On peut d'ailleurs se demander comment cet homme, décrit depuis toujours comme un hyperactif au sens ordinaire du terme, à pu s'adapter à ce rythme qui lui ressemble si peu...
Attends ! Jeremy était très malade, comment veux tu qu'il reste hyperactif shocked Il était cardiaque au dernier degré, ce qui épuise et empêche de faire le moindre effort, sous l'effet de médicaments le rendant apathique, et dont en plus, il a dû subir les complications à cause de leur intolérance entre eux. Avec ça il risquait pas de pêter la forme ko

jbsh a écrit:
Elle toujours patiente paisible, quoiqu'elle pense, et m^m réactive puisqu'il lui est arrivé une fois , de ce qu'on nous en dit, de le prendre à son propre piège...
Eh eh là elle l'a bien eu ! ce qui prouve également (à mes yeux) la nature platonique de leur relation, sinon JB aurait saisit l'occasion au mot rire

jbsh a écrit:
Adepte des bonbons et des gâteaux mais au régime il a du mal à se priver. Et dans ce domaine comme pour tant d'autres choses, cet homme donne dans l'excessivité .
Excessif, quoique très raisonnable puisqu'il ne rechignait pas à suivre son régime poisson/salade, ni à s'abstenir de champagne. Le plus dur c'était d'arrêter de fumer, et là les sucettes n'ont pas pu l'aider désolé





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 6 Nov - 17:07

Frenchaccro a écrit:
Et le coup du bouquet de Liz Taylor, tu as aimé?
pouffe pouffe pouffe





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 6 Nov - 17:52

Dyan:
Citation :
Attends ! Jeremy était très malade, comment veux tu qu'il reste hyperactif shocked Il était cardiaque au dernier degré, ce qui épuise et empêche de faire le moindre effort,
oui oui Dyan j'en ai conscience, et je n'étais pas en train de critiquer ce repos forcé et indispensable, non non Je suppose effectivement que des antidépresseurs peuvent parfois considérablement ralentir la vitalité. Ma question, construite sans doute avec trop de hâte, abordé plutôt l'aspect psychologique de cette situation, l'impact que cela pouvait avoir sur le mental d'une personne habitué à vivre à" cent à l'heure". le rassurant c'est que ce ralenti concerne certainement également le psychique à l'exception des rares moments de "lucidité" peut être...

Bien d'accord avec toi sur l'analyse de la nature de leur relation, le pauvre homme a du passer quelques secondes forts délicates...

Beaucoup de contraintes, indispensables certes, mais qui touchent surement le moral, du moins j'imagine, car pour l instant je n'ai rien lu de tel. Quand je parle d'une personnalité un peu excessive, ce n'est pas à prendre au sens négatif du terme. Sans ce tempérament il ne nous aurait certainement pas offert ces interprétations magistrales. On ne peut pas nier qu'il était très loin de ce point de vue là d'un EH...
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 7 Nov - 9:21

jbsh a écrit:
Je suppose effectivement que des antidépresseurs peuvent parfois considérablement ralentir la vitalité. Ma question abordé plutôt l'aspect psychologique de cette situation, l'impact que cela pouvait avoir sur le mental d'une personne habitué à vivre à" cent à l'heure". le rassurant c'est que ce ralenti concerne certainement également le psychique à l'exception des rares moments de "lucidité" peut être...
Ralentir non seulement la vitalité, mais aussi l'intellect et l'esprit. JB a dit lui même que ses pensées étaient plongées dans le flou, comme si une brume épaisse lui envahissait le cerveau. Avec ces médocs tu es comme un zombie, plus rien n'est clair et tu te laisse porter, incapable d'avoir l'énergie de réagir et d'agir de ton propre chef. C'est pour cela que JB a laissé "filer" dans les derniers épisodes. Il n'avait plus la force de défendre le Canon comme il l'avait toujours fait. Cela a dû lui coûter énormément.
Le lithium a une efficacité indiscutable dans la maniaco-dépression mais a des effets indésirables dont a souffert Jeremy : faiblesse musculaire et augmentation de poids qui lui a été difficile d’acceptée, troubles neurologiques qui peuvent aller jusqu'à la confusion mentale, délire, hallucinations ko
Tu verras à la fin du livre à quel point il était diminué, et qu'il survivait tout simplement. Bien sûr l'impact psychologique est énorme, JB en a beaucoup souffert, mais son courage et son énergie naturelle lui ont permis de faire face sans jamais se plaindre, et d'affronter la terrible réalité.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 12 Nov - 13:19

Chapitre 6 "Courage in the face of adversity" ou Descente aux enfers

Les choses se compliquent considérablement. Les derniers épisodes de la Granada se déroulent, comme tous ici nous le savons, avec un Brett en grande difficultés de santé de part les dégradations liées à ses prises de Lithium( rétention d'eau massive, cet homme perd plus de vingt kg en quelques jours après l'absorption de diurétiques) et de par sa cardiopathie qui se double d'une pneumonie et vraisemblablement d'un emphysème quasi permanent lié à son insuffisance respiratoire (problème cardiaque et tabagisme).
Il finit pas être hospitalisé dans un centre psychiatrique sordide que cette femme, toute seule et par la seule force de sa volonté et de sa conscience, réussit à être volontaire, J.Brett pouvant être sous le coup d'un internement d'office, dont il aurait été surement bien plus compliqué de sortir...

C'est une des choses qui m'ont le plus marquée. Elle et elle seule semble s'investir dans la gestion de cette situation. Il est quelque fois question de son fils, mais peu d'actions ou de décisions de sa part si l'on en croit ce récit. (que l'on n'hésite pas à me corriger, je rappelle que mes traductions peuvent être superficielles ou erronées...) et j'avoue mon incompréhension...
Brett est tout à la fois cinglant, tendre, absent ou ailleurs, dans la maîtrise de la situation ou totalement à coté... Il la chasse littéralement, l'obligeant à retourner chez ses parents, puis l'invite à déjeuner..

Beaucoup de problèmes auraient été évités à cette femme patiente et parfois maladroite (ce n'est pas une critique, mais elle ne sais parfois visiblement pas faire...) si sa présence auprès de lui dans ce rôle d'aide et de gestion avait été éclaircie d'emblée et avec JBrett et avec sa famille surtout! Cette place prépondérante lui étant reconnue, bien des déboires lui auraient été épargnés. J'ai néanmoins conscience que c'est facile à dire à postériori, mais cela montre à quel point son entourage n'avait pas pris au mieux la mesure de ce qui attendait cet homme et cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchaccro

avatar

Inscription : 15/04/2010
Nombre de messages : 1101
Age : 72

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 13 Nov - 15:33

Tu as bien compris le texte, ou du moins, nous avons compris la même chose. Le livre m'a aussi donné l'impression que Linda avait affronté la situation seule, mais je doute que ce soit exact. E.H dit avoir eu des contacts fréquents et réguliers avec J.B, et la famille n'a pas dû rester les bras croisés, mais elle n'a pas forcément envie de faire part de son expérience au public. Ma conviction est qu'on ne saura jamais avec exactitude comment tout cela s'est passé, qu'on ne peut positivement pas le savoir. C'est la vie privée des gens, ils ne vont pas exposer aux yeux du monde entier leur passé, leurs problèmes de famille,etc. Déjà tu en a appris beaucoup sur la maladie de Jeremy, comment elle avait été soignée (ou pas...), ses conséquences. Je n'adore pas Linda (je ne la déteste pas non plus), mais je crois que n'importe qui aurait été dépassé par moments. Quant à s'expliquer et se mettre d'accord avec la famille...je ne pense pas que ce soit facile, ce genre de choses...les rapports humains, c'est un champ de mines, mais les rapports d'une "étrangère" avec une famille, c'est carrément 14-18.
En tout cas, tu t'es bien débrouillée pour comprendre le livre en version originale, et j'ai été très intéressée par ce que tu en disais.
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 13 Nov - 16:22

Citation :
En tout cas, tu t'es bien débrouillée pour comprendre le livre en version originale,
Merci French very happy

mais je n'ai pas grand mérite et dois à la vérité de dire que je ne me suis pas débrouillée toute seule. J'ai largement mis à contribution mon entourage, y compris professionnel, qui ne me vois plus arriver avec sur la bouche un:"Dis moi.." s'en s'enfuir en poussant des sons inarticulés!! sans oublier, of course, le net où j'ai épuisé toutes les sources d'aide à la traduction et autres dictionnaires.... shocked

Bien sur que nos avis sont sans intérêt pour cette famille et qu'il s'agit de vie privée, bien d'accord avec toi. Mais ce n'est pas le public qui a choisit de faire ce livre, ni les proches "officiels" de JB. Nous ne sommes que les récepteurs, pas l'émetteur.

Je n'ai rien contre cette femme, qui mérite tout notre respect, mais parfois elle me fait penser à ma très chère grand-mère, pavée de bonnes intentions mais accumulant les erreurs de communication. Pas tout le temps, non, mais parfois. Ceci dit dans ces situations extrêmes je sais que c'est très difficile de s'oublier,de s'adapter, de mettre de coté la gestion de son ressenti pour ne se focaliser que sur la personne ayant besoin de notre aide. C'est très très difficile et il est nécessaire de se prévoir des temps de récupération sinon bonjour le retour de flammes, je sais ça.

j'avoue que je ne sais pas si j'irai plus loin...je ne m'intéresse pas assez à elle pour le faire, et je sais que ce n'est pas juste. Mais la période est mal choisie pour que je m'inflige ces tourments et le fait que cela touche Brett n'est pas le problème. De telles choses sont épouvantables quelque soit la personne. La maladie est inhérente à la vie, mais parmi elles la maladie mentale et tout particulièrement celles qui détruisent une personnalité, m'est odieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Dim 14 Nov - 9:13

Bravo jbsh tu as fourni un sacré bel effort pour comprendre ce livre en anglais et nous en faire de si intéressants topos ! Comme quoi quand on est motivé !

Je voudrais revenir sur le fait que le livre donne l'impression que Linda semble toute seule pour aider JB.
C'est une bio romanesque ! elle ne reflète pas la réalité c'est tout, mais une réalité partielle. David a toujours été présent pour son père, EH et pour ainsi dire toute l'équipe Granada le soutenait également. Mais il est vrai que quand il a fallu quelqu'un pour s'occuper de JB à demeure et bien ce "quelqu'un" a été Linda car il n'y avait personne d'autre, c'est EH et June W-D qui ont pensé à elle, la connaissant et ayant confiance en elle et la sachant déjà proche de leur ami. Ils la voyaient en permanence sur les pateaux de tournage, ce qui montrait sa disponibilité, son dévouement et son grand attachement. Qu'elle ait été complètement dépassée par la tournure des choses par moments est complètement normal, l'entourage du malade est le plus touché et mis à l'épreuve, et même les médecins ne savent pas gérer médicalement ces situations de grande crise alors...

Citation :
j'avoue que je ne sais pas si j'irai plus loin...je ne m'intéresse pas assez à elle pour le faire, et je sais que ce n'est pas juste. Mais la période est mal choisie pour que je m'inflige ces tourments et le fait que cela touche Brett n'est pas le problème. De telles choses sont épouvantables quelque soit la personne. La maladie est inhérente à la vie, mais parmi elles la maladie mentale et tout particulièrement celles qui détruisent une personnalité, m'est odieuse.
Alors tu es mal partie... et pas arrivée.
Concernant la maladie de Jeremy, le livre est carrément too much. Pathos... cry beaucoup trop de pathos à mon goût, peut-être dans un but littéraire ou commercial (sic) shocked (enfin j'espère que non) où l'on inflige des émotions faciles aux lecteurs bouleversés dubitatif Linda a voulu parler de cette maladie méconnu, à l'instar de JB à la fin. La maladie, la mort sont liées à la vie, le livre est un témoignage, je pense également de la part de Linda, pour l'accepter et montrer que cet anéantissement n'est pas une fin, que l'on peut parvenir à y faire face et à y survivre. Je pense que, comme pour JB à la mort de sa femme, elle a "survécu" et rester en pensée avec lui l'aide énormément, elle ne s'est d'ailleurs jamais mariée depuis.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 28 Déc - 10:01

TinaSher a écrit:
En ce qui concerne Linda Pritchard, j'émets quelques réserves : elle
semble avoir "vendu" JB en pièces détachées, via des albums photo
franchement niais. Je me demande d'ailleurs si elle a été la bonne
personne pour soutenir JB à la fin de sa vie. Elle et ses marathons
du cancer et lui qui se bat pour ne pas sombrer... Il lui aurait fallu
une femme plus énergique et plus enthousiaste, une Joanie Bis, quoi.
A tout prendre je préfère encore Anna Massey, elle a été très franche dans son auto-
biographie en admettant qu'elle était elle aussi responsable du nau-
frage de leur couple. Tous deux étaient très jeunes et ils se sont
mariés trop vite. Je ne vois pas l'intérêt de taper sur elle. J'éprouve
une certaine sympathie pour elle, car elle est tout de même restée
seule très longtemps avant de trouver enfin le bonheur avec un homme qui lui convient.
Tu me sembles un peu dure à l'égard de Linda. Son marathon c'était avant leur rencontre et justement c'est lui qui a permis que leur rencontre prenne peu à peu une autre tournure. Grâce à cette cause qui les motivait tous les deux, JB s'est intéressé de plus près à Linda qui sinon serait restée une fan parmi toutes les autres. J'imagine qu'il trouvait en elle des qualités, des traits de caractère, une nature, qui lui plaisait. Il devait être bien en sa compagnie car à son âge il était bien assez grand pour choisir ses relations ! Côté énergie, elle ne semble pas en manquer, mais surement elle n'était pas femme à s'imposer et apparait toujours discrète et en retrait. Mais on peut la comprendre, car à quel titre ? elle n'était rien officiellement, ni pour la famille de JB, ni les amis proches.
Quant à Anna Massey elle était bien trop préoccupée par sa carrière pour pouvoir fonder une famille stable à cette époque. C'est je pense pour avoir passer en priorité son métier, qu'elle s'est mariée si tard. En fait une fois sa réputation faite et assurée. Je la vois plutôt comme une femme assez personnelle, ambitieuse et peu affective. Bon après je me trompe peut-être complètement confus Faire la part des choses est bien difficile quand on a un oeil totalement étranger et trop souvent subjectif.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
TinaShe
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 28 Déc - 13:33

Après avoir lu les commentaires des uns et des autres sur le cas "Linda", je dois avouer qu'il me faudra beaucoup de recul et d'objectivité pour ne pas condamner cette femme. Il ne faut pas oublier que ce sont effectivement la productrice et Granada qui ont "fourré" Linda dans les pattes de JB. Ils ne pouvaient gérer la situation et on ne peut pas leur en vouloir. Ce ne sont pas des psys, mais une société de production qui doit réaliser un certain travail. Ce que l'on pourrait reprocher à la bio de Linda, c'est justement ce côté trop personnel et béatement mélo, tout ce qui me hérisse !

Bien sûr qu'Anna Massey n'a pas été pour JB la femme qu'il fallait, mais au moins ont-ils limité les dégâts et préféré se séparer. Tu disais, Dyan, qu'Anna est une femme ambitieuse et très personnelle. Eh bien oui, et alors ? Au moins n'a-t-elle pas commis deux fois la bêtise de se marier tout en privilégiant sa carrière. Combien de femmes veulent tout et négligent leur famille pour réaliser leurs ambitions ? N'est-ce pas plus égoïste encore ?

Je vais tâcher de me montrer à la fois réaliste et pas trop dure sur le chapitre de Linda qui ne mérite certainement pas le mépris, même si, comme l'avait si justement dit l'une d'entre vous, elle s'est souvent montrée très maladroite avec JB. Mais pouvait-elle faire autrement ? Elle n'avait pas les compétences nécessaires pour gérer les humeurs de l'acteur et elle a fait ce qu'elle a pu.
Je suis d'avis, moi aussi, qu'il n'y a probablement pas eu de relation sexuelle entre Linda et Jeremy. Cet aspect n'a de toute façon aucune importance...
Revenir en haut Aller en bas
Yodaline

avatar

Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1244

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mar 28 Déc - 19:38

Hello! je suis assez d'accord avec TinaSher, Anna Massey est une femme bien. Elle a vraiment aimé Jeremy et essayé par tous les moyens d'avoir une vie commune de qualité avec lui et elle lui a donné un beau petit garçon . Mais leurs caractères étaient trop dissemblables : elle était sérieuse, réservée, n'aimait pas les réunions bruyantes, les sorties trop fréquentes, etc... Or JB était tout le contraire. Il fallait que ça bouge. Il aimait l'excitation des rencontres, des conversations. Il était brillant, excentrique, drôle. Anna ne pouvait pas suivre ce rythme là. Elle en souffrait. On peut la comprendre. A+
Revenir en haut Aller en bas
LouiseCP

avatar

Inscription : 28/11/2010
Nombre de messages : 64

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 29 Déc - 0:20

I think we should have respect for all those who were important to Jeremy - his family, his wives, his boyfriend, his friend Linda, everyone. The book by Linda was a little too flowery for my taste but it was her right to write what she wanted about their time together. The same with Anna, although her book was more grounded and a bit more realistic. But none of us have the right to judge who he wished to spend time with. I can understand some fans being a little hard on Linda as she has profited from her association with Jeremy, but she also loved him and lost him. I think she has good intentions.

En francais:

Je pense que nous devrions avoir le respect pour tous ceux qui étaient importants pour Jeremy - son famille, ses épouses, son compagnon masculin, son ami Linda, chacun. Le livre par Linda était peu trop un fleuri pour mon goût mais il était son droit d'écrire ce qu'elle a voulu au sujet de leur temps ensemble. Les mêmes avec Anna, bien que son livre ait été plus fondé et un peu plus réaliste. Mais aucun de nous n'a le droit de juger avec qui il a souhaité passer le temps. Je peux comprendre quelques ventilateurs étant dur sur Linda car elle a profité de son association avec Jeremy, mais elle l'a également aimé et l'a perdu. Je pense qu'elle a de bonnes intentions.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thewonderfulworldofgarybond.com
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 29 Déc - 2:32

hello
Citation :
Ce que l'on pourrait reprocher à la bio de Linda, c'est justement ce côté trop personnel et béatement mélo, tout ce qui me hérisse !
Je comprends cela TinaShe (au fait contente de te connaître!) mais il faut dire à la décharge de cette femme que la situation elle m^m est assez mélodramatique et je pense qu'un être amoureux et quelque peu sensible ne peut regarder ce qu'il a vécu dans les circonstances que nous connaissons que d'une manière dramatique, que l'issue finale n'aide pas à alléger. Je n'en veux pas personnellement à cette personne pour sa façon de ressentir la situation pas plus d'ailleurs pour ce qu'elle a fait et surtout pas fait.

Citation :
Le livre par Linda était peu trop un fleuri pour mon goût mais il était son droit d'écrire ce qu'elle a voulu au sujet de leur temps ensemble.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cela LouiseCP (bonjour à toi). Le fait de connaître et vivre auprès de quelqu'un ne nous donne pas le droit, selon moi, de dire voire d'écrire tout ce que l'on veut et ce quelque soit nos intentions.
Si j'ai un reproche à faire aussi loin que je puisse me le permettre, c'est d'avoir fait écrire ce livre sur cet homme. Je n'arrive pas à croire un seul instant qu'il puisse aider qui que ce soit dans la compréhension de problèmes ou symptômes similaires.
De ce fait, désolée pour ceux et celles qui apprécie cette femme, mais je ne comprends pas ce livre. Je n'ai pas voulu le finir parce que le sentiment que je sentais de plus en plus monter a finit par s'imposer. C est de l'ordre de l'indécence, pour moi, que de nous faire entrer dans ce calvaire de cette manière lourde, presque poisseuse parfois; de ne rien nous laisser ignorer de ces abimes de déchéances... et je persiste à penser que cet homme n'aurait jamais consenti à cela, sous cette forme, pas plus qu'aucun d 'entre nous! C'était un artiste attaché à l'esthétique comme le sont tous les artistes, et il n'y a vraiment rien d esthétique dans ce qui nous est décrit, loin s'en faut. Je m'enflamme peut être mais ce livre manque cruellement de respect de ce point de vue là...


Citation :
Bien sûr qu'Anna Massey n'a pas été pour JB la femme qu'il fallait, mais au moins ont-ils limité les dégâts et préféré se séparer. Tu disais, Dyan, qu'Anna est une femme ambitieuse et très personnelle. Eh bien oui, et alors ? Au moins n'a-t-elle pas commis deux fois la bêtise de se marier tout en privilégiant sa carrière. Combien de femmes veulent tout et négligent leur famille pour réaliser leurs ambitions ? N'est-ce pas plus égoïste encore ?
Je ne peux que partager ton avis sur ce point! Si tel est le cas elle a très bien fait et personne ne peut juger quelqu'un qui se protège et refusant le poids de l'autre, se préfère et ne s'engage plus. Ce n'est sans doute pas très politiquement correct, m^m de nos jours, mais ça a le mérite d'être honnête.
Revenir en haut Aller en bas
LouiseCP

avatar

Inscription : 28/11/2010
Nombre de messages : 64

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Mer 29 Déc - 13:38

Je conviens que le livre par Linda est mal écrit et indique trop ! Mais elle a su que Jeremy et nous n'avons pas fait. Elle ne devrait pas avoir indiqué tellement au sujet de sa maladie finale comme c'était privée. Cependant elle ne mérite pas le niveau de la condamnation qu'elle a soufferte au cours de ces dernières années. Après avoir dit ceci je n'ai aucun souhait pour voir un autre livre de elle les sujets privés détaillants de la vie de Jeremy Brett.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thewonderfulworldofgarybond.com
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 30 Déc - 13:27

Je vois Tina que tu as un peu révisé ton jugement sur Linda avec plus de mansuétude. Je ne la défends pas en particulier, ni la condamne. J'essaie de me faire une simple opinion qui malheureusement restera subjective et surtout pas d'avoir un jugement sur elle. On ne peut pas se mettre à sa place, qui est très difficile à tenir.
Le problème c'est qu'on ne peut se baser sur le seul et unique bouquin... qu'elle a elle-même écrit ! Sur le web, on trouve parfois des commentaires qui la critique vraiment durement (les anglaises ont vraiment une dent dure contre elle) et sans la connaître. C'est nul !
Certes son bouquin est mélo, larmoyant, un peu nunuche avec sa sentimentalité mélée de naïveté. C'est vrai, mais elle est un peu fleur bleue, ses écrits s'en ressentent. Ecrire n'est pas son métier et sans une collaboratrice elle ne l'aurait probablement jamais fait. D'ailleurs on l'a peut-être sollicitée pour raconter son histoire, qui sait ?
Je ne trouve pas qu'elle ait "abusé" de la situation. Elle n'a pas fait d'argent avec sa relation avec JB, en tout cas pas beaucoup et son livre sert aussi la cause du cancer. Elle publié 2 malheureux bouquins, dont un exclusivement de photos, ce n'est pas faire fortune en tirant profit d'une liaison avec une star ! Elle a été la dernière compagne de Jeremy et franchement elle pouvait raconter des choses bien pires. Certains ne se gênent pas. Malheureusement. J'ai déjà dit que je considère son livre comme un roman à deux personnages, elle n'emploie pas le "je" ce qui est important pour ne pas être trop personnelle et intime. Elle prend ainsi un certain recul.
Désolé si son livre t'offusque jbsh, pour moi il n'y a aucun manque de respect, ni indécence. Bon mais chacun sa façon de voir. Par contre n'élève pas Jeremy trop haut, quand tu dis que c'était un artiste attaché à l'esthétique, n'oublie pas qu'il adorait faire la fête et boire toute la nuit et plein d'autres trucs !
Je dirais que Linda reste soft. La fin sur la maladie est trop longue et trop mélo, mais elle a été terriblement marquée et pour elle c'est fondamental d'en parler. Elle veut aussi insister sur l'immense courage, la pugnacité de Jeremy. Montrer qu'il a fait toujours bonne figure jusqu'à la fin. Elle a apporté à Jeremy son affection et son dévouement. Elle lui a sacrifié son travail, donner tout son temps et son énergie, car il lui en fallait elle aussi. La maniaco-dépression est une maladie hyper dure à gérer pour les proches et elle était la première concernée. Elle a été embarquée dans cette tragédie et ça n' a pas du être tout rose pour elle. Cela explique sa maladresse avec JB, sa timidité. Elle n'a jamais été à l'aise dans les réunions de rétrospective consacrées à JB après sa mort. Les artistes, les acteurs, ce n'est pas son milieu. Dans les articles que j'ai pu lire on la décrit comme une toute petite femme toute timide et réservée. Elle ne se sent pas à sa place et maintenant elle a pris ses distances. Je compatis plutôt pour elle.





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 30 Déc - 15:14

Citation :
Elle a apporté à Jeremy son affection et son dévouement. Elle lui a sacrifié son travail, donner tout son temps et son énergie, car il lui en fallait elle aussi. La maniaco-dépression est une maladie hyper dure à gérer pour les proches et elle était la première concernée. Elle a été embarquée dans cette tragédie et ça n' a pas du être tout rose pour elle. Cela explique sa maladresse avec JB, sa timidité.
Je suis entièrement de ton avis et loin de moi l'idée de remettre en question son désir de bien faire, d'apporter toute l'aide dont elle était capable à l'homme qu'elle aimait ainsi que sa capacité à s'oublier à son profit. Non je n'ai jamais pensé le contraire et tout ce que j'ai lu ou entendu va dans ce sens sans conteste.
Citation :
Par contre n'élève pas Jeremy trop haut, quand tu dis que c'était un artiste attaché à l'esthétique, n'oublie pas qu'il adorait faire la fête et boire toute la nuit et plein d'autres trucs !
En revanche je ne serais pas aussi sûre de cela. Bien sur on nous décrit de nombreuses extravagances commises par Brett, des actes ou paroles qui pouvaient plaire, faire rire ou choquer de sa part et qui ne relevaient en rien d'un goût quelconque pour cet esthétisme que je suis sûre qu'il recherchait le plus souvent. Mais à tord peut être, je mets cela sur le compte de périodes où il n'était pas tout à fait sain d'esprit... Je ne peux pas oublier qu'il était anglais, élevé dans une famille de grands bourgeois...petit manoir, une nombreuse domesticité, chevaux, piano et toutes sortes de notables fréquentant le domicile parental, avec une mère issue d'une riche famille d'industriels et un père militaire de carrière. Je n'oublie pas non plus son goût pour le romantisme, la musique, la danse ou le chant... rien qui le prédisposait à jouer régulièrement les "soudards" tonitruants dans des troquets (heuuu c'est sans doute un peu fort) shocked

Ce sont ces indices qui me font penser, encore une fois à tord peut être, que le récit par le menu de cette décadence physique et psychique ne lui aurait sans doute pas plu et quand on fait ce genre de chose c'est avec l'accord de la personne concernée ou on ne le fait pas. Car c'est pour lui et pas pour elle que nous lisons ou avons lu ce livre. Qui aimerait voir étaler ses maux lus par des milliers de personnes?

Madame Pritchard a tout mon respect pour ce qu'elle a fait, et pas seulement parce qu'il s'agit de JBrett. Ceux et celles qui sont capables de cela pour les autres ont tout mon respect. Mais je crois sincèrement qu'elle a eu tord de faire paraître ce livre dans ces termes et, là encore, pas parce qu'il s'agit de Brett mais dans l'absolu. J'ai acheté ce livre et l'ai lu en partie. Mais je ne m'attendais pas à ce qui j'y ai trouvé et ai décidé de ne pas poursuivre parce que je crois que personne ne veut, pas plus Brett que quiconque, que l'on apprenne cela. C'est pour moi un droit absolu à la vie privée.

J'espérais quelque chose de plus soft, faisant la place belle aux réflexions, aux croyances, aux valeurs qui peuvent soutenir une personne qui se sait dans cette difficulté et qui en présent l'issue. J'ai cru comprendre qu'il était mu par une grande spiritualité et c'est sans doute à cela que je m'attendais.
Revenir en haut Aller en bas
Yodaline

avatar

Inscription : 07/02/2009
Nombre de messages : 1244

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 30 Déc - 19:49

Hello! J'interviens dans votre discussion. En somme toutes les deux vous reconnaissez les mérites de Linda, une personne généreuse, dévouée, aimante, se sacrifiant complètement pour l'être aimé. J'adhère à votre opinion.

En revanche, jbsh reproche à Linda d'avoir trop montré la déchéance physique et psychique de Jeremy, car sans doute n'aurait-il pas aimé se voir sous ce jour. Elle aurait souhaité que Linda parle davantage des valeurs spirituelles qui animaient l'homme.

En fait, je pense, un peu comme Dyan, que Linda a voulu être honnête et relater les choses comme elles se sont passées. Le quotidien, et non le romanesque et la fiction. C'est sûr, ce n'est pas une professionnelle de l'écriture, mais son style simple et naturel n'est pas désagréable. Il est plein de fraicheur et de sincérité.

Elle a bien insisté sur le courage et la dignité dont a fait preuve JB jusqu'à la fin. Pas de décadence, pas de mélo, Jeremy reste admirable, en aucun cas diminué ni intellectuellement ni psychiquement.

Quant aux valeurs spirituelles, il en a fait preuve tout au long du livre. Rappelle-toi tout au début les conversations passionnées qu'ils ont eues durant leurs rencontres au café sur le sens de l'existence, les mystères de l'au-delà, etc.... Rappelle-toi l'initiation à la méditation que JB a transmis à Linda. Et ce passage si beau où tous les deux contemplent le ciel de nuit et sont en véritable osmose spirituelle. Je pense qu'elle a bien montré cet aspect presque mystique de l'homme. Ce qu'elle partageait entièrement avec lui. cœur

Sans doute, si tu n'as pas poursuivi ta lecture, jbsh, ne peux-tu pas peut-être saisir le sens de ce livre.
Il ne jette aucun discrédit sur l'homme, ni sur sa vie privée, ni sur sa vie d'acteur. Tu vois, moi, quand je l'ai terminé, j'ai éprouvé encore plus d'admiration pour Jeremy. Elle a su nous faire comprendre ses souffrances et montrer le courage de cet homme en termes simples et sincères. Il faudrait que tu le relises, je crois. Mais bon, c'est ma façon de voir et de ressentir... smile A+
Revenir en haut Aller en bas
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 6 Jan - 11:49

Vous savez à quoi me fait penser cette "Linda Pritchard Story" ? A la chanson de Michel Berger :

"Elle passe ses nuits sans dormir
A gâcher son bel avenir
La groupie du pianiste
Dieu que cette fille a l'air triste
Amoureuse d'un égoïste
La groupie du pianiste
Elle fout toute sa vie en l'air
Et toute sa vie c'est pas grand-chose
Qu'est-ce qu'elle aurait bien pu faire
A part rêver seule dans son lit
Le soir entre ses draps roses."

Cruel, mais si réaliste ! Celles d'entre vous qui parlent de sacrifice oublient que pour se sacrifier, il faut encore avoir quelque chose à sacrifier. Elle a sacrifié quoi, au juste ? Sa carrière ? Sa vie de famille ? Il est très dangereux de vouloir "soutenir" une idole, dangereux et pour soi et pour l'idole. Car les rapports ne sont pas équilibrés. Elle demande à JB de remplir sa vie, il ne lui a rien demandé...
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 6 Jan - 13:06

Il m'est sans doute arrivé d'être un peu dure avec Mme Pritchard, mais je n'irai pas aussi loin que toi.
Citation :
Celles d'entre vous qui parlent de sacrifice oublient que pour se sacrifier, il faut encore avoir quelque chose à sacrifier
C'est assez vrai sur le fond, mais je ne me sens pas le droit de dire que cette personne n'avait rien à sacrifier. Ce qui est vrai c'est qu'elle a mis sa vie entre parenthèses et qu'elle l'a fait volontairement.
Citation :
Il est très dangereux de vouloir "soutenir" une idole, dangereux et pour soi et pour l'idole. Car les rapports ne sont pas équilibrés. Elle demande à JB de remplir sa vie, il ne lui a rien demandé...
Le mot idole me gêne un peu car JBrett était, pour elle, plus son Amour que son idole qui est un mot plus restrictif. L'Amour il faut l'avoir ressenti pour son mari, sa femme ou son enfant pour comprendre que c'est possible. Mais c'est vrai que du coup le sacrifice n'a plus le m^m sens, car on agit alors pour quelque chose de plus grand et plus important que soi. Et moi je comprends parfaitement cela, je ne suis ni étonnée ni choquée par cela.
Tu dis que Brett n'avait rien demandé et c'est sans doute vrai. Néanmoins je crois qu'il avait compris les sentiments de cette femme et il devait lui être reconnaissant qu'elle reste auprès de lui en gardienne dévouée et fidèle. Il n'a peut etre rien demandé, mais il en avait fichtrement besoin. Sans elle il n'aurait sans doute pas fini sa vie paisiblement dans son lit mais avec des professionnels, seul, dans la chambre d'un asile. Il n'était pas homme à ne pas s'en rendre compte dans ses moments de lucidité. Quand à demandé à quelqu'un de se mettre à ce point entre parenthèses, je n'imagine pas cet homme le faisant: trop bien élevé, trop de retenu et de pudeur chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 6 Jan - 14:14

D'accord avec ton analyse, jbsh. Néanmoins, et plusieurs ici en ont fait la remarque, il y quelque chose qui cloche avec ce livre. C'est quoi, au juste ? Un témoignage ? Si oui, pourquoi ne l'a-t-elle pas fait écrire à la première personne ? Par pudeur ? Mais alors, il ne fallait pas l'écrire. Tu t'imagines, toi, en train d'écrire la lente agonie puis la mort de ton chéri à la troisième personne ?
Autre chose de choquant, relevé par d'autres sur ce forum : on dirait qu'elle et JB sont seuls au monde, qu'il n'y a qu'elle pour lui venir en aide. Soit elle est vraiment maladroite dans ce qu'elle fait écrire, soit elle refuse de faire ce qui s'appelle vraiment un témoignage.
Ne sois donc pas étonnée si je persiste à garder ma sympathie pour Anna Massey. Elle au moins a appris quelque chose de l'échec de son mariage. Elle n'a jamais insulté JB et l'a laissé voir leur fils tant qu'il le voulait. Et David semble avoir adoré ses deux parents.
Cela me fait penser à tous ces gens qui ne savent pas ce qu'ils veulent et qui embêtent tout le monde avec leurs histoires compliquées de gosses et de maris semés un peu partout dans la nature. Si encore ils assument leurs mariages et divorces, OK, c'est leur droit. Mais ils vont se faire psychanalyser, ils emm... leurs proches, bref, ils ne sont pas heureux du tout. Mais Anna a fait un choix, un bon choix. Elle a réfléchi à cette expérience et a décidé de privilégier sa carrière. Là, je dis bravo. Au moins, elle n'est pas allée pleurer dans les chaussettes des gens.
Linda, la pôvre, je la plains dans le fond; elle a trouvé en JB un but, quelque chose pour donner un sens à sa vie. C'est du moins l'impression que m'a donné ce livre. Et ces kilomètres de blabla spiritualiste n'étaient finalement qu'un écran pour masquer la triste réalité : JB a accepté l'aide de Linda, faute de mieux. Il était malade, donc affaibli, elle était seule, donc vulnérable.
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 6 Jan - 18:44

Il ne faut se tromper sur l objectif de mes propos. Je n'ai aucune intention de faire changer d avis qui que ce soit. Je me contente de donner une analyse qui n'implique que moi. Nous avons tous notre libre arbitre ici.
Je n ai aucune expérience de biographe, évidemment, mais quand on s'autorise à écrire sur et en lieu et place des autres, il me semble, à la lumière de ma petite logique de mère de famille, que l'extrême prudence s impose. C'est très difficile de raconter des faits, ressentis ou analyses alors m^m que l'on était pas présent(ce n'est déjà pas simple quand on les vit!); c'est très compliqué, moralement s'entend, de s'immiscer ainsi dans le privé des gens, fussent-ils connus avec ce coté public qu'ils ont bien plus que tout un chacun. Tous autant que nous sommes, semblons juger et avoir des avis sur le livre de chose ou la création de machin. Pourtant d'expérience nous savons tous comme il est souvent ardu de vivre et de comprendre ceux qui nous entourent ou les motivations profondes ou réelles de nos propres actions. Alors de parfaits étrangers...
La grande différence c'est qu'ici nous ne sommes pas légion et donc l'impact n'est pas bien grand. Un livre, surtout s'il est destiné au public au sens large et qui de plus pourra arguer du fait qu'il est le premier en français, c'est une toute autre affaire à mon sens et la responsabilisé de son auteur est énorme de par l'impact qu'il peut avoir sur les proches encore vivants du sujet m^m de la bio, qui eux non plus n'ont rien demandé, au passage, à ce que je sache, et qui sous prétexte que leur père, mère, frère tante ou que sais-je est un peu connu, se retrouvent dans tous les kiosques ou les librairies, parfois à grands renfort de pub. Ce doit être très angoissant de se retrouver comme cela régulièrement sur la place public...et sans aucune maitrise, à moins of course qu'on leur ait demandé leur avis. Je ne suis pas en train de te critiquer de vouloir le faire, je dis que, au vu de ma vision du respect du à la vie privée q'une personne qui n'aura aucun droit de réponse, aucune possibilité de se défendre ou d'exiger un droit légitime de rectification, je ne voudrais pour rien au monde avoir à faire cela.
.
Citation :
Cela me fait penser à tous ces gens qui ne savent pas ce qu'ils veulent et qui embêtent tout le monde avec leurs histoires compliquées de gosses et de maris semés un peu partout dans la nature. Si encore ils assument leurs mariages et divorces, OK, c'est leur droit. Mais ils vont se faire psychanalyser, ils emm... leurs proches, bref, ils ne sont pas heureux du tout. Mais Anna a fait un choix, un bon choix
Pour info, et encore une fois je n ai rien contre AM, elle a passé des années en analyse pour des problèmes rencontrés dans l'enfance et je ne doute pas un seul instant que son divorce et les suites qu'elle a pu lui donné ont du nourrir nombre de séances avec de son psy. et si elle a pris des décisions quelles qu'elles soient, c'est sans doute après avoir payé fort cher à tous les sens du terme pour y voir clair .Holmes Mais Dyan en parlerait plus savamment que moi..
Citation :
Linda, la pôvre, je la plains dans le fond; elle a trouvé en JB un but, quelque chose pour donner un sens à sa vie. C'est du moins l'impression que m'a donné ce livre. Et ces kilomètres de blabla spiritualiste n'étaient finalement qu'un écran pour masquer la triste réalité : JB a accepté l'aide de Linda, faute de mieux. Il était malade, donc affaibli, elle était seule, donc vulnérable.

On peut voir les choses ainsi effectivement.
On peut aussi l'envier d'avoir, m^m de manière breve et douloureuse, vécu une passion où rien n'a manqué ni les rires ni les larmes, ni la douceur ni la violence, ni les séparations ni les retrouvailles, les doutes et les certitudes... C'est une question de perspective pour moi et je ne la plains pas. Tant de gens errent à un âge avancé sans avoir rien connu de tels. On peut mépriser un peu son parcours ou se dire que, sans que cela ait été parfait, elle a connu pendant la plus grande partie de sa vie quelque chose d'intense et qui la nourrit encore aujourd hui sans nul doute.
Revenir en haut Aller en bas
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 6 Jan - 20:39

Oui jbsh, ce que tu dis est très juste, et je ne critiquais nullement tes propos. Je suis là pour discuter d'un point qui m'intéresse et il est évident que ce sera beaucoup moins facile dans le cadre de la bio. Tu penses bien que je sens l'énorme pression que je me mets sur le dos avec ça. Si ici j'ai tendance à écrire assez librement, je prends toutes mes précautions dans le cadre de choses qui seront publiées.
Je ne ferai donc pas la critique de l'entourage de JB. Ce n'est pas mon rôle et ce n'est pas vraiment le sujet du livre.
Tu as raison, ici nous pouvons dire ce que nous pensons du livre de Linda. Dans un livre, c'est une autre histoire... Il faut rester objectif et ne pas tomber dans le compassionnel ou le ragot. Dur, dur...

Ainsi donc, tu es mère de famille ? Tu me rassures. J'ai cru un moment que je devais être une espèce de vieille cloche égarée chez les bisounours...
Revenir en haut Aller en bas
jbsh

avatar

Inscription : 07/10/2009
Nombre de messages : 2128

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Jeu 6 Jan - 21:14

mdr ëtre une "vieille cloche égarée chez les bisounours" c'est une affaire de tempérament et pas vraiment d'âge; faut être pris tout petit, avoir la vocation, un peu comme les pasionarias tu ne crois pas? pouffe
Revenir en haut Aller en bas
Dyan Bretty
Admin
avatar

Inscription : 29/12/2008
Nombre de messages : 6185

MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Ven 7 Jan - 8:11

Il existe des cloches de tous les âge.s Et ceux qui vivent chez les Bisounours ne sont surement pas les plus malheureux Lol
D'accord avec tout ce que tu as dis plus haut jbsh.
Ça me rassure, Tina, que tu arrondisses les angles pour évoquer Linda dans ton livre, si tu comptes le faire. C'est évident que ta personnalité est incompatible avec celle de Linda et que tu ressentes plus d'affinités avec Anna Massey. Mais bon, reste tolérante, elle ne mérite pas les propos vraiment durs que tu lui assènes, la pauvre ! Il ne faut pas s'attendre à un livre de pensées spirituelles ou philosophiques de sa part. C'est une fille simple, comme des millions d'autres. Elle a vécu une expérience exceptionnelle dans sa vie, entrainée par la roue du destin par des évènements et des situations qui la dépassaient sûrement. Il existe des incohérences dans son bouquin, je pense plutôt à des maladresses, sa position est très délicate, écrire un témoignage ou un roman, quelle est sa place vis à vis de la famille et sa légitimité pour le faire? etc. Son bouquin semble alors bancal et maladroit. Pas facile à Linda de trouver sa juste place. Je pense qu'elle a du ressentir un vrai malaise et prit une "retraite" anticipée. Pour ma part je la vois comme une personne sincère et désintéressée. Tout ce qu'om peut lire sur elle, de Terry Manners à Stuart-Davies, va dans ce sens. Sinon elle cache vraiment bien son jeu ! Impossible de se faire une idée exacte sur sa personnalité, ses motivations, on manque cruellement d'éléments pour avoir une opinion fondée, subsistera toujours le mystère du cas Linda... Sherlock





Mon site sur Jeremy Brett


Mon site sur Robson Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jeremy-brett.fr http://dyanblue.tumblr.com/
TinaSher
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   Sam 8 Jan - 11:57

Yes, Dyan. Le mieux serait encore d'en dire le moins possible. Après tout, elle n'a pas tenu une place très importante dans la vie de JB. On verra bien, le moment venu, probablement dans quelques mois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Linda Pritchard's Story   

Revenir en haut Aller en bas
 
Linda Pritchard's Story
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Toy Story
» Linda Berdoll : M. Darcy Takes a Wife : Pride and Prejudice
» Toy Story 3
» Belleville Story de Malherbe et Perriot
» Zigzag tour (Toy story playland Toon studios)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FORUM JEREMY BRETT :: LES LIVRES SUR JEREMY BRETT-
Répondre au sujetSauter vers: